zingomineral.com                                  Collection Don Giovanni ZINGO, France

 

 

BAHIANITE (conglomérat de Bahianite avec Diamants)

 

                                                

 

 - Trouvé par mon amie  Aracelis en 1985, dans le site alluvionnaire de roche

volcaniques altérée de Rio Paraguaçu, Andarai, Chapada, Diamantina, Bahia,

Brésil.

Dimensions:  7,50 cm. x 5,00 cm.

 

Étymologie

 - Inspiré du lieu de sa découverte Bahia, Brésil.

Découverte en 1976 à Pico das Almas rivière, Paramirim das Crioulas, Érico

Cardoso (ancien Água Quente), Bahia, Brésil.

 - Décrite en 1976 par les minéralogistes et cristallographes américains :

 - Paul Brian Moore (1940-) 

 - Dr. Takaharu Araki (1929-)

 

Formule chimique:  Al5Sb3O14(OH)2

Strunz nr.:  4/D.27-10

classe IV des : Oxydes et Hydroxydes

groupe des: Bahianites

série:  Bahianite - Sosedkoite

dureté: 9,00

densité: 4,89 à 5,46

système cristallin: Monoclinique (prismatique)

morphologie: grains arrondis alluvionnaires, cristaux courbes et

strié, en forme rectangulaire ou de losange, macles

couleur: incolore, violet, blanc crème, brun clair, argile

éclat: vitreux, adamantin; transparent, translucide

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BAILEYCHLORE

  

                                           

 

 - Trouvé par moi même en 1989 dans les Karst-breccia des alterations à skarn

d'andesite et vésuvianite de la mine Les Mourvonis, Iglesias, île Sardaigne, Italie.

Dimensions: gangue 4.5 cm., le cristal de Baileychore 1 cm. x 1 cm..

 

Étymologie:

 - dédié au Dr. américain Sturges William Bailey (1919-1994), professeur de

minéralogie et géologie à  l'Université de Wisconsin, USA. Distinction Award pour

les etudes sur les minéraux d'argiles. (Voir photo ci-contre).

 - Le Baileychlore  fut décrit en 1988 par Audrey C. Rule et Frank Radke sur des

spécimens trouvé par Laslo et Elsa Horvath dans les années 1970, dans les

alterations à skarn d'andesite, grenat  et vésuvianite de la  Red Dome Mine,

Mungana, située au nord-ouest de Chillagoe-Heberton District, Lynd County,

Queensland, Australie.  

 

Formule chimique:   (Zn,Fe2+Al,Mg)6(Si,Al)4 O10(OH)8

Strunz nr.:  8/H. 23-50

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Phyllosilicates

groupe des : Chlorites

série: Sudoite - Franklinfurnaceite

dureté:  2,50 à 3,00

densité: 3,18 à 3,29

système cristallin: Triclinique (Anorthique)

morphologie: paillettes en rosettes, agrégats, fibreux

couleur:  vert foncé, vert jaunâtre, beige clair

éclat: vitreux, gras, soyeux, perlée, transparent à opaque

rareté par Stefan Weiss: +++ (extremement rare)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
  

 

BALANGEROITE

localité type

 

                                                    

 

 - Trouvé en 1982 dans les serpentines de la mine d'amiante de Poggio San Vittorio,

à Corio, Balangero, massif ultrabasique du Lanzo, La vallée du Lanzo, zone

Sesia-Lanzo, province de Turin, Piémont, Italie.

Dimension: 4,50 cm. x 1,50 cm.

 

Étymologie:

 - Du nom de la ville ou du lieu de sa découverte, Balangero, Turin, Italie.

 - La Balangeroite fut décrite et découverte en 1983 par Roberto Compagnoni,

Giovanni Ferraris et Laura Flori de l'Université de Calabria, département des

Sciences de la Terre, Cosenza, Italie.

 

- La Balangeroite est un minéral fibreux et recent, trouvé pour la premiere fois en

1982 dans les serpentinite de la mine d'asbeste de Balangero, Poggio San Vittorio

à Corio, sur le massif Lanzo, province de Turin, région du Piemont, Italie.

 - Le territoire de Balangero (m. 440) s'étend entre la rive gauche du fleuve Stura, le

mont Giovetto et Bric Forcola, comme un bassin avec les municipalités de Corio et

Coassolo. Du point de vue morphologique est divisé en deux zones distinctes, un plat

et des contrefort, ce qui est particulièrement riche en termes de minéralogie.

  

Formule chimique:  (Mg,Fe2+,Mn2+)21[O3/(OH)20/(Si4 O12 )2]  

Strunz nr.:  8/F. 24-10

classe VIII des : Silicates

groupe des : Inosilicates

série: Balangeroite - Leucophanite

Dureté: 1,50

Densité: 2,96 à 3,10

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie: fibreux, compact, asbestiformes, formes allongées

couleur:  jaune-brun, brun foncé

éclat: vitreux, subtranslucent, transparent, gras, brillant

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 

 

 
 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BALLIRANOITE

localité type

 

                                                    

 

 - Collecté en 2009 par mon ami Mikhail Murasko dans les roches métasomatiques

du Monte Somma, Complexe volcanique du Vesuve, Naples, région Campania, Italie.

Dimensions: 0,1 mm. x 0,1 mm.

 

Étymologie:

 - Dédié au christallographe italien Paolo Ballirano (1964-), professeur au

Département des Sciences de la Terre de l'Universite "la Sapienza" de Rome, Italie.

 - Les plus amicales salutations en souvenir de nos rencontres aux diverses

expositions mondiales. (Voir photo de P. Ballirano ci-contre).

 - Décrite en 2008 par les cristallographes et minéralogistes russes: 

 - Nikita V. Chukanov, 

 - Natalia V. Zubkova;

 - Igor V. Pekov,

 - Lyudmila V. Olysych,

 - Elena Bonaccorsi (minéralogiste italienne, université de Pisa?)

 - Dmitry YU. Pushcharovsky.

 

Formule chimique: (Na,K)6Ca2[Si6Al6O24]Cl2(CO3)

Strunz nr.: 08/FB. 05

classe VIII des: Silicates

sous-classe des: Tectosilicates

groupe des : Cancrinites

sous-groupe des Cancrinites avec des anions tétraédriques

série: Afghanite - Cancrisillite

dureté: 5,00

densité: 2,48

système cristallin: Hexagonal

morphologie: grains, cristaux prismatiques,   

couleur: incolore

éclat: vitreux; transparent

rareté par Stefan Weiss: +++ (extrèmement rare)

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BAMBOLLAITE

specimen type

 

                                                  

 

 - Trouvé en 1982 dans les veines de quartz des alterations hydrotermales à tuf de la

mine Moctezuma à La Bambolla, Moctezuma, Sonora, Mexique.

Dimensions: 1,20 cm. x 1,00 cm.

 

Étymologie:

prend le surnom espagnol de la mine "La Bambolla ", situé dans le complex minière 

de Moctezuma Mine, Moctezuma, Mexique.

 - Elle fut découverte en 1972 par les canadiens Dr.D.C.Harris et Edward Wilfried

Nuffield (1914-2006), minéralogistes et géologues.

 

Formule chimique:  Cu(Se,Te)2

Strunz nr.:  2/D. 27-10

classe II des : Sulfures

sous-classe des : Séléniures, Tellures

groupe des : Lollingites

série : Lollingite - Bambollaite

dureté: 3,00

densité: 5,64

système cristallin: Quadratique, (tétrtagonale)

morphologie: petits cristaux, lenticulaires, agrégats

couleur: gris brunâtre

éclat: métallique

rareté par Stefan Weiss: +++ (extremement rare)

 

 

 

 

 

 

 

 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BANALSITE

specimen type

                  

                                                     

 

 - Trouvé en 1982 dans les veines à manganese  des roches intrusives de la zone à

brèche de la Mine de Benallt, Rhiw, Llanfaelrhys, péninsule de Lleyn, Gwynedd

 (Caernarvonshire), Wales, pays de Galles, Angleterre.

 

Dimensions: 3,20 cm. x 1,00 cm.

 

Étymologie:

 - Le nom dérive de sa composition chimique = Barium Natrium Aluminium Silicium.

Découverte en 1943 dans les veines à manganese des roches intrusives de la zone

à brèche de la Mine de Benallt, Rhiw, Llanfaelrhys, péninsule de Lleyn, Gwynedd

(Caernarvonshire), Wales, pays de Galles, Angleterre.  

La Banalsite à été décrite en 1944 par les minéralogistes canadiens: Ruslan P.

Liferovich, Andrew J. Locock, Roger H. Mitchell et Arkady K. Shpachenko.

 

Remarques:

La Banalsite (BaNa2Al4Si4O16) est un minéral analogue à la Stonalsite

(SrNa2Al4Si4O16).

 

Formule chimique: BaNa2Al4Si4O16

Silicate d'aluminium sodium et barium

Strunz nr.:  8/J.07-100

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Tectosilicates

groupe des : Feldspath

série : Buddingtonite - Maleevite

dureté: 6,5

densité: 3,06

système cristallin: Orthorhombique

morphologie: rarement cristallisé, massive, compacte

couleur: incolore, blanc, blanc jaunâtre

éclat: vitreux

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BARBERIITE

specimen type

 

                                                   

 

 - Trouvé en 1997,  par mon épouse et moi même sur les haldes des fumerolles

actives du cratère La Fossa, de l'Île Vulcano, Îles Eoliennes, province de Messine,

Sicile, Italie.  

Dimensions: micro-montage

 

Étymologie:

 - Dédié au volcanologue italien Franco Barberi (1938-). Professeur de volcanologie

et de géothermie à l'Université de Pisa, Italie. Grand spécialiste des études de la

volcanologie de l'Île Volcano et de l'Etna, Italie. Par son savoir scientifique fut nommé

de 1995 à 2001 au secretariat de la Protection Civile de l'Etat Italien.

Pendant sa carriere il a couvert plusieurs charges scientifiques: membre du Comité

technico-scientifique de l'ONU pour la réduction des risques naturels; président  de la

Volcanology Network European Science Foundation; vice président de l'Association

Internationale de Volcanologie; membre des Académies d'Espagne et de France.

En 1989  reçut le degré de Honoris Causa par l'Université de Bologna, Italie.

Il est auteur de plus de 300 publications scientifiques. Actuellement il est président

de la Commission des Grands Risques de la Protection Civile (C.G.R.P.C.).

(Voir photo ci-contre).

La Barberiite a été décrite en 1994 par les italiens Anna Garavelli et Filippo Vurro

géologues, minéralogistes et pétrographes de l'Université des études des Sciences

de la Terre Aldo Moro, de Bari, Italie.

  

Remarques:

 - La barberiite se forme à une température entre 200 et  600°C.

 - Elle se décompose facilement dans l'air humide.

 

Formule chimique: (NH4)[BF4]

Strunz nr.: 3/B.01-30

classe III des : Halogénures

groupe des : Halogénures à double anhydres

série : Ferruccite - Calcjarite

dureté: 1

densité :  1,89     

système cristallin: Orthorhombique

morphologie: tabulaire, globulaire, croute, agregat, cristaux pseudoexagonales

couleur: incolor; transparent à translucide

éclat:  vitreux

rareté par Stefan Weiss: +++ (extremement rare)

 

 

 

 

 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BARICITE

localité type

                                                     

 

 - Trouvé en  1976 dans les remplissage sideritiques des ruptures des formations

de fer de Rapid Creek Area, Big Fish River-Blow River Area, Yukon, Canada.

Dimensions:  2,60 cm. X 1,50 cm.

 

Étymologie:

 - dédié au professeur en minéralogie Ljudevit Baric (1902 -1984)

directeur du Museum de Minéralogie et Pétrographie de l'Université de

Zagreb, Croatie.

 - La Baricite a été décrite en 1976 par Bozidar Darko Sturman (1937)

et Joseph Anthony Mandarino (1929-2007) et découverte en 1975

dans les remplissage sideritiques des ruptures des formations de fer

de Rapid Creek Area, Big Fish River-Blow River Area, Yukon, Canada.

 

Formule chimique:  (Mg,Fe2+,Fe3+)3(PO4)2.8(H2O,OH)

Strunz nr.:  7/C.13-30

classe VII des : Phosphates

sous-classe des : phosphates, arseniates et vanadates hydratés

groupe des : Vivianites

série: Bobierrite - Kottigite

dureté: de 1,50 à 2,00

densité:  2,42

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie: cristaux en forme de plaquettes, laméllaires

couleur: bleu, bleu pâle, incolore

éclat: de vitreux à nacré, transparent

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BARIOMICROLITE

 

                                                        

 

 - Trouvé en 1992 dans les pegmatites alluvionnaires de Pontal district,

Governador Valadares, dans le Minas Gerais, Brésil.

Dimensions: 1,00 cm. x 0,80 cm.

 

Étymologie:

 - le nom derive de l'association des deux minéraux Barium-Microlite.

 - La Bariomicrolite à été décrite 1977 par D.D. Hogarth et découverte en 1976

à Chi-Chico, Sao Joao del Rei, Minas Gerais, au Brésil

 

Formule chimique:  Ba2(Ta,Nb)2(O,OH)7

Strunz nr.: 4/C.18-40

classe IV des : Hydroxides et des Oxides

groupe des : Pyrochlores

sous-groupe des : Microlites

série: Microlite - Uranmicrolite

dureté: 4,50 à 5,00

densité: 5,68

système cristallin: Cubique, (hexoctahedrale - isometrique)

morphologie: compacte, massive

couleur: incolore, brun, jaune-orange, brun rosé, rose marron,

jaune, blanc

éclat: résineux, gras, adamantin, translucide à opaque

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BARIOPHARMACOSIDERITE (Bariumpharmacosiderite)

 

                                          

 

 - Trouvé en 1967  moi-même et mon ami collectionneur de minéraux Jacob Klein   

sur les haldes du complexe barito-fluorite de la mine Clara, vallée de Rankach,

Oberwolfach, Wolfach, Forêt-Noire, Baden-Würtemberg, Allemagne.

Dimensions: la gangue 3,50 cm. x 3,00;  les cristaux 0,50 cm. x 0,50 cm.

 

BARIOPHARMACOSIDERITE avec Skorodite.

 - Trouvé en 1997 par mon ami Jean-Claude Deutschmann (1945-2009)

sur les haldes du complexe barito-fluorite de la mine Clara, vallée de Rankach,

Oberwolfach, Wolfach, Forêt-Noire, Baden-Würtemberg, Allemagne.

Dimensions: la gangue4,50 cm. x 3,00;  les cristaux 0,50 cm. x 0,50 cm.

 

Étymologie:

- le nom derive de l'association de deux minéraux dans sa formule chimique =

Barium - Pharmacosiderite.

 - La BARIOPHARMACOSIDERITE fut découverte1984 dans la Mine Clara, vallée

de Rankach, Oberwolfach, Wolfach, Forêt-Noire, Baden-Würtemberg, Allemagne.

 - Elle fut décrite en 1985 par les américains Donald R. Peacor professeur en

minéralogie et Pete J. Dunn. minéralogiste au Département de sciences minérales

au Smithsonian Institut de Washington, USA.

 

Synonymes:

 - Bario-Pharmacosiderite

 - Barium-pharmacosiderite

 

Formule chimique:   Ba05,Fe4, 3+(AsO4)3(0H)4.5H2O

 Strunz nr.: 7/D.47-40

classe VII des: Phosphates, Arseniates, Vanadates

groupe des: Phosphates hydratés

sous-groupe des: Hydrophospohates aves halogénures

série: Alumopharmacosiderite - Natropharmacosiderite

dureté: 2,50

densité: 3,50 à 3,70

système cristallin:  Triclinique (scalenoèdre)

morphologie:  xx pseudocubiques, scalenoédriques, macles

couleur: jaune, brun, rouge, rouge brunâtre, vert, bleu

éclat: vitreux; translucide, transparent

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 

 

 

 

                                                                                                                  Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BARYTE ou BARYTINE

(monocristal)

                                               

 

 - Trouvé en 1982 par moi même, dans les roches hydrothermales des  filons

de basse température de Villamassargia, Cagliari, île Sardegna, Italie.

Dimension: 17,00 cm. x 14,00 cm.  

 

BARYTINE miel

Trouvé par moi même en 1968 dans les gisements d'origine mésothermales de

San Saturnin Côte d'Abot, Puy-du-Dome, France.

Dimensions: 9,50 cm. x 8,00 cm. (voir photo ci-contre)

 

BARYTE ou BARYTINE avec Vanadinite.

Trouvé en 1984 dans le sud Marocain à Midlet, Mibladen, Maroc.

Dimensions: 8,00 cm. x 3,00 cm. (voir photo ci-contre)

 

BARYTE  ou BARYTINE  (rose de Barytine).

Trouvé en 1979 à Norman county, Oklahoma USA.

Dimension: 5,00 cm. x 5,00 cm. (voir photo ci-contre)

 

BARYTE en sifflet:

Trouvé en 1982 dans la Mine de Maine Reclesne, Saône et Loire, Morvan, France.

Dimensions: 5,00 cm. x 2,50cm. (voir photo ci-contre)

 

Étymologie:

 - le nom dérive du grec "barys" qui veut dire "lourd" en allusion à sa densité élevée

La Baryte est connu de plus le 1640, mais décrite en suite en tel qu' element de

Baryum  en 1800 par Dietrich Ludwig Gustav Karsten (1768-1810), grand

mathématicien, physicien, minéralogiste allemand et membre de l'Académie des

sciences de Proussie et de l'association des sciences naturelles de Berlin, il fut élève

d'Abraham Gottlob Werner à l'Académie de Freiberg, Allemagne.

 

Remarques:

 - La Barytine est le plus important minéral de Baryum.

 - Elle se compose souvent d'un mélange isomorphe avec l'anglésite et la

   célestine.

 

Synonymes et variétés:

  - Achrenstein ou Aehrenstein (en allemand)

  - Astapia

  - Angleso-barytine (variété)

  - Astrapia

  - Barite (en italien)

  - Baritite

  - Baroite

  - Baroselenite

  - Barote

  - Baryte-Ca (variété)

  - Baryte-Sr (variété, baryte Strontian))

  - Baryte rose (variété)

  - Barytes

  - Barytine   

  - Barytite

  - Bolones Spar

  - Bononiensisk Sten (en suédoise)

  - Boulanite

  - Boulonite

  - Calcareobarite (variété)

  - Calstronbarite (variété)

  - Cauk

  - Cawk

  - Celestobarite (variété, par Dana)

  - Crampon

  - Dreelite

  - Fétide Spar lourd

  - Fosforica pierre de Bologne (italien ancien)

  - Hépatite (variété)

  - Hokutolite (variété) (voir photo ci-contre)

  - Gypse ponderosum (en latin)

  - Leswersten (en suédoise)

  - Lysesten (suédoise)

  - Michel-lévyte

  - Meisselspat (en allemand, variété, en forme de burin plat)

  - Oakstone (variété)

  - Pierre Bononian

  - Pierre de Bologne  

  - Pietra di Bologna fosforica (en italien)

  - Prismaticher Halbaryt (en allemand)

  - Querelle

  - Radian Barytine (variété)

  - Schoharite (variété)

  - Schwefelsaures Baryt (en allemand)

  - Schwerspath (allemand)

  - Spar jaune

  - Spar lourd

  - Spath pesante (spath lourde en italien)

  - Spath séléniteux

  - Spato pesato (en italien)

  - Spatum ponderosum (en latin)

  - Strhlbaryt (en allemand)

  - Tina Bari (espagnol)

  - Tungspat (en suédoise)

  - Volnye

 

Formule chimique:  Ba[SO4]  

sulfate de baryum

Strunz nr: 6/A. 09-20

Classe VI des : Sulfates

groupe des : Barytes

série des : Celestine - Anglesite

dureté:  3,00 à 3,50

densité:  4,50

système cristallin: Orthorhombique,  (dipyramidal)

morphologie: cristaux prismatiques plats, en rosettes, concrétions,

agrégats, tablettes, lamellaire, sphérique, en amas granulaires, en

structure zonée ou fibroradiée, en amas cryptocristallins

couleur: blanc, sable, miel, bleu, vert, noir, brun, rouge, safran, gris,

brun pâle à brun foncé.

éclat: vitreux, perlacé, transparent, translucide, opaque

rareté par Stefan Weiss: commune  

 

 

 
 

                                                                                                                Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BARYTOLAMPROPHYLLITE

 

                                                minéral radioactif

                                               radioactivité à peine détectable

                                               

 

 - Trouvé par David Shannon en 1972 dans les pegmatites du complexe titano-silicate

de Gordon Butte, Meagher County, Montana, USA.

Dimensions:  5 cm. x 4,5 cm.

  

Étymologie:

 - En raison de sa composition chimique analogue au barium avec la lamprophillite.

 - Elle a été découverte en 1965, Mont Kukisvumchorr, Massif Khibiny, péninsule de

   Kola, Murmanskaja Oblast', région du Nord, Russie.

 - La Barytolamprophillite a été décrite en 1965 par les minéralogistes chinois:

 - Tze-Chung Peng (Zhizhong Peng),

 - Chien-hung Chang (Jianhong Zhang), fondateur de l'Université publique de

   Nankai, Tianjin, Chine.

  

Formule chimique: (Na,K)2(Ba,Ca,Sr)2(Ti,Fe)3(SiO4)4(O,OH)2

Strunz nr.:  8/C.13-30

Classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Sorosilicates

groupe des: Lamprophyllites

série des : Ferroericssonite - Barytolamprophillite

dureté:  2 à 3

densité: 3.62

système cristallin:  Monoclinique, (prismatique)

morphologie: en plaquettes, cristaux minces ou agrégats,

couleurbrun, brun foncé, brun rougeâtre

éclat: vitreux 

rareté par Stefan Weiss: + (rare)

 

    Radioactivité:

GRAPI = 40.33 (Gamma Ray américain unités Petroleum Institute)

La Concentration de la Barytolamprophyllite par unité est de GRAPI = 2,48 (%)

La radioactivité estimée de la Barytolamprophyllite est à peine détectable

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

 

                                         Notions de Petrographie

 

 - BASALTE (classe des roches Magmatiques) :

 roche éruptive basique, à structure microlithique, correspondant au gabbro

povre en silice.

Contient du feldspath calcosodique (plagioclase), mica noir, pyroxene et

olivine. Lourde et de couleur noire.

 

  

                                                        

 - BASIQUE (roche), classe des roches Magmatiques: roche pauvre en silice

  

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BASTNAESITE-Ce

 

                                                minéral radioactif

                                                           radioactivité faible

                                        

 

 - Trouvé par moi même en 1987 dans le complex à contact métamorphique de 

skarn à anphibolites de TrimounsLuzenac, Pyrenées, Ariege, France.

Dimensions: 1,2 cm. x 1,00 cm. (photo 1).

 

BASTNAESITE-Ce sur Calcite

Complex à contact métamorphique de skarn à anphibolites de Trimouns,

Luzenac, Pyrenées, Ariege, France.

Dimensions: 2,2 cm. x 1,00 cm., (voir photo ci-contre).

 

BASTNAESITE-Ce sur Quartz

Trouvé par moi même en 1987 dans le complex à contact

métamorphique de skarn à anphibolites de TrimounsLuzenac,

Pyrenées, Ariege, France.

Dimensions: 1,50 cm. x 1,00 cm. (voir photo ci-contre).

 

Étymologie:

 - prend le nom de la localité de sa découverte: Bastnaes, Suede.

 - Décrite en 1841 par le minéralogiste français Jean Jacques Nicolas Huot 

(1790-1845) qui découvrit le minéral dans les mines de Chinamu Bastnaes,

Riddarhyttan, Skinnskatteberg, Waestmanland, Suede.

 - J.J.N. Huot ( dit père Huot) géologue et minéralogiste,  fut en 1832 membre

fondateur de la Sociétè des Sciences Naturelles de Versaille et un très grand

collectionneur de minéraux et fossiles.

 

Synonymes:  

 - Buszite;

 - Hydrocerite (de Glocker);

 - Hydrofluocerite;

 - Basisk-flusspatssyradt Cérium (par Berzelius en 1818)

 - Basicerine (par Beudant en 1832);

 - Basiskfluor-Cérium (par Hisinger en 1838);

 - Hydrofluaté Cerium (par Dufrenoy en 1845);

 - Fluocerine (par Hausmann en 1847);

 - Kischtim-Parisit (par Karavayev en 1862)

 - Kischtimite (par Brush en 1863);

 - Sous-fluaté de Cérium (par Phillips en 1867)

 - Hamartite (par Nordenskiöld en 1868);

 

Groupe des Bastnaesites:

  - Bastnaesite-(Ce)  =   (Ce,La)[F/CO3]

  - Bastnaesite-(La)   =   (LaCe)[(F,OH/CO3]

  - Bastnaesite-(Y)     =    (Y,Ce)[F/CO3]

 

Formule chimique: (Ce,La)[F/CO3]

carbonate de fluorure et de cerium

Strunz nr.: 5/C.07-30

Classe V des : Carbonates, Nitrates, Borates

sous-classe des : Anhydros-Carbonates

groupe des : Bastnaesites

série des : Bastnaesite-(Y) - Michelsenite

dureté: 4,45

densité:  4,78 à 5,20

système cristallin: Hexagonal

morphologie:  lamellaire, massive, tabulaire, prismatique, grenu,

en agrégats

couleur: jaune, brun, brun  rougeâtre, brun orange.

éclat:  vitreux, nacré, par fois gras; transparent, translucide

rareté par Stefan Weiss: commune

 

    Radioactivité de la Basnaesite-Ce : (faible)

GRAPI = 60,386.63 (Gamma Ray américain unités Petroleum Institute)

Concentration de la bastnasite-(Ce) est par unité de GRAPI = 16.56 (PPM)

La Bastnasite-(Ce) est radioactive tels que définis dans 49 CFR 173,403.

Plus de 70 Bq

 

 

 

                                                            Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BAURANOITE avec Calciouranoite, Metacalciouranoite et Nasturan

 

                                                           minéral radioactif

                                                         

 

 - Trouvé en 1978 par le collectionneur allemand Wilcke, dans les dépôts d'U,Mo de

minéral secondaire d'uraninite, des gisements de Strel'tsovskoye, Krasnokamensk,

Chitinskaya Oblast'Transbaikal, district de Chita, region de la Siberie de l'est, Russie.

Dimensions: 1,5 cm. x 1,5 cm.

 

 

Étymologie:

 - Prend son nom en raison de sa composition chimique Barium et Uranoite.

 - La Bauranoite fut découverte et décrite en 1973 par les minéralogistes et

   geologistes :

 - Vera P. Rogova (géologue et chimiste russe),  

 - L. N. Belova (géologue russe)

 - G. N.  Kiziyarov (minéralogiste et géologue russe) et

 - N.N. Kuznetsova (minéralogiste et géologue russe).

 

Formule chimique:  BaU2O7•4-5(H2O)

Strunz nr: 04/H.06-30

Classe IV des : Oxydes, Hydroxydes

groupe : Hydroxydes d'uranyle et hydrates d'uranyle avec [UO2]

série: Ianthinite - Carlosbarbosaite

dureté:  5

densité:  5,28

système cristallin: Triclinique

morphologie: granulaire, massive, agrégats cristallins

couleur: marron rougeâtre, orange brunâtre

éclat: vitreux

rareté par Stefan Weiss: +++ (rarissime)

   

   Radioactivité de la Bauranoite:

GRapi = 4,255,235.41 (Gamma Ray American Petroleum Institute Units)

 La Concentration pour la  Bauranoite est par GRapi unit = 235.00 (PPB)

 

 

 

 

                                                          Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

BAUXITE (roche latérique blanche, rouge ou grise)

localité type

 

                                                 

 

 - Trouvé en 1970, par moi même, dans les roches granitiques altérées des couches

d'argiles latéritiques rouges (bauxite) du gisement des Canonnettes, à proximité du

village des Baux-de-Provence, vallée des Beaux, près d'Avignon, massif des Alpilles,

France.

Dimensions:  3,50 cm. x 2,50 cm.

 

Étymologie:

 - Prend le nom du lieu de sa découverte Canonnettes, près du village

Baux-de-Provence, vallée des Baux, près d'Avignon, massif des

Alpilles, France.

 - La Bauxite a été découverte et décrite en 1821 par le chimiste français

Pierre Berthier (1782-1861). Il découvrit la bauxite en cherchant du minerai de fer.

Berthier fut membre de la section de Minéralogie de l'Académie des Sciences en

1827 et  inspecteur général des mines en 1848. Fut un grand minéralogiste,

géologue et chimiste, la diversité de ses œuvres dépassèrent les 160 publications.

(Voir photo ci-contre).

 - La Bauxite est une roche sédimentaire qui sert à la préparation de l'aluminium, elle

fond à la chaleur de 2000° centigrades. L'aluminium est un minéral de couleur

gris-blanc très léger et un très bon conducteur d'électricité et de chaleur. L'Histoire

nous révèle que Napoleon III, avait coutume d'offrir aux souverains étrangers des

objets en aluminium valant à l'époque beaucoup plus cher que l'or.

 

Variétés de Bauxite:

  - Gibbsite = hydroxyde d'aluminium de formule: Al(OH)3

  - Boehmite = hydroxyde d'aluminium de formule: y-AlO(OH)

  - Diaspore = hydroxyde d'aluminium de formule: a-AlO(OH)

 

couleur: rouge ou grise

éclat: terreux, argileux

  

 

 

 

 

 
 

 

BAVENITE

 

                                                     

 

 - Trouvé par moi même en 1998 dans les alterations des minéraux de beryllium des

pegmatite granitiques de la mine de Czernica, Pologne.

Dimensions: 5,50 cm. x 5,00 cm.

 

Étymologie:

 - prend le nom de la localité de sa premiere découverte en 1901 dans les pegmatites

granitiques des carrières Montecatini (actuellement Locatelli) Monte Camoscio,

Oltre-Fiume, Baveno, Verbano-Cusio,Ossola, Lago Maggiore, Piemonte, Italie.

La Bavenite fut décrite en 1901.par le minéralogiste italien Ettore Artini  

(1866-1928). En 1887 fit son doctorat de sciences naturelles  à Padova et à Firenze.

Divint ensuite assistant de l'Institut minier de l'université de Pavia où il est resté

jusqu'en 1893 et en 1911 fut nommé directeur du département minéralogie du

"Museo Civico di Storia Naturale" et professeur de minéralogie au "Liceo Tecnico"

de Milan, Italie.

  

Formule chimique: Ca4.1Be2.9 Al1.2 Si9.2 O26 (OH)2

Strunz nr: 8/G. 07-10

Classe VIII des : Silicates

sous-groupe transitive entre : Inosilicates et Phyllosilicates

série: Bavenite - Rudenkoite

dureté: 5,50  

densité: 2,70

système cristallin: Orthorhombique, (pyramidal)

morphologie: cristaux principalement  prismatiques, aciculaires,

aplatis, massifs, agrégats, fibreux, laméllaires, macles, finement

comme une feutrine (voir photos 1 et 2).   

couleur: blanc, vert, rose, incolore, brun, rose rougeâtre.

éclat: vitreux, nacré, soyeux, transparent à opaque

rareté par Stefan Weiss: commune

 

 

 

     
 

 

BAYLDONITE

  

                                                  

                                                      

 - Trouvé en 1992 par mon ami et collectionneur de minéraux, Wolfgang Henkel,

dans la zone d'oxydation des sulfo-arséniates des filons métallifères de la mine

Tsumeb (mine Tsumcorp), Tsumeb, Région Otjikoto (Oshikoto), Namibie.

Dimensions:  6.5 cm. x 5.5 cm.

 

Étymologie:

 - dédié en hommage au médecin et physicien britannique John Bayldon

(1837-1872), professeur de botanique au Royal Collége de Surgeons d'Edimbourg.

Il a également publié des observations géologiques et botaniques et a découvert en

1865 les premiers spécimens de bayldonite à Saint Day en Cornouailles, Angleterre,

qui sont exposés au Muséum d'Histoire Naturelle de Londres.

 - La Bayldonite fut décrite en 1865 par le minéralogiste et chimiste britannique

Arthur Herbert Church (1834-1915), qui découvrit plusieurs nouvelles espèces,

dont le Cérium. Il fut professeur de chimie  à la Royale Académie des Arts de

Cirencester et membre du Royal Collège de Londres.

 

Remarques:

- La Bayldonite est formé d'Olivenite et d'Adamite.

 

Formule chimique: (Cu,Zn)3Pb(AsO4)2(OH)2

arséniate de cuivre, zinc et plomb et arsenic

Strunz nr.: 7/B.33-10

classe VII des: Phopsphates, Arséniates, Vanadates

sous-classe des: Arséniates

groupe des: Bjarebyite

série: Penikisite - Heyite

dureté: 4.5  

densité: 5.5

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie: lamellaire, croûtes, pulvérulante, mamellaire, fibreuse, grains

couleur: vert, vert pomme, vert foncé à noir,  jaune-vert, vert jaunâtre

éclat: gras, résineux; transparent, translucide

rareté par Stefan Weiss: 0

 

 

     
 

 

BAYLISSITE  

localité type

 

                                                      

 

 - Trouvé en 1976 par moi même, à Gerstenegg, pendant les travaux du tunnel du

Sommerloch, region de Grimsel, Vallée d'Hasli, canton de Berne Oberland, Suisse.

Dimensions: micromount

 

Étymologie:

 - Découverte en 1976 dans le tunnel Gerstenegg-Sommerloch, vallée d'Hasli à

Griemsel, Berne, Suisse.  

 - Dédié à l'australien Sir Noel Stanley Bayliss (I906-I996), professeur en chimie

en I933 à l'université Western Australia, Nedlands, Australie. President de la Royal

Australia Chemical Institution RACI (I956), Commandeur de l'Ordre du British Empire

CBE (I960), Vice-Président de l'Académie des Sciences d'Australie (I967-I968).

 

Formule chimique:  K2Mg(CO3)2.4H2O

Strunz nr.: 5/D. 02-40

classe V des : Carbonates

sous-classe des : Nitrates et Borates

groupe des : Carbonates Hydratés.

série: Thermonatrite - Chalconatronite

dureté:  2,30

densité: 2,60

système cristallin: Monoclinique, (pseudo-orthorhombique)

morphologie: cristaux prismatiques,

couleur: incolore

éclat: vitreux, transparent

rareté par Stefan Weiss: +++ (extremement rare)

 

 

     
 

 

BEHIERITE  

localité type

 

                                                             

 

 - Trouvé en 1985 dans les pegmatites granitiques de la mine de pierres précieuses

(gem mine) d'Antsongombato, FKT Antsentsindrano, communauté d' Andrembesoa,

district de Betafo, Sahatany Valley, Région Vakinankaratra, province d' Antananarivo

Madagascar.

Dimensions:  4 cm. x 2,5

 

Étymologie:

 - d'après le nom du minéralogiste français Jean Behier (1903-1965), directeur du

Service Géologique malgache. (Voir photo ci-contre).

Jean Behier fut un grand collectionneur de minéraux, suite à toutes ses prospections

et ses nombreux échanges, il réalisa une collection de plus de 5.000 pièces. Fut

membre de la Société Française de Minéralogie  et professeur pour le Commissariat

à l'Energie Atomique (C.E.A.). Il est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages importants

sur la minéralogie de Madagascar parmis lesquelles :

 - Contribution à la minéralogie de Madagascar (1960).

 - Étude des minéralisations des plages de Madagascar (1954).

Il décrit en 1960 le minéral qui porte son nom (Behierite), qu'il découvrit dans les

mines de Manjaka au Madagascar.

 

Formule chimique(Ta,Nb)BO4

Strunz nr.:  5/G.07-20

classe V des : Carbonates, Nitrares, Borates

sous-classe des : Borates 

groupe des : (Nesoborates avec [BO]4....), Zircons isostructurales

série: Sinhalite - Moydite-Y

dureté:  7 à 7,5

densité: 7,81 à 7,86  

système cristallin:  Quadratique, (ditetragonale dipyramidale)

morphologie: octaedrique, pyramidale, lamellaire

couleur: rose grisâtre, gris jaune, gris rose, blanc, rouge grisâtre

éclat: vitreux, adamantin; transparent

rareté par Stefan Weiss: +++ (extrêmement rare)

 

 

 

 

 
 

 

Be-CORDIERITE               (voir page C pour CORDIERITE)

localité type

 

                                                       

 

 - Trouvé en 2005 par le minéralogiste russe Dr. Mikhail Murashko dans les roches

métamorphiques de contact de la mine de Lipovka, Lipovka Oblast, partie centrale

des Ourals, Russie.

Dimensions: 3 cm. x 2 cm.

 

Étymologie:

En relation aux composant de sa formule chimique = Beryllium et Cordierite

La structure cristalline de la Cordierite riche en beryllium à été établie par analyse

de la diffraction des rayons x, par l'institute des Problems de Chimie et Physique de

l'Academy des Sciences de l'Etat de Moscou, Chernogolovka, Moscou Oblast, Russie.

La Be-Cordierite a été décrite en 2003 par les minéralogistes russes :

O.V. Yakubovich; V. MASSA; I.V. Pekov; P.G. Gavrilenko; et N.V. Chukanov.

 

Formule chimique:  Mg2Al3[(Al,Be)Si5O18]

silicate de magnésium et d'aluminium et de beryllium

Strunz nr.:  8/E.12-40

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Cyclosilicates

groupe des : Cordierites

série des : Cordierite - Sekaninaites

dureté:  7,00 à 7,50

densité: 2,50  

système cristallin: orthorhombique, (dipyramidal)

morphologie:  granulaire, cristaux prismatiques

Couleur: marron, brun jaunâtre, rougeâtre

éclat: vitreux; transparent à semi-transparent

rareté par Stefan Weiss: +++ (rarissime)

 

 

 

     
 

 

 BELOSHARITE (produit anthropique de décomposition de Périclase)

localité type

 

                                                     

 

 - Collectée en 2008 par mon ami Mikhail Murashko sur le terril de la mine de charbon

N° 45, à Kopeisk, district de Chelyabinsk, S. Oural, Russie.

Dimensions: 5 mm. x 6 mm.

 

Étymologie:

 - La Belosharite est un produit de décomposition de périclase par la combustion

des terrils de charbon. Est un minéral d'origine anthropique, non approuvé, comme

espèce minéral, par l'IMA.

 - Décrite en 1998 par les russes:

 - B. Cesnokov

 - M. Kotrly

 - T. Nisanbajev

 

Formule chimique: Mg4(OH)6(SO4).7H2O

classe des: Sulfates

sous-classe des: produits anthropiques

groupe des: Périclase

série: Périclase

dureté: n.d.

densité: n.d.

système cristallin: Orthorhombique

morphologie:  croutes, agrégats,

couleur: blanc, blanc rosâtre

éclat: pulverulent, soyeux

rareté par Stefan Weiss: +++ (extremement rare)

 

 

 

     
 

 

 BEREZANSKITE

 

                                                       Radioactivité à peine détectable

                                                     

 

 - Collectée en 2002 par mon ami Mikhail Murashko, près du glacier Darai-Pioz,

Alayskisy (Alai Range), Turkestanskiy et Zeravshanskiyidges, Mount Tien Shan, 

Région de Garm, République du Tadjikistan.

Dimensions: 1.5 cm. x 1 cm.

 

Étymologie:

 - La Berezanskite a été dédié au géologue et minéralogiste russe,  Anatoli

Vladimirovitch Berezanskii (1948-), émérite cartographe à qui on lui doit la

cartographie géologique des régions éloignées du Turkestan-Alai, au Tadjikistan.

  - La Berezanskite a été découverte en 1997, près du glacier Darai-Pioz, Alayskisy

(Alai Range), Turkestanskiy et Zeravshanskiyidges, Mount Tien Shan, Région de

Garm, République du Tadjikistan.

 - Elle à été décrite en 1997 au  Zapiski Vserossiskogo Mineralogicheskogo

Obshchetstva, par les minéralogistes russes:

 - Leonid A. Pautov  

 - Atali A. Agakhanov.

  

Formule chimique: KLi3Ti2Si12O30

Strunz Nr.: 8/E.22-125

classe VIII des: Silicates

sous-classe des: Cyclosilicates

groupe des: Milarites-Osumilites

série: Poudretteite - Faizievite

dureté:  2.5 à 3

densité: 2.66

système cristallinHexagonal, (dipyramidale)

morphologie:  granulaire, compacte, feuilles

couleur: incolor, blanc cassé, blanc braunâtre

éclat: vitreux, nacré; transparent, translucide

rareté par Stefan Weiss: +++ (extrêmement rare)

 

    Radioactivité:

GRAPI = 57.24 (Gamma Ray américain unités Petroleum Institute)

La Concentration de la Berezanskite est par unité de GRAPI = 1,75 (%)

La radioactivité estimée de Berezanskite est à peine détectable

 

 

     
 

 

 BERGSLAGITE avec SVABITE

  

                                         

                                                     

 

 -  Trouvé en 1984  dans des miniscules veines d'hematite du terril de la mine de fer

et manganèse de Bergslagen, Langban, district de Filipstad, Värmland, Suede.

Dimensions: 2.5 cm. x 1 cm.

 

Étymologie:

 - La Bergslagite prend le nom du lieu de sa découverte en 1983,  mine de fer

et manganèse de Bergslagen, Langban, district de Filipstad, Värmland, Suede.

  - Elle a été décrite en 1984 par les minéralogistes :

 - Staffan Hansen,

 - Lars Fälth,

 - Ole Valdemar Petersen (conservateur, Musée de Copenhague, Danemark)

 - Ole Johnsen du Musée géologique de l'Université de Copenhague, Danemark

 

Formule chimique:  CaBe(AsO4)(OH)

beryllo-arsenate-phosphaté tétraédrique

Strunz Nr.:  7/B.01-30

classe VII des: Phosphates, Arseniates, Vanadates

sous-classe des:  Phosphates anhydres

groupe des: Herderites

série: Herderite - Babefphite

dureté: 5

densité: 3.4

système cristallinMonoclinique

morphologie:  

couleur: incolore, gris, blanc gris, blanc jaunâtre,

fluorescence: en verdâtre, bluâtre, brun jaunâtre

éclatvitreux; translucide

rareté par Stefan Weiss: ++ (rarissime)

 

 

 

 

 

 
 

 

BERYL  

Béryl incolore, collection antique

 

                                                              

 

 - Trouvé en 1895 dans les pegmatites granitiques de Malakalina, Madagascar.

Dimensions: 21,00 cm. x 17,50 cm. 

 

Étymologie:

 - du grec "Bêrullos " et du latin "Beryllus" qui signifie cristal, le mot dérive aussi

de l'antiquité de la langue "dravidisch" du nom de la ville südindische Belur; ou de

l'allemand "Brille" = lunette, car au Moyen-Age les premiers verres à lunettes,

verres optiques et loupes, étaient faits avec des béryls incolores; et du vieux français

"Bérique" puis "Bésicle".

 - Le Béryl fut décrit par Pline l'Ancien en 0077 sur l'appellation de Béryllos qui

signifie pierre précieuse de la couleur de l'eau de mer.

 

Remarque:

 - Dans la tradition française le Béryl symbolise les 23 ans de noces.

  

Synonymes:

 - Bérylite

 - Bérylls

 - Bérylle

 - Berillo (italien)

  

Variétés gemmes:

 - Aeroides = variété de béryl de couleur bleu pâle

 - Aigue-marine = béryl bleu (alumine-silice-béryllium-fer)

 - Bazzite = variété de béryl bleu

 - Béryl vert = vert pâle (alumine-silice-béryllium-fer)

 - Bixbite = béryl rouge (béryllium-manganese), à ne pas confondre

    avec la Bixbyite 

 - Émeraude = béryl vert (alumine, silicium, beryllium, chrome)

 - Gold-beryl = héliodor en langue allemande

 - Goshenite = béryl Incolore

 - Halbanite = variété d' aigue-marine traitée par la société Halba

 - Héliodore = béryl jaune d'or (alumine-silice-béryllium-uranium)

    (voir photo ci-contre)

 - Maxaxite ou Maxixe = béryl bleu intense (bérllyum-césium-lithium)

 - Morganite = béryl rose (dédié à John Pierpont Morgan), (alumine-silice-beryllium,

    manganese-cesium) très apprécié en gemmologie, (voir photo ci-contre)

 - Pachea = variété de béryl vert foncé riche en chrome

 - Pezzottaite =  en 2002, a été découvert  au Madagascar une

    nouvelle variété d'un rose profond qui semblait être un beryl, mais

    il s'agit en fait d'une nouvelle espèce minérale qui est différente

    mais étroitement liés au beryl.

 - Riesling béryl = variété de béryl vert poireau (découvert en Allemagne

    en 1850)

 - Vorobierite = béryl rose pâle ou incolore

 

Formule chimique:  Al2Be3[Si6O18].0,5H2O

Silicate d'Aluminium et de Béryllium

Strunz nr.: 8/E. 12-10

Classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Cyclosilicates

groupe des : Béryls

série de: Béryl - Sekaninaite

dureté: 7,50 à 8,00

densité: 2,67 à 2,71

système cristallin: Hexagonal, (dipyramidale,dihexagonale)

morphologie: en forme de prismes allongés et cannelés ou

arrondis, à polychroïsme parfois marqué, cristaux souvent

hexagonales, agrégats, compacte, tabulaire, columnaire

couleur: blanc, incolore, rouge, rouge carmin, bleu, bleu pâle,

bleu vert, vert bleuâtre, vert, vert jaunâtre, jaune, rose

éclat: vitreux, transparent, translucide, mat

rareté par Stefan Weiss: commune  

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

BERYL (variété Aigue-Marine) avec Mica

 

                                                  

 

 - Trouvé en 1979 dans les micaschistes des roches métamorphiques communes à

structure lépidoblastique des carrières de Tres Barras, dans le Sud Minas Gerais,

Brésil.

Dimension: 12,00 cm. x 6,00 cm. (voir photo ci-contre).

 

AIGUE-MARINE avec Topaze sur Quartz

trouve en 1992, par mon ami collectionneur et chercheur de minéraux

Umberto Righi, à Chamachu, Monts Haramosh, Skardu, Baltistan, Gilgit,

Pakistan.

Dimensions: 4 cm. x 3,5 cm. (voir photo ci-contre)

 

Étymologie:

du grec "Bêrullos " et du latin  beryllus = eau de mer et brillant.

Mais aussi bien dans l'antiquité, le mot dériverait de la langue

"dravidisch" du nom de la ville südindische Belur.

 - De l'allemand "Brille" = lunette, car au Moyen-Age les premiers verres à

lunettes, verres optiques et loupes, étaient faits avec des béryls

incolores.

 - Du vieux français "Bérique" puis "Besicle".

Le Beryl fut décrit par Pline l'Ancien en 0077 sur l'appelation de

Beryllos qui signifie pierre précieuse de la couleur  de l'eau de mer.

 

Une légende du Beryl variété Aigue-Marine:

 - L’histoire se déroule sur le toit du monde, dans les plus hautes montagnes

de la création protégées par les fées. Un chasseur courrait à perdre haleine,

à la poursuite d’un félin. Il alla si vite et si haut qu’il dépassa un glacier.  

Épuisé par sa course folle, assoiffé, il ramassa un morceau de glace et le 

chauffa dans ses mains pour se désaltérer. Mais la glace, d’un bleu céleste,

ne fondait pas. Le chasseur venait de découvrir la première Aigue-marine,

symbole de pureté, du mont Chumar Bakar, dans la chaîne du Karakoram,

une région tribale au Nord du Pakistan.

 

Rémarques:

 - L'Aigue-Marine est une pierre précieuse dichroique: suivant l'angle de vue

elle peut être bleue ou incolore. Dans le commerce de pierres precieuses

pour obtenir une belle couleur et pour la rehausser, on la chauffe au delà de

400 degrés Celsius. Sa couleur est due par inclusion de fer dans sa 

composition (de1 à 2 %).

- L'Aigue-Marine est une variété de Béryl d'un bleu ou bleu-vert et une pierre

précieuse qui aime être exposée au soleil.

- La plus grosse Aigue-marine a été trouvée au Brésil en 1910 elle pesait

110 kg et mesurait  48,5 cm. de longueur et 41 cm. de diamètre.

- La grande Aigue-Marine qui forme la boule du globe sur la couronne

du roi d'Angleterre, est de la plus grande beauté; elle a deux pouces environ

de diamètre (Bomare).

  

Formule chimique:  Al2Be3[Si6O18].0,5H2O

Silicate d'Aluminium et de Béryllium

Strunz nr.: 8/E. 12-10

Classe VIII des : Silicates

groupe des : Cyclosilicates

série de: Béryl - Sekaninaite

dureté: 7,50 à 8,00

densité: 2,67 à 2,71

système cristallin: Hexagonal, (dipyramidale,dihexagonale)

morphologie: en forme de prismes allongés et cannelés ou

arrondis, à polychroïsme parfois marqué.

couleur: blanc, incolore, bleu, bleu pâle, bleu vert, vert bleuâtre  

éclat: vitreux; transparent, translucide, mat

rareté par Stefan Weiss: commun  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

BERYL (variété émeraude) double cristallisation

 

                                                 

 

 - Trouvé en 2003 dans les mines de Chivor, entre Gachalà et Chivor

(lieu-dit l'arc de l'emeraude) au N-E de Bogota jusqu'au Nord de Pena Blanca,

située sur le flanc d'une montagne de 2300 mt. d'altitude au Nord-Est de Bogota,

Colombie.

Dimension: environ 5,00 cm. x 3,00 cm.

 

BERYL (émeraude) sur gangue.

 - Trouvé en 2003 dans la mine de Chivor, Colombie.  

Dimensions: 2,50 cm. x 1,80 cm. (voir photo ci-contre),

 

BERYL (émeraude) cristal isolé.  

 - Trouvé en 2006 dans la mine de Chivor, Colombie.

Dimensions: 4,50 cm. x 4,50 cm., (voir photo ci-contre).

 

Étymologie du mot Émeraude:

 - du vieux français " esmeraude" en passant par le grec "Smaragdos" qui signifie

"pierre verte".

 - La couleur verte de l' Émeraude provient des inclusions de traces de vanadium,

de chrome et rarement de fer.

 

Étymologie du mot Béryl:

 - du grec "Bêrullos ou Beryllos"   toutes pierres précieuses de la couleur de l'eau

de mer (Pline) ex. Aigue-Marine; ou du latin  beryllus = eau de mer et brillant;

mais aussi bien dans l'antiquité le mot dériverait de la langue "dravidisch" du nom

de la ville südindische Belur.

 - De l'allemand "Brille" = lunette, car au Moyen-Age les premiers verres à lunettes,

verres optiques et loupes, étaient faits avec des béryls incolores; et du vieux français

"Bérique" puis "Besicle".

 - Le Beryl fut décrit par Pline l'Ancien en 0077 sur l'appelation de Beryllos qui

signifie pierre précieuse de la couleur  de l'eau de mer.

 

Remarque:

 - dans l'antiquité toutes pierres vertes étaient appelées émeraude.

  

Formule chimique:  Al2 Be3 [Si6 O18]

Strunz nr. :  8/E. 12-10

classe VIII des : Silicates

groupe des : Cyclosilicates

série: Beryl - Sekaninaite

dureté:  7,50 à 8,00

densité:  2,63 à 2,90 avec une moyenne de 2,76

système cristallin: Hexagonale, (dipyramidale,dihexagonale)

morphologie: en forme de prismes allongés et cannelés ou

arrondis, à polychroïsme parfois marqué.

couleur: vert, vert  pale.

éclat: vitreux; transparent

rareté par Stefan Weiss: commune  

 

 

 

 

 

 

 

BERYLLIUM-10 (nouveau element)

 

                                                    

 - Cet objet insolite est un grain du sol lunaire. L’auréole jaune qui l’entoure est une

pellicule amorphe de Beryllium -10, d’une épaisseur inférieure à 500 nanomètres

dans laquelle sont incrustés des ions issus du soleil transportés dans l'espace par

le vent solaire.

Dimension:  inférieure à 500 nanomètres

Étymologie:

 - Décrite en 2002 par les géochimistes français Marc Chaussidon et François

Robert  du Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques de

Nancy . (Voir photos ci-contre).

Ces deux géochimistes, par l’analyse de cette fine pellicule à la microsonde ionique

du CRPG ont permis  de démontrer que le Soleil, au moment de sa formation irradie

la matière qui l’entoure et produit, in fine, des éléments chimiques nouveaux

comme le beryllium 10.

En 2003 François Robert et Marc Chaussidon Directeurs de Recherche au CNRS

ont reçu par Sylvie Joussaume, Directrice du Département des Sciences de

l’Universté du CNRS, la médaille d'Argent du CNRS. La cérémonie de la remise des

médailles c'est déroulé au Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques

de Nancy. Cette distinction a été décernée à chacun pour l’ensemble de leurs travaux,

effectués principalement sur les météorites. (Source: rapport  du C.R.P.G. de l'.IN.S.U.

et du C.N.R.S. de Vandoeuvre les Nancy, Lorraine, France).

Chaque année, la Médaille d'argent du CNRS distingue des chercheurs, au début de

leur ascension, mais déjà reconnus sur  le plan national et international pour la qualité,

l'originalité et l'importance de leurs travaux. 

 

Remarque:

  - Le beryllium-10, est le premier exemple d'un isotope radioactif naturel dont la mesure par AMS a eut un impact  inattendu dans le domaine des sciences de la terre

et de l'astrophysique. Cet isotope radioactif, de période 1,5.106 ans, est formé par le

rayonnement cosmique, soit dans l'atmosphère terrestre puis déposé dans les

réservoirs géologiques tels que les sédiments marins ou les glaces polaires, soit formé

directement dans les roches exposées au rayonnement cosmique à la surface de la

terre. L'analyse du beryllium-10 peut aider à dater ces réservoirs ou à reconstituer les

différents paramètres contrôlant la formation de beryllium-10 tels que le champ

magnétique terrestre, l'activité solaire et l'intensité du rayonnement cosmique primaire.

Les chercheurs du CSNSM ont ainsi pu montrer, en mesurant cet isotope dans une

carotte de glace prélevée en Antarctique à la station russe de Vostok, que le

rayonnement cosmique irradiant l'atmosphère terrestre avait augmenté d'un facteur 2 il

y a environ 40 000 ans. (Source Google).

 - Les rayons cosmiques frappant l'atmosphère sont une forte source de béryllium-10,

de carbone-14 et de chlore-36, qui sont déposés dans la pluie et la neige, d'où leur

migration peut être suivie.

 - Le Béryllium-10 est un isotope indicateur de l'activité du soleil.

 - Le Be-10 est produit dans l'atmosphère par les rayons cosmiques de collisions avec

les atomes d'oxygène et d'azote.

 

Formule chimique: Be-10

isotope radioactif naturel

classe des : Elements

groupe des :éléments

  

 

 

 

 

 

 

 

BETAFITE ou  MENDELEYEVITE                 

localité type

ancienne collection d'Alexandre Stuer

 

                                                               minéral radioactif

                                                      

 

  - Trouvé fin 1800? dans les pegmatites granitiques à terres rares d'Ambolotara  

près de la Commune de Bétafo, district de Bétafo, région de Vakinankaratra,

province d'Antananarivo, Madagascar.

Dimensions: 1,50 cm. x 1,50 cm.

 

BETAFITE  (de Hogarth 1977)                                                   

(Groupe des Pyrochlores, sous-groupe des Betafites).

 - Trouvé en 1982 dans les pegmatites granitiques à terres rares de Pedra Lavrada,

province minière de Borborema, Paraiba, Brésil.

Dimensions: 2,00 cm. x 1,5 cm. (photo ci-contre).

 

Étymologie:

 - prend le nom de la ville de sa découverte, Bétafo, Madagascar.

Découverte en 1912 dans les pegmatites granitiques d'Ambolotara près de la

Commune de Bétafo, district de Bétafo, région de Vakinankaratra, province

d'Antananarivo, Madagascar.

 - La Bétafite fut décrite en 1912 par le français François-Antoine Alfred Lacroix

(1893-1936), minéralogiste, géologue et pétrographe, fut le fondateur et précurseur

de la pétrographie moderne. (Voir photo ci-contre).

 - Dans le Journal "Earth Sciences Hystory" nous pouvons lire un rapport de Donald

D. Hogarth du Département des Sciences de la Terre, de l' Université d'Ottawa,

Ontario, Canada, K1N 6N5:

 «De 1912 à 1926, plus de 100 tonnes de cristaux de minéraux radioactifs, de

provenance du Madagascar, ont été expédiés à la France. L'entreprise a impliqué

trois personnes importantes: l'infatigable professeur Alfred Lacroix, qui a découvert

ces minéraux dans le matériel donné aux collections des musées, le médecin et

l'héritier de la fortune de la famille, Henri de Rothschild, qui a financé une raffinerie

pour les traiter, et la scientifique et humaniste, Mme Marie-Curie, qui a étudié le

produit de cette raffinerie, à savoir le radium. D'abord destiné à des fins médicales.

Durant  la première guerre mondiale, le radium, à partir de cristaux de Madagascar,

a été principalement utilisé pour éclairer les cadrans dans les véhicules blindés.

Après l'armistice, il a été employé dans le traitement et la recherche du cancer.

Toutefois, dans les années 1920, grâce à l'accès plus facile et moins coûteux du

traitement du minerai, le prix des matières premières chutairent, de même que

l'importation des cristaux en France.

À la fin de 1926, après une lutte de quinze ans, l'expérience une fois prometteuse a

échoué, l'exploitation minière et l'expédition des cristaux radioactifs a cessé».

 

Synonymes:

 - Aluminobétafite (variété de bétafite riche en aluminium)

 - Bétafite (de Donald D.Hogarth 1977)  

 - Blomstrandite (par Lindstrom 1874) à ne pas confondre avec la

    Blomstrandinite de Brögger 1906

 - Calciobétafite: Ca2(Ti,Nb)2(O,OH)7 (de l'ile de Procida, Monte

    Procida, Campi Flegrei, Napoli, Campania, Italie)

 - Mendéleyevite par Vernadsky en 1923 (synonyme de betafite

   d'Hogart dédié au chimiste et minéralogiste russe Dmitri Ivanovich

   Mendieleev  (1834-1907)

 - Samiresite (par Lacroix en 1912)

 - Stibiobétafite: (Sb+++,Ca)2(Ti,Nb,Ta)2(O,OH)7. (De Vezna,

    république Tcheque). Décrite en 1979 par Cerny et AL.

 - Titanobétafite (par Donald D. Hogarth en 1977)

 - Tantalbétafite  (par Donald D. Hogarth en 1977)

 - Yttrobétafite: (YttrobetafiteY) : Y,U,Ce)2(Ti,Nb,Ta)2O6(OH)

 

Formule chimique: (Ca,U)2(Ti,Nb,Ta)2O6(OH)

Niobotantalate d'uranium

Strunz nr.: 04/C.16-10

classe IV des : Oxides

sous-classe des:Oxydes des terres rares

groupe des : Pyrochlores

sous-groupe des : Bétafites

série:  

 - Oxycalciobétafite  = Ca2(Ti,Nb)2 O6O

 - Hydroxylcalciobétafite = (Ca,Na,U)2(Ti,Nb,Ta)2O6(OH)

 - Oxyplumbobétafite = Pb2(Ti,Nb)2O6O

 - Oxyuranobétafite = (U,Ca,,[])2(Ti,Nb)2O6O

dureté: 3,00 à 5,50  

densité: 4,30

système cristallin: Cubique, (isométrique - Hexoctaédrique)

morphologie:  massive, grenue, en cristaux:  cuboctaédrique,

octaédriques, dodecaédriques, octaédriques

couleur: brun, rouge, brun foncé à noir, jaune si altérée, jaunâtre

souvent recouvert d'un revêtement jaune ou vert terreux

éclat: vitreux, cireux, sub-métallique; opaque, translucide

rareté par Stefan Weiss:  +  (rare)                             

  

    radioactivité: GRapi = 1,310,419.54 (Gamma Ray american petroleum institute units)

Remarque:

L'Oxyuranobétafite et l'Oxycalciobétafite ont été découvertes sur

le site d'atterrissage Luna 24, Mare Crisium, La Lune.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BETEKHTINITE

 

                                            

 

 - Trouvé en 1970 dans les veines schisteuses de la mine Zhezpazghan,

Dzhezkazghan, province de Karaganda, (Qaragandy Oblysy), Kazakhstan.

Dimensions: 2,5 cm. x 2,00 cm.

 

Étymologie:

 - .dédié au minéralogiste russe  Anatoli Georgievich Betekhtin (1897-1962),

professeur de minéralogie et géologie économique, à l'Académie des Sciences de

Russie. Ses principaux travaux furent la description sur la formation des minéraux. ll

développa la théorie de la formation du minerai de manganèse et étudia le problème

de solutions hydrothermales. Il eut le Prix Lénine (1958) et le Prix d'Etat de l'URSS

en (1947).

 - La Betekhtinite a été décrite pour la premiere fois en 1955, par les minéralogistes

A. Schüller et E. Wohlmann et découverte dans le complexe minier du bassin de

Mansfeld, mine d'Eisleben, Saxe-Anhalt, Allemagne.

 

 Formule chimique:  Cu10(Fe,Pb)S6

sulfure de cuivre et plomb

 Strunz nr.: 2/B.02-10

classe II des: Sulfures et sulfosels

sous-classe des: Sulfures, selenures, tellurures   

groupe des:  Sulfures avec Cu

série: Betekhtinite - Calvertite

dureté: 3 - 3,50

densité: 5,96 à 6,05

système cristallin:  Orthorhombique

morphologie: massif, aciculaire, baguettes, veines

couleur: gris de plomb, noir brunâtre, noir

éclat: métallique

rareté par Stefan Weiss: + (rare)

vex

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BETPAKDALITE (groupe des)

localité type

 

                                            

 

 - Offerte par mon amie, mathématicienne russe, Alhim-Janova Rosa et trouvé en 

1970 dans le dépôt de tungstène de Kara-Oba, désert de Bet-Pak-Dal, province de

Karaganda, Kazakhstan.

Dimensions: 1,5 cm. x 1,5 cm.

 

Étymologie:

- prend le nom d'après la localité de sa découverte, dépôt de tungstène de Kara-Oba,

désert de Bet-Pak-Dal, province de Karaganda, Kazakhstan.

 - La Betpakdalite a été décrite pour la premiere fois en 1961 par les minéralogistes

 R. P. Ermilova et V. M. Senderova

 

 Remarques:

Le groupe des Betpakdalites comprend:

  - Betpakdalite-CaMg

  - Betpakdalite-NaCa

  - Betpakdalite-NaNa

  - Betpakdalite-CaCa

 - Le statut IMA de la classification du groupe des Betpakdalites a été redéfini    

   et approuvé en 2010.

 

 Formule chimique: MgCa2Fe3,3+[Mo8,6+O28(OH)/(AsO4)2].23 H20 

 Strunz nr.: 7/C.33-30

classe VII des:  Phosphates, arséniates, vanadates

sous-classe des: Arséniates, Molybdophosphates

groupe des: Betpakdalites

série: Melkovite -  Rankachite

dureté: 3

densité: 2.90

système cristallin:  monoclinique

morphologie: prismatique, en agrégats, pulvérulente, cristaux

pseudooctaedriques

couleur: jaune, jaune verdâtre, jaune brunâtre

éclat: cireux, vitreux, pulvélurente, cotonneux

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BEUSITE avec Triphylite

 

                                                           

 

 - Trouvé en 1972 dans les pegmatites granitiques dans le complexe minière de

Custer, district de Custer, Custer County, Dakota du Sud (South Dakota), USA.

Dimensions: 3,5 cm. x 2,7 cm.. (Voir photo ci-contre).

 

Étymologie:

 -dédié en 1968 au minéralogiste et géochimiste Alexei Alexandrovich Beus

(1923-) professeur de géochimie et minéralogie à l'Institut Polytechnique de Moskou.

 - Décrite en 1968 par les géochimistes et minéralogistes Cornelius S. Hurlbut et

Lorenzo Francisco Aristarain sur des spécimens découverts dans les pegmatites

granitiques de Los Aleros, Amanda et  San Salvador, département de Coronel

Pringles, province de San Luis, Argentine.

  

 Formule chimique:  (Mn++,Fe++,Ca,Mg)3(PO4)2

 Strunz nr.: 7/A.04-30

classe VII des : Phosphates, Arseniates, Vanadates

groupe des :  Phosphates sans anions supplémentaires de H2O

série: Simferite - Wopmayite

dureté: 5 à 5,3

densité: 3,60 à 3,70

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie:  prismatique, lamellaire, structure en fines lames, massive

couleur: marron rougeâtre, rougeâtre, brun, brun rosâtre, rose pâle, beige-rosa

éclat: vitreux, sub-vitreux, gras, résineux; translucent

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BEYERITE avec Namibite

 

                                              

                                           

 - Trouvé en 1989 dans les minéraux secondaire des pegmatites de Kupfertal,

Okatjmukuju, Karibib district, Région d'Orongo, Namibie.

Dimensions: 2,00 cm. x 1,5 cm.

 

Étymologie:

 - dédié au minéralogiste l'allemand Adolph Beyer  (1743-1805) ingénieur des mines

de Schneeberg, Saxe qui fut le premier à découvrir, en 1943, la presence d'un

carbonate de Bismuth dans la nature (la Bismutite).

 - Elle fut décrite par Clifford Frondel en 1944 sur des échantillons de la mine de

Schneeberg, Erzgebirge, Saxe Allemagne.

 

Remarque:

Attention ne pas la confondre avec la Bayerite

  

Formule chimique: (Ca,Pb)Bi2(CO3)2 O 2

carbonate de Bismuth et Calcium

Strunz nr.:  5/C. 09-40

classe V des : Carbonates, Nitrates et Borates

groupe des : Carbonates anhydres

série: Phosgenite -  Beyerite

dureté:  2,00 à 3,00

densité:  6,55

système cristallin: Orthorhomique, (dipyramidal)

morphologie: compacte, massive, laméllaire, en cristaux

rectangulaires

couleur: incolore, blanche, blanche jaunâtre, jaune, jaune pâle,

grise, grise verdâtre, vert jaunâtre

éclat:  vitreux; transparent

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BILLINGSLEYITE sur Barytine et Famatinite

 

                                                      

 

 - Trouvé en 1992 dans le complexe de barito-fluorine de la vallée de Rankach,

Oberwolfach, Wolfach Forêt-Noire, Baden-Würtemberg, Allemagne par le français,

collectionneur, amis et chercheur en minéraux, Jean Claude Deutschmann

(1945-2009). Se reporter pour sa biographie au minéral Claraite à la page C..

Dimensions: 2,00 cm. x 1,5 cm.

 

Étymologie:

 - dédié à l'américain, géologue minier, Paul Billingsley (1887-1962) qui

découvrit le minéral en 1930 dans la localité de North  Lily Mine, district

d' East Tintic, à l'est des montagnes de Tintic, Utah County, Utah, USA.

 - La Billingseyite fut décrite ensuite en 1968 par l'américain Cliford Frondel et

Russel M. Honea.

 - Cliford Frondel (1907-2002) professeur de minéralogie à l'Université d'Harward.

Un des premiers minéralogistes recruté par la NASA à avoir étudié les premières

roches ramenées de la Lune par la mission "Apollo 11".

 - Russel M. Honea (1929-2002), professeur au département de géologie à

l'Université du Colorado, Boulder, Colorado, USA.

 

Formule chimique: Ag7AsS6

Strunz nr.: 02/E.5-10

classe II des : Sulfures et Sulfosels

groupe des : Sulfoarseniates ave S

série: Billingsleyite

dureté: 2,50

densité: 5,90 à 2,92

système cristallin:  Orthorhombique (disphenoidal)

morphologie:  grenue, agrégats, grains, massive, rarement en

cristaux, microgrenue

couleur: gris noir, gris de plomb

éclat: métallique; opaque

rareté par Stefan Weiss: +++ (extremement rare)

 

 

 

 

 

 

 
 

 

BIOTITE variété Rubellan

localité type 

 

                                                   

 

 - Trouvé en 1958 dans les rhyolites et les lavas volcaniques des pentes du Monte 

Somma, volcan Vesuve, prés de la Casina Rossa, Napoli, Campania, Italie.

Dimensions: 4,50 cm. x 2,20 cm. (voir photo ci-contre).

 

BIOTITE sur Quartz

 - Trouvé en 1981 dans les massifs de granite rose à filons pegmatiques de Dabolava

Centre-Ouest Malgache, près du bassin sédimentaire de Morandova au Madagascar.

Dimensions: 18,00 cm. x 12,00 cm. (voir photo n° 2 ci contre).

 

Biotite variété Méroxène (voir photo ci-contre),  trouvé en 1958 dans les scorie du

complex volcanique du Monte Somma, Vesuve, Napoli, Campania, Italie.

Dimensions: 6,50 cm. x 5,00 cm.

 

Remarque: Le Méroxène est une variété de Biotite polymorphe qui a presque

toujours le plan optique parallèle à (010) qui corresponde à l'orientation

de son axe cristallographique (b).

 

Étymologie:

 - dédié au français Jean-Baptiste BIOT (Paris 1774 - Paris 1862) physicien,

mathématicien, chimiste et astronome. Membre et vice President (1856)

de l'Academie des Sciences de Paris. Professeur de physique générale et de

mathématiques au Collège de France et à la Faculté des Sciences. Fut aussi le

Directeur du  "Journal des Savents".  A sa mémoire: un cratère lunaire "cratère Biot"

et une rue à Paris dans le 17eme arrondissement,  "rue Jean-Baptiste Biot".

La Biotite fut décrite en 1847 par Johann Frederich Ludwig Hausmann

(1782-1859) minéralogiste allemand qui étudia sur des échantillons du Vesuve,

Napoli, Camapnia, Italie.

 

Remarques:

 - Le Comité international (CNMMN) de la nomenclature des appellations des

Micas (1998, 1999) a recommandé que le nom Biotite peut être utilisé pour une

série de mica dont : Phlogopite, Siderophyllite, Annite et Eastonite, et ne peut

plus être considéré comme un nom d'espèce.

 - L'appellation Biotite peut également être utilisé comme terme générique aux

variétés des micas de couleurs foncées.

 - La Biotite est un phyllosilicate avec des feuilles de mica composé de

tétraèdres octaédrique en couches superposées. Est un minéral de la famille

des phillosilicates, espèce principale du mica noir, contenant du potassium,

du magnesium, et du fer.

 - La Biotite est le minéral principale des composants du granite, du

gneiss et des micaschistes, par alteration se transforme en Chlorite.

 

Synonymes et variétés:

 - Annite (biotite du Cape Ann, Massachusetts, USA)

 - Anomite (variété avec différences optiques)

 - Aspidolita (espagnol, biotite riche en Na)

 - Barian-Titanian biotite (variété de biotite avec Ba et titan-biotite )

 - Biotite-Phlogopite (phlogopites riches en mica)

 - Chromo biotite (variété)

 - Eastonite (de Winchell, variété de biotite)

 - Heterophyllite (variété de biotite uniaxiale de Mangualde, Portugal)

 - Hydroxybiotite (est une décomposition de biotite par oxydation à

    haute température)

 - Lépidomélane (par Soltmann, biotite riche en fer)

 - Manganophyllite (biotite riche en fer, décrite en 1890 par A.

   Hamberg)

 - Méroxène (biotite pauvre en fer, nom obsolète, désigne aussi une

    variété de biotite avec des cristaux vert brillant du Vesuve, décrite

    par Johann August Friedrich Breithaupt)

 - Mg(T) Mica (variété de biotite pauvre en aluminium)

 - Natronbiotite (variété de biotite ou l'élément Na ést remplacé par K)

 - Odénite (synonyme de biotite)

 - Odérite (synonyme de biotite décrit par Berzelius)                                 

 - Oxybiotite (variété de biotite oxydée

 - Phlogopite (du grec flogopos = feu, variété de couleur rouge feu)

 - Rhombenglimmer (allemand, désigne une biotite avec lépidolite)

 - Rubellan (variété, voir photo ci-contre)

 - Siderophyllite (du grec "sideros" = fer et "phyllion"= feuille,  

    synonyme de biotite riche en fer et par son clivage en feuilles)

 - Titanbiotite (variété de biotite qui contient du titan)

  

Formule chimique: K(Mg,Fe+2)3(Al,Fe+3)Si3 O10(OH,F)2

Strunz nr.:  8/H.11-80

classe VIII des: Silicates

sous-classe des : Phyllosilicates

groupe des : Micas

série: Lithionite - Biotite-phlogopite

dureté:  2,50 à 3,00

densité:  2,70 à 3,30

système cristallin: Monoclinique

morphologie: cristaux de forme lamellaire, écailles, prismatique

pseudoexagonales, losangiques, massifs, grenu, agrégats, 

tabulaires. en lamelless minces superposées.

couleur:  brun-cuivre, incolore, brun-jaune, noir, brun, vert,

incolore, blanc, jaune, vert brunâtre, gris, jaune grisâtre

éclat: nacré, submétallique, transparent à opaque

rareté par Stefan Weiss: commune 

 

 

 

 

 

 

BISMUTH  NATIF avec Tourmaline

vieille collection

 

                                                     

 

 - Trouvé environ en 1897 dans les pegmatites des roches à minéraux thermaux

(Sn,Co,Ni,Ag) d'Arendal, Froland, Aust-Agder, Norvège.

Dimensions: 9,50 cm. x 6,00 cm.

 

Étymologie:

 - du grec "Psimydos" qui signifie "blanc d'argent "

 - ou de l'allemand  "Wismut "  (Weisse Masse) qui signifie masse blanche. 

 - Aussi de l'arabe "Ismid"   (ayant les proprietées de l'antimoine)

 - ou Bisemutum, par le suisse Théophraste Bombastus von Hohenheim

   (1493-1541) aussi connu sous le nom (Paracelse).

 - Il fut signalé, comme métal de plomb, au XV siècle par Basile Valentin et connu

   au moyen-age (1560) par George Agricola sur l'appellation de Cinereum

   plumbum ou Bismutum comme mineral special car il était encore confondu avec

   le plomb, l'antimoine ou l'étain.

 

 - Le Bismuth  à été découvert et décrit comme element natif en 1753 par le

   chimiste français Claude François Geoffroy (1729-1753).

 

Formule chimique:  Bi

Strunz nr.:  1/B. 01-40

classe I des : Elements Natifs

sous-classe des : Semi-métalliques et non-métalliques

groupe des : Arsenic

série: Arsenic - Paradocrasite

dureté:  2,00 à 2,50

densité:  9,70 à 9, 83

système cristallin: Rhomboedrique (trigonale avec hémimorphie hxagonale)

morphologie: cristaux pseudocubiques, trigonales, en forme de

trémies

couleur:  blanc rougeâtre, rosâtre, jaunâtre, bleuâtre

éclat: métallique; mat, brillant

rareté par Stefan Weiss: commun 

 

 

 

 

 

BISMUTHINITE

 

                                                  

 

 - Trouve en 1969 dans les veines hydrothermales à basse température de la mine

Huaron, Huaron, Cerro de Pasco, Perou.

Dimensions: 5,00 cm. x 1,30 cm.

 

Étymologie:

 - Le mot dérive du latin "bisemutum" ou de l'allemand "wismuth".

La Bismuthinite fut décrite en 1832 par le minéralogiste français François Sulpice

Beudant (1787-1852),  (voir photo ci-contre) avec un

 - Elle fut découverte dans la mine de Lallagua, Huanuni, Tazna, Potosi, Bolivie.

 

Synonyme:  

  - Bismuthine

  - Bismutholamprite

  - Bismutinite

  - Bismutiniet (allemand)

  - Bismutina (italien)

  - Vismuttihohde (finnois)

 

Variétés:

  - Antimonian Bismuthinite

  - Bismuthinite Argentifere

  - Horobetsuite (mine d'Horobetsu, Iburi, Hokkaido, Japon)

  - Cheleutite ou Kerstenite d'Haidinger (mélange de Bismuthinite

    et Smaltite)

  - Csiklovaite: (mélange de Bicmuthinite, Tetradymite et Galenobismutit, discredité

     par l'IMA en1991

  - Dognacskaite ou Dognacskite (Dognacska, Hongrie), décrite en1884 par

    Joseph Krenner comme mélange de Bismuthinite et Chalcosite, discredité

     par l'IMA.

  

Formule chimique:  Bi2S3

sulfure de Bismuth

Strunz nr.:   2/D.08-40

classe II des : Sulfures et Sulfosels

groupe des : Stibnite

série: Paakkonenite - Ottemannite

dureté:  2,00 à 2,50

densité:  6,78

système cristallin: Orthorhombique

morphologie:  bipyramidale, aciculaire, massive, prismatique,

fibreuse, lamellaire, radiée, grenue

couleur: blanc d'étain, gris de plomb, jaunâtre, irisé, bleuâtre, gris

métallique

éclat: métallique

rareté par Stefan Weiss: commune  

 

 

 

 

 

 

 

 

BISMUTOCOLUMBITE

localité type

 

                                             

 

 - Trouvé en 1993 dans les veines de pegmatites de Danburitovaya, Malkan Range,

Krasnyi Chikoy, Chitinskaya Oblast', Centrale Transbaïkalie (Zabaykalye), Région de

l'est Siberie, Russie.

Dimensions: 2,50 cm. x 2,00 cm.

 

Étymologie:

 - prend le nom par le bismuth dans sa formule chimique et relative au minéraux de la

série columbotantalite.

- La Bismutocolumbite a été décrite en 1992, par les minéralogistes russe:

 - I. S. Peretazhko   

 - V. E. Zagorskiy  

 - A. N. Sapozhnikov

 - Y. D. Bobrov

 - A. D. Rakcheev

  

  

Formule chimique:  Bi(Nb,Ta)O4 

Strunz nr.: 4/D.25-35

classe IV des: Oxydes et Hydroxydes

groupe des: Cervantites

série: Cervantites - Sardignaite

dureté:  5.50

densité:  7.56

système cristallin:  Quadratique,  (quadratique)

morphologie: allongée, grains, prismatique

couleur: noir; brun, brun jaunâtre

éclat: métallique

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

BISMUTOMICROLITE (WESTGRENITE)

 

                                                       

 

 - Trouvé en 1992 dans les dépôts hydrothérmaux des roches pegmatiques à Lavra

Ermo, Carnuba des Dantas, Rio Grande del Norte, Brésil.

Dimensions: 2,30 cm. x 1,50 cm.

 

Étymologie:

 - prend le nom de l'ensemble des deux minéraux Bismuth et Microlite.

 - Découverte en 1977 dans les pegmatites de Gamba Hill, Kampala, Ouganda.

 - Il est le minéral le plus riche en Bismuth.

 - La Bismutomicrolite a été décrite en 1977 par le minéralogiste canadien

    D. D. Hogarth.

 

Synonyme:

 - Westgrenite

 

Formule chimique:    (Bi,Ca)(Ta,Nb)2 O 6(OH)

Strunz nr.:  4/C.18-70

classe IV des : Oxydes et Hydroxydes

groupe des : Pyrochlores

série: Microlite-Uranmicrolite

dureté:  5,00

densité:  6,83

système cristallin: Cubique, (Isometrique)

morphologie: octahedre, veines, compact

couleur:  jaune, brun, rose grisâtre, gris-noir

éclat: résineux, translucide à opaque

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 

 

 

BISMUTOTANTALITE (UGANDITE)

localité type

 

                                                        

 

 - Trouvé en 1938 dans les pegmatites granitiques de Gamba Hill, Bushiro County,

région de Wakiso, Uganda.

Dimensions: Sample, micromount.

 

Étymologie:

 - prend le nom suite à sa formule chimique composé de Bismuth et Tantale.

 - La Bismutotantalite fut découverte en 1929 à Gamba Hill, Busiro Co.,Uganda.

 - Décrite en 1928 par B.J. Wailand et Leonard James Spencer (1870 -1959,)  

  minéralogiste britannique et ex conservateur du British Museum, England.

  

Synonyme:

 - Ugandite

 

Formule chimique:   Bi(Ta,Nb)O4

Strunz nr.:  4/D.25-40

classe IV des : Oxydes et Hydroxydes

groupe des : Cervantites

série: Clinocervantite - Chiluite

dureté: 5 

densité:  8,50 à 8,90

système cristallin: Orthorhombique, (prismatique)

morphologie: en prisme rallongés identiques aux apatites,

massive, en pépites ou galets

couleur: brun, brunâtre, noir, noir-grisâtre

éclat: Adamantin, métallique isotropique à submétallique

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 

 

 

 
 

 

BIXBITE (variété de Beryl rouge)

 

                                                     

 

 - Trouvé en 1996 dans les pegmatite de la mine de Violet Claims, Wah Wah Mts.,

Beaver County, Utah, USA.

Dimension: environ 1,20 cm. x 00,7 cm.

 

Étymologie:

 - dédié au minéralogiste, collectionneur et prospecteur américain

Maynard BIXBY  (1853 -1935).

 - En 1890 explora la Thomas Range Mine ou découvrit les fameux Topazes et autres

minéraux (Bixbite, Bixbyite).

 

Rémarque:

 - attention à ne pas confondre la Bixbite avec la Bixbyite.

 

Formule chimique du Beryl:  Al2 B3 [Si6 O18]

formule chimique de la variété Bixbite: (Al,Mn)2Be3,Si6,O18

la couleur rouge est due au Mn, qui remplace Al.   

Strunz nr.:  8/E. 12-10

classe VIII des : Silicates

groupe des : Cyclosilicates

série des : Beryl

dureté:  7,5 à 8

densité:  2,63 à 2,9 avec une moyenne de 2,76

système cristallin: Hexagonale (Dipyramidale, Dihexagonale)

morphologie: en forme de prismes allongés et cannelés ou

arrondis, à polychroïsme parfois marqué.

couleur pour la Bixbite: rouge, rouge orange, rouge pourpre

éclat: vitreux; transparent, translucide, opaque

rareté par Stefan Weiss: commun  

 

 

 

 

 
 

 

BIXBYITE  monocristal maclé* (à ne pas confondre avec la Bixbite)

localité type

 

                                             

 

 - Trouvé en 1968 dans les roches métamorphiques pnéumatolytiques

hydrothermales de Maynard's Claim, 35 Mails S-O de Simpson, Thomas Range,

Juab County, Utah, USA.

Dimensions: 1,50 cm. x 1,50 cm.

 

Étymologie:

 - dédié au minéralogiste collectionneur et prospecteur américain BIXBY Maynard

(1853 -1935). En 1890 il explora la Mine Thomas Range ou découvrit les fameux

Topazes et autres minéraux (Bixbite, Bixbyite).

 

Remarque: *definition de macle = du latin "macula", maille ou tache.

Association de cristaux de même nature selon des lois géométriques

précises, liées aux éléments de symétrie du système cristallin considéré.  

 

Formule chimique:  (Mn3+,Fe3+)2O3

Oxyde de Fer et de Manganese

Strunz nr.: 4/C.03-10

classe IV des : Oxides

sous-classe des : Hydroxydes

groupe des : Oxides M:O

série: Bixbyite - Avicennite

dureté: 6,00 à 6,50

densité: 4,94 à 4,95

système cristallin: Cubique (isometrique diploidale)

morphologie: cubiques, octaèdriques, granulaires, massifs,

rarément macles (voir photo)

couleur: noir

éclat: métallique, submétallique, opaques à faces brillantes

rareté par Stefan Weiss: commune

 

 

 

 
 

 

BLENDE ou SPHALERITE ou ZINCBLENDE

collection antique

 

                                             

 

 - Trouvé en 1847 dans la zone d'origine hydrothermale de Milltown, Quarry Milltown,

Derbyshire, England.

Dimension:  8,00 cm. x 4,50 cm

 

SCHALENBLENDE

Trouvé en 1954 dans les dépôts hydrothermales metasomatiques de la mine Segen

Gottes, Wiesloch, Heidelberg, Baden-Wurtenberg, Allemagne.

Dimensions: 7,00 cm. x 4,50 cm.

 

BLENDE miel ou Sphalerite

 - Trouvé e 1984  dans la zone à paragenèse mésothermale des gîtes métallifères

de la (mine  de Picos d'Europe), Mts.Pics d'Europe, Asturie, Espagne.

Dimensions: 13,50 cm. x 11,50 cm.

 

Étymologie:

 - du grec  "Sphaleros" qui signifie trompeur, incertain, en allusion à sa confusion

avec la galene, les mineurs l'appelaient ainsi, croyant que s'était un minéral de plomb

et qu'en réalité il n'en contient pas.

 - Appelé par les Allemands "Blende" = (éblouir, tromper) cela explique

l'étymologie de ses deux appellations.

 - Décrite dans l'antiquité ( par les principals auteurs), en 1546 par George Agricola,

puis par Wallerius en 1747, par Bergmann en 1782 et par Glocker en 1847.

 

Synonymes et variétés:

- Blende = Sphalerite sphalerite couleur miel

- Blenda (en italien)

- Zink-blende = Sphalerite

- Zink-blende = Sphalerite

- Schalenblende = Sphalerite compacte et concretionnée, de l'allemand

  "Schalen" = coquille et "blende" = minéral en allusion à sa morphologie en

   couches concentriques.

 - La Schalenblende fut décrite par Grandfather en 1959. Elle se compose en

   couches superposées et successives (reniformes et botryoidales) de 4 

   minéraux différents: Wurtzite pour le jaune-brun; Sphalérite pour le brun foncé;

   Galene pour le noir brillant métallique et Marcassite pour le cuivrée-dorée

   métallique.

 - Elle se présente en nombreuses couleurs selon les quantités des minéraux qui

   la compose:(cadmium, fer, manganese, rarement du gallium).

- Black Jack = Sphalerite noire

- Marasmolite = faux Galene

- Granat-Blende = Blende couleur grenat

- Brunckite = ancienne appellation de Sphalerite

- Pseudogalena = Sphalerite

- Faux Galena = Sphalerite

- Rubin blende (allemand) = Sphalerite couleur rubis,

- Ruby Zinc = Sphalerite couleur rubis,

- Cleiophane = Sphalerite blanchâtre à blanche

- Marmatite = Sphalerite noire,

- Christophite = Sphalerite noire riche en fer

 

Rémarques:

 - La blende est le plus important minéral de Zinc. la Sphalérite, la Wurtzite et

    la Matraite sont trois minéraux polymorphe du groupe des Sphalerites.

  

Formule chimique:  (Zn,Fe)S

Sulfure de Zinc

Strunz nr.:   2/C.01-10

classe II des : Sulfures

groupe des : Sphalerites

série: Sphalèrite - Polhemusite

dureté:  3,5 à 4,00

densité:  4,05

système cristallin: Cubique (isometrique)

morphologie: plus souvent en  maclés aplatis, tétraèdres, 

dodécaèdres, pseudo-hexagonaux, concretionnée, granulaire,

microcristalline en boules compactes

couleur: vert, rouge, orange, incolore, brun,

noir, incolore, jaune-résine, noir (sphalérite avec Fe), brillant,

brunâtre, brun-rougeâtre

éclat: soyeux,adamantin, terreux ou résineux, transparent à

translucide, souvent striés

rareté par Stefan Weiss: commune 

 

 

 

 

 
 

 

BOBIERRITE avec Kalicinite

 

                                               

 

 - Trouvé en 1982 dans la carrière Zheleznyi, Massif Kovdor, péninsule de Kola,

Région du Nord, Murmanskaia Oblast, Russie.

Dimensions: 5,00 cm. x 3,00 cm.

  

Étymologie:

 - dédié au chimiste français Pierre Adolphe Bobierre (1823-1881) qui

décrivit le minéral pour la premiere fois. Il fut préparateur chimiste à l'école primaire

supérieure de Paris à 19 ans, puis assistant du grand chimiste organicien Dumas

Jean-Baptiste (ministre de l'Agriculture et du Commerce et de l'Instruction). Il fit des

études de pharmacie à Marseille et une thèse sur les phénomènes électrochimiques

qui caractérisent l'altération des alliages par l'eau de mer. En 1846, il s'installe à

Nantes pour diriger (directeur d'usine), une usine chimique située route de Rennes.

  - Histoire d'une analyse faite par Adolphe Bobierre:

J-B. Dumas et le préfet Gauja demandent à Adolphe Bobierre d'effectuer le contrôle

du noir animal qui est largement utilisé dans les raffineries de sucre pour décolorer la

mélasse. Ce produit qui devait comporter 75% de phosphate chaux était l'objet de

nombreuses fraudes. En effet, il était utilisé en agriculture comme engrais.

Professeur de chimie à l'Ecole des Sciences et des Lettres dès sa création en 1855,

Adolphe Bobierre en sera  le directeur de 1866 à 1881, date de son décès. En quinze

ans l'activité de l'Ecole aura été multipliée par trente.

 

 - Le premier specimen de Bobierrite fut découvert en 1868 dans dépôts

de Guano de l'île de Mejillones, province de Tocopilla, Région de Antofagasta, Chili.

 

Synonymes:

 - Hautefeuillite

 - Phosphate de Manganese hydrate et tribasique

 - Bobierrita (italien)

 

Formule chimique:  Mg3(PO4)2.8(H2O)

Strunz nr.:  7/C. 13-10

classe VII des : Phosphates, Vanadates et Arseniates

sous-classe des : Phosphates hydratés

groupe des : Vivianites

série: Bobierrite - Kottigite

dureté:  2,00 à 2,50

densité:  2,20

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie: en cristaux fibreux, en prisme allongé, aplatie,

souvent en cristaux aciculaires ou lamellaires

couleur: incolore, grise, blanche, légèrement bleuâtre

éclat: sous-vitreux; transparent

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

BOLEITE sur calcite

Localité type

 

                                                  

 

 - Trouvé en 1987 dans le grand gisement sédimentaire de cuivre de la mine Amélie,

près du port de Santa Rosalia (El Boleo), district de Boleo, municipalité de Mulegé,

 Basse Californie, Mexique.

Dimensions:  le cristal de boléite =  6 x 6 mm.

  

Étymologie:

 - La Boléite prend le nom de localité de sa découverte en 1891, à Boléo, près de

Santa Rosalia, Basse-Californie, Mexique.

 - Décrite en 1891 par les professeurs de cristallographie et de minéralogie de l'Ecole

des Mines de Paris, François Ernest Mallard (1833-1894) et Edouard Cumenge

(1828-1902).

 

Synonymes:

  - Argento-perrylyte

  - Argentopercylite (Schultze 1892)

 

Formule chimique:  KPb26Ag9Cu24Cl62(OH)48

Hydroxyde de cuivre hydraté de plomb et chlorure d'argent

Strunz nr.: 03.DB.15

classe III des : Halogénures

sous-classe des : Oxyhalogénures, Hydroxyhalogénures

groupe des : Boléites

série:  Boléite - Yedlinite

dureté:  3 à 3,5

densité:  5,0 à 5,50

système cristallin: Quadratique (isometrique, hexoctaedrale)

morphologiecristaux pseudocubiques, pseudotaedriques,

pseudododecaedriques

couleur: bleu indago, bleu foncé, bleu noirâtre, bleu clair

éclat: vitreux, perlé, nacré

rareté par Stefan Weiss:  commun

 

 

 

 

 

 
 

 

BORACITE sur gangue

 

                                                  

 

  - Trouvé en 1961 par moi même, dans les dépôts d'évaporites d'anhydrite

et de potasse de la mine Glückauf, Sondershausen, depôt de potasse de

Bischofferode, Bleicherode, Thuringe, Allemagne.

Dimensions:  (gangue 5,5 cm. x 2,5 cm.) cristal: 0,7 cm. x  0,7 cm.

  

Étymologie:

 - en allusion à la contenance de bore dans sa formule chimique.

 - Décrite en 1789 par l'allemand de Saxe, Abraham Gottlob Werner 

(1750-1817), éminent minéralogiste, et professeur de minéralogie à

Freiberg, Allemagne. Il fut nommé en  1775 inspecteur de l'exploitation

minière à Freibefg, Allemagne.  

 

Synonymes:

 - Beta-boracite

 - Boracite-alpha (en 1934 par Mehmel)

 - Boracite-b

 - Boracite de Werner

 - Boracite ferreuse (variété, coloré vert foncé par e fer)

 - Borate de magnésie

 - Borate magnesiocalcaire

 - Borazit (en allemand)

 - Brmboracite (variété)

 - Kubische Quarzkrystalle (en allemand)

 - Lüneburger Sedativ-Spath (en allemand)

 - Magnésie boratée

 - Metaboracite

 - Parasita (en espagnol)

 - Parisite

 - Quartz cubique

 - Stassfurtite (variété)

 - Würfelstein (en allemand)

 

Remarques:

  - la boracite est piézoélectrique et pyroélectrique

  - soluble complètement dans HCl, mais lentement

  - très lentement decomposé par l'eau

  - pseudomorphose après le quartz (décrite par le minéralogiste Douglashall)

  

Formule chimique:  Mg3(B7O13)Cl

Strunz nr. 5/L.04-10

classe V des :  Borates

sous-classe des Tectoborates

groupe des : Boracites

série: Metaborite - Congolite

dureté: 7 à 7,50

densité:  2.97

système cristallin: Orthorhombique, (pyramidal, pseudo cubique)

morphologie:  en cube, cristaux généralement isolés dans la

gangue, en groupes, dodécaédrique, pseudo-octaédrique,

tétraédrique, cubo-octaédrique, fibreuse, granulaire

couleur:  blanc, incolore, vert, vert foncé, bleu, gris,

éclat:  vitreux, adamantin; transparent, translucide

rareté par Stefan Weiss:  0 (commune)

 

 

 

 
 

 

BORAX              

 (attention à manipuler avec protections)

 

                                                        

 

 - Trouvé en 1979, dans le complexe de Borax, de la Baker mine, Kramer, Borate

deposit, Boron Kramer district, Kern County, Californie, USA.

Dimensions:

- 6,00 cm. x 4,00 cm. (photo ci-contre)

- 4,00 cm. x 4,00 cm. (photo ci-contre)

- 3,50 cm; x 2,50 cm. (photo ci-contre)

 

 

Étymologie:

 - Le mot borax vient  de l' Arabe bawraq, ou du Persan bôuraq (dans les deux cas

signifie blanc brillant). Il est connue depuis l'antiquité.

Le Borax fut décrit en 1546 par le Saxon Georgius Agricola (Georg der Bauer,

George le paysan (1494-1555), découvert à Ladakh, Kashmir et Rudok, Inde, Tibet.

George Agricola, reconnu mondialement comme le fondateur de la Géologie.

Professeur de Latin et grec à l'Université de Leipzig. Suite à ses études en medicine

à Leipzig, Bologna et Padue en Italie, eut le diplôme en 1526. Installé à Joachimstal

comme médecin commence à s'intéresser fortement à la géologie à la minéralogie 

et à la métallurgie locale. Fut nommé par le duc Maurice de Saxe à plusieurs postes

diplomatiques et il lui dédia (à ce dernier) l'ouvrage "De Natura Fossilium".

Mort à Chemnitz, Allemagne en 1555 un an avant sa publication de sa plus grande

oeuvre: "De Re Metallica". (Voir photo ci-contre).

 

Remarques:

 - Le borax est incolore, inodore et souvent irritant.

 - Il est utilisé en chimie pour la fabrication du perborate de sodium et

   l'acide borique.

 - En industrie (verre, porcelaine, émaux).

 - En métallurgie.

 - En industrie nucléaire.

 - En agriculture.

 - Comme biocide en tant que insecticide

 - Il est un bon antiseptique et détergent.

 

Synonymes:

 - Acide boracique (voir étiquette ci-contre)

 - Borace (en italien),

 - Bauracia,

 - Borate of Soda,

 - Borras (en latin),

 - Borakso (en espéranto),

 - Chrysocolla (par Agricola),

 - Baraksas (en lituanien),

 - Prismatic borax-salt,

 - Soude boraté (en français),

 - Tincalc (allemand),

 - Tinkar.

  

Formule chimique: (Na2B4O7•10H2O)

borate de sodium ou tétraborate de sodium décahydraté

Strunz nr.: 5/H.10-30

classe V des : Carbonates - Nitrates et Borates

sous-classe des : Borates (soroborates)

groupe des : Soroborates avec [B3O5]

série:  Diomignite - Borax

dureté:  2,00 à 2,50

densité: 1,70 à 1,72

système cristallin: monoclinique (prismatique)

morphologie: prismatique, tabulaire, croûtes cristallines terreuses,

rosette, lamellaire, poudre, paillettes

couleur: blanc, verdâtre, gris blanc, incolore, grisâtre, bleuâtre,

jaunâtre

éclat: vitreux; mat, terreux

rareté par Stefan Weiss: 0  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

BORCARITE           

  

                                            

                                                        

 

 - Trouvé en 1982 dans le complexe à contact granodioritique des dépôts de bore de

Solongo Boron, Buryatia, Région Transbaikale, Russie.

Dimensions: 2 cm. x 1 cm.

  

Étymologie:

 - le nom provient de sa formule chimique qui contient du Boro et du Carbonate.

La Borcarite a été découverte en 1964, dans les mines de borate de Snejnoe B-fort,

Tzvestkovyi  flux, Tas-Khayakhtakh Range, bassin du fleuve Dogdo, Polar Yakoutie,

République de Sakha, Région de la Siberie de l'Est, russie.

 - Elle a été décrite en 1965 par les minéralogistes russes :

 - N.N. Pertzev,

 - I.V. Ostrovskaya,  

 - I.B. Nikitina.

 

Formule chimique: Ca4MgB4O6(OH)6(CO3)2

carbo-borate rare

Strunz nr.5/H.13-10

classe V des: Nitrates, Carbonates, borates

sous-classe des: Borates

groupe des: Soroborates et Tetraborates

série: Ameghinite - Teruggite

dureté: 4.00

densité: 2.78

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie:  veines, massive, compacte, tabulaire

couleur: incolore, blanc, verdâtre, gris blanc, incolore, grisâtre, bleuâtre,

jaunâtre, vert bleuâtre, bleu vert,

éclat: vitreux, nacré; mat, terreux

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

BORNITE remplaçant la Pyrite (pseudomorphose)

vieil spécimen

 

                                              

 

 - par échange avec l'Institut de Géologie de l'Université de Nancy, France.

(Voir l'etiquette de l'époque ci-contre).

 - Trouvé en 1927 dans la Mine Leonard, district minière de Butte, vallée de Summit,

Sylver Bow County, Montana, États-Unis.

Dimensions:  4 cm. x 3,5 cm.

 

Étymologie:

 - Dédiée au métallurgiste et minéralogiste autrichien Ignaz von Born (1742-1791).

Directeur des mines de Prague, conservateur en 1776 de la collection minéralogique

impériale du Museum d'histoire naturelle d'Autriche. Fervent Franc-maçon, il parraina

à la gloire du (G.A.D.L.U.) Amadeus Wolfgang Mozart dans sa respectable Loge "

Sarastro " à l'Orient de Vienne, Autriche. (Voir photo ci-contre).

 - La Bornite fut décrite en 1845 par le minéralogiste Wilhelm Karl Ritter von

Haidinger (1795-1871) géologue, minéralogiste et physicien. Fut nommé Chancelier

des Mines à Vienne au Cabinet Imperial de minéralogie. En 1849 eut la charge de la

direction de l'Institut  imperial de Géologie et nommé membre de l'Académie Imperial

des Sciences de Vienne, il fut aussi fondateur de la société: Freunde der

Naturwissenschaften"  (Les amis des sciences naturelles), (voir photo ci-contre).

 - La Bornite fut découverte en 1725 dans le district de St Joachimsthal, Erzgebirge,

région de Karlovy Vary, Bohême, République Tchèque.

 

Synonymes:

 - Bornite d'Haidinger

 - Brokig kopparmalm (en suédoise)

 - Bunterkupferkies

 - Chalcomiklite

 - Cobre de panaceo (en espagnol = cuivre panaché)

 - Cuivre panaché

 - Cuivre pourpre

 - Cuivre pyriteux hépatique (par Haüy)

 - Cuivre pyriteux panaché (par Brongniart)

 - Double sulfure de fer et cuivre à cassure de nickel (par Bournon)

 - Erubescite

 - Kupferlasurerz

 - Leberslag ou Lefverslag (en allemand)

 - Mine de cuivre hépatique (par Romé de L'Isle)

 - Mine de cuivre panachée (par Brochant)

 - Mine de cuivre violette azurée (par Romé de L'Isle)

 - Panaché de cuivre

 - Pecho de Palorma (en espagnol)

 - Phillipsine (par Beudant.déformation du terme phillipsite)

 - Phillipsite (par Beudant 1830). Il avait dédié cette espèce au

    chimiste et géologue anglais William Phillips qui est l'auteur de la

    première analyse chimique de cette espèce

 - Poikilite (mot désuet de bornite)

  

Remarque:

  - A ne pas confondre la Bornite avec la Chalcopyrite

 

Formule chimique: Cu5FeS4

Sulfure de cuivre

Strunz nr.2/B.02-30

classe II des : Sulfures et Sulfosels

sous-classe des : Sulfures, Selenides, Tellurides

groupe des : Sulfures avec Cuivre

série:  Betekhtinite - Calvertite

dureté:  3,00

densité:   5,09

système cristallin:  pseudo cube Orthorhombique, (dipyramidal)

morphologie : cubo-octaedrique, cubique, rhombododecaedrique,

dodecaedrique, compacte, reniforme

couleur: cuivre rouge avec ternissement violacé irisée sur la

surface, jaune bronze, pourpré, rose mauve, rose violacé, violet,

noirâtre, brun cuivre

éclat: métallique  

rareté par Stefan Weiss: (commune)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

BOROCOOKEITE (groupe des Chlorites)         

  

                                            

                                                        

 

 - Trouvé en 1982, par mon ami russe et minéralogiste, Mikail Nikolaevich Murashko,

dans le complexe à contact granodioritique des dépôts de tourmalines de Malkhan

Range, Région Transbaikale Centrale, Russie.  

Dimensions: 0.8 cm. x 0.4 cm.

  

Étymologie:  

 - le nom provient de sa formule chimique qui contient du Borium avec de la Cookeite

 - La Borocookeite a été découverte en 1999  dans les veines de pegmatites du

dépôt de tourmalines de Sosedka, Champ de pegmatite Malkhan, Krasnyi Chikov,

Chitinskaya Oblast', Zabaykalye, à l'est de la Siberie, Russie.

 - Elle a été décrite en 2000 et publié en 2003 par les minéralogistes de l'Institut de

Géochimie, branche sibérienne de l'Académie des sciences de Russie (Fédération

de Russie): Victor Y. Zagorsky,  Igor Peretyazhko, Anatoly N. Sapozhnikov,

Anatoly P. Zhukhlistov et Boris B. Zwagin.

 

Formule chimique:   Li1+3xAl4-x(B,Al)Si3O10(OH,F)8

Strunz nr.8/H.23-95

classe VIII des: Silicates, Inosilicates, Sorosilicates, Phyllosilicates

sous-classe des: Phyllosilicates

groupe des: Chlorites

série: Sudoite - Ferrisurite

dureté: 3

densité: 2,62

système cristallinMonoclinique, (prismatique)

morphologie:  granulaire, cristaux aplatis, minces, en agrégats

couleur: gris, rose clair, gris rosâtre  

éclat: gras; opaque à translucide

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

BOTRYOGEN

 

                                                       

 

 - Trouvé en 1979, dans le contexte géologique hydrothermal de Cerro Pintados,

Poza Almonte, Pampa del Tamarugal, Iquique province, Tyarapaca région, Chile

Dimensions:  2,00 cm. x 1,80 cm.

 

Étymologie:

 - le mot dérive du grec "Botrus" qui signifie grappe et "Gennan" qui signifie engendrer.

 - Le Botryogen fut décrit en 1828 par  le minéralogiste autrichien Wilhelm Ritter

von Haidinger (1795-1871), et découvert à Fahlun, Kopperberg, Suede.

 

Synonymes:

 - Quetenite

 - Rothen Eisenvirtiol (en allemand = Vitriol de fer rouge)

  

 

Formule chimique:  MgFe+++(SO4)2(OH)·7(H2O)

Strunz nr.:  6/D.10-10

classe VI des : Sulfates

sous-classe des : Sulfates hydratés

groupe des : Copiapites

série: Botryogen - Chaidamunite

dureté:  2,00

densité:  2,00 à 2,40

système cristallin:  Monoclinique (prismatique)

morphologie:  xx prismatiques, massive, botryoidal, reniforme,

agrégats, globulaire, radié

couleur: rouge, rouge jaunâtre, orange rougeâtre, orange, rouge

orange, hyacinte rouge, jaune ocre 

éclat: vitreux; yransparent,

rareté par Stefan Weiss:  pas rare

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

BOULANGERITE  (ORLANDINITE)

vieille collection (voir etiquette ci-contre)

 

                                                  

 

 - Trouvé en  1922 dans le complexe volcanique du Massif Central Français à

Freydières, département de la Haute-Loire, Auvergne, France.

Dimensions: 3 cm. x 2 cm.

 

Étymologie:

 - Dédiè à l'ingénieur des mines français Charles Louis Boulanger (1810-1849),

éleve de l'Ecole des Mines de Paris.

 - Le premier spécimen fut découvert à Moliéres dans le département du Gard, France.

 - La Boulangerite à été décrite en 1837 par le minéralogiste, chimiste norvégien

Moritz Christian Julius Thaulow (1812- 1850), professeur de minéralogie et de

chimie, auteur de plusieurs espèces minérales nouvelles et de plusieurs écrits sur la

chimie.

 

Synonymes:

  - Bolidénite ou Falkmanite (de la mine Boliden, Suede)

  - Boulangerite aciculaire (par la forme de ses cristaux aciculaires)

  - Embrithite (par Breithaupt en 1837)

  - Epiboulangerite (possible un mélange de boulangerite et galene,

    ou boulangerite alterè)

  - Mullanite (boulangerite de la mine d'or Hunter, Mullan, Idaho, USA)

  - Orlandinite (d' Orlando, Bolivie. Boulangerite argentifère de 0,4 à 0,9 %     

     d'argent)    

  - Plomb sulfuré antimonié (par Boulanger en 1835)

  - Plumbostib (variété de boulangerite de Sibérie, Russie)

  - Plumites (boulangerite ou antimoine plumeuses)

  - Schwefelantimonblei (plomb sulfuré antimonié en allemand)

  - Yenerite (boulangerite d'Isikdag, Turquie)

 

Formule chimique:  Pb5 Sb4 S11

sulfure de plomb et d'antimoine

Strunz nr.:  2/E.19-30

classe II des : Sulfosels 

sous-classe des : Pb Sulfosels  

groupe des : Pb Sulfosels avec Sb

série:  Falkmanite - Fuloppite

dureté:  2,50 à 3,00

densité:  6,23

système cristallin:  Monoclinique, (holoédrique)

formes: prismatique, aciculaire, fibreux, agrégats, compacte, radié,

capillaire, grenue, schisteuse

couleur: brun, gris brunâtre, noir brunâtre

éclat:  métallique

rareté par Stefan Weiss:  commune

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

BRAMMALLITE

 

                                                

 

 - Trouvé en 1979, dans le contexte géologique hydrothermal de Lone Clays Mine, à

Lone, Amador County, Californie, USA.

Dimensions: 0,80 cm. x 0,40 cm.

 

Étymologie:

 - dédié au Dr. Alfred Brammall (1879-?), professeur Anglais de géologie et

minéralogie de la section  des Sciences et Technologie du département de

Géologie, à l'Université Impériale de Londres.

 - Découverte dans le Landebie, Dyfed, South Wales, Pays des Galles, et décrite

comme nouvelle espèce minérale en 1943 par Frederick Allen  Bannister (1901-),

ancien conservateur anglais au British Museum.

 - Le minéral Brammalite est considéré comme étant un produit de dégradation de

la Paragonite.

 

Synonymes:

Hydroparagonite, Sodium-Illite, Hydromica-Sodium.

 

Formule chimique:  Na 0.65 Al 2 [ ]Al 0,65 Si3.35O10(OH)2

Strunz nr.: 8/H. 13-20

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Phyllosilicates

groupe des Micas

série: Wonesite - Glauconite

dureté:  2,50 à 3,00

densité:  2,83 à 2,88

système cristallin: Monoclinique (prismatique)

formes: croûtes cristallines terreuses, rosette, lamellaire

couleur: blanc

éclat: vitreux; terreux; translucide, mat

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 

 

 

 

 
 

 

BRANNERITE

 

                                              minéral radioactif  

 

                                   

 

 

- Trouvé en 2008, par mon ami minéralogiste David Shannon, dans les gneiss granitiques de Crocker's Wells, Soud Australie, Australie.

Dimensions: micromount  

 

Étymologie:

 - Dédié au géologue américain, docteur John Caspar Branner (1850-1922),

ancien président de l'Université de Stanford.

 - Décrite en 1982 par D. McColl et découverte en 1920 à Crocker's Well et

Roxby Downs deposits, Soud Australia, par les minéralogistes américains :

Frank L. Hess et Roger C. Wells.

 

Synonymes:

- Absite (ariété de Brannerite riche en Titane)

- Orthobrannerite

  

 

 Formule chimique:  Ti7UThO12,7.5H2O

oxyde de titane, fer, uranium, calcium et cérium

Strunz nr.: 4/D.22-20  

classe IV des : Oxydes,  hydroxides

sous-classe :   Oxydes avec rapport métal/oxygène

groupe des :  Brannerite

série:  Thorutite - Liandratite

système cristallin: Monoclinique (prismatique)

morphologie: sphaerolitique, macles, radiée, isométrique (cristaux

pseudo-hexagonaux, prismatiques, pseudo-tétragonaux)

dureté:  de 4,50 à 5,50

densité: de 4,20 à 5,40

couleur:  noir, vert brunâtre, brun, brun jaunâtre, jaune, jaune orange

éclat: vitreux, résineux, mat, submétallique, adamantin, gras

rareté par Stephan Weiss:  + (rare)

 

minéral radioactif  

GRapi = 2,547,583.09 (Gamma Ray American Petroleum Institute Units)

La concentration de la Brannerite est de 392.53 (PPB) par unités de GRapi

 

 

 

 
 

 

BRAZILIANITE ou BRASILIANITE

specimen type

 

                                                       

 

 - Trouvé en 1975 dans les pégmatites riches en phosphates du District Conselheira

Pena, Minas Gerais, Brésil.

Dimensions:  4,00 cm. x 3,00 cm.

 

Étymologie:

 - de la langue Anglaise Brazil = Brésil.

Cette pierre fut découverte par un paysan brésilien qui nettoyait son champs, il récolta

dans un premier temps environ 3 kg de Brazilianite, mais la fragilité de la pierre découragea les lapidaires. Un peu plus tard un specimen fut envoyé à un institut afin

d'y être étudié, et l'exploitation reprit quelques années plus tard. La Smithsonian

Institution à Washington expose une Brazilianite taillée de 42 carats.

 - Décrite plus tard en 1945 par les minéralogistes américains Frederick H. Pough

(1906-2006) et Edward Poter Henderson (1898-1992).

 - Frederick H. Pough, a été professeur de minéralogie à Harward, conservateur

adjoint du Musée américain d'histoire naturelle de New York. Promu en 1952

président du Département de Géologie et Minéralogie et du Gem Laboratoires

Irradiations à New York.

 - Edward Poter Henderson, minéralogiste et grand spécialiste des météorites.

En 1929 suite au décès de George P. Merril, conservateur du secteur de géologie

du Musée National d'Histoire Naturelle, on lui confia la grande collection de météorites

composé de 840 specimens et lorsqu il se retira en 1965 la collection grandit à 2500

specimen suite à son habilité et son dévouement de contacter les collectionneurs et les

chercheurs du monde entier.

 

Formule chimique: NaAl3[PO4]2(OH)4

Phosphate hydroxylé d'alluminium   

Strunz nr.: 7/B. 12-10

classe VII des : Phosphates

sous-classe  des : Phosphates, Arseniates et Vanadates anhydres

groupe des : Brazilianite

série: Brazilianite - Viitaniemiite

dureté:  5,5  

densité:  2,98 à 2,99

système cristallin:  Monoclinique (prismatique)

morphologie: agrégats, cristaux prismatiques

couleur:  Jaune, jaune-vert, vert pomme

éclat: vitreux, transparent, gemme

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)  

 

 

 

 

 
 

 

BREITHAUPTITE

collection antique (voir etiquette ci-contre, "Les Fils d'Emile Deyrolle")

 

                                                   

                                                 

 - Trouvé en 1898 dans les veines hydrothermales de cobalto-nickel de la Cobalt Lake

Mine, canton de Coleman, Province de Cobalt, Région de Cobalt-Gowganda, District

de Timiskaming, Ontario, Canada.

Dimensions:  4.50 cm. x 3.50 cm.

 

Étymologie:

 - Dédie au minéralogiste allemand Johann Friedrich August Breithaupt

(1791-1873), qui fut professeur de minéralogie à l'Ecole de Freiberg et conservateur

des collections de l'Académie. Fut membre de nombreuses sociétés et associations

scientifiques et citoyen d'honneur de la ville, avec le nom de "Breithaupt von

Zwickau von Zwickau".

 - Les premières spécimens de Breithauptite furent trouvé à St. Andreasberg, Mts

Harz, Allemagne en 1840 et décrite par le minéralogiste suisse Karl Ferdinand

Julius Frobel (1805-1893), émérite journaliste en Amérique du Nord et en Europe.

 

Synonymes:

 - Antimonicke (en allemand, par Stromeyer)

 - Briethauptite (par K.F.J.  Fröbel)

 

Formule chimique:  NiSb

antimoniure de nickel

Strunz n°:  2/C.20-30

classe II des : Sulfures et sulfosels

groupe des : Nickeline

série:  Langisite -  Cooperite

dureté: 5,50   

densité: 8,60

système cristallin: Hexagonal, (dihexagonal dipyramidale)

morphologie:  en tablettes, massif, arborescente, dendritique

couleur: rouge cuivre, rouge cuivre violacé, bronze rougeâtre

éclat:  métallique; opaque

rareté par Stefan Weiss: 0   

 

 

 

 

 
 

 

BREUNNERITE (FERROMAGNESITE)

(variété de magnésite ferrifère)

  

                                         

                                                   

                                                 

 - Trouvé en 1979 par moi même dans les quartz de la mine de La Gardette, au

lieu-dit Le Creux, commune de Villard-Notre-Dame, Bourg d'Oisans, vallon de la 

Selle-Isere, Isere, France.

Dimensions: le cristal de breunnerite 1,05; la gangue de quartz 3.2 cm. x 1 cm.

 

 - A lire attentivement l'article parue sur le net, de " yopcku" patrimoine industriel

 

  «La mine de La Gardette....

 - Dans cette page, nous partons en voyage pour la célébrissime mine de La Gardette.

Elle est connue pour ses quartzs magnifiques, mais aussi parce que les crétins de la

Drire l'ont dynamitée.

 - L'affaire a fait grand bruit à l'époque. Une pétition, 4000 signatures, un dynamitage

reporté, voire annulé – et finalement quand même le massacre. Ils ont pété l'entrée sur

une longueur moindre que le projet initial et les défenseurs du monde minier ont

appelé ça une victoire. C'est ce qu'on appeler de la moquerie délibérée, voire même

une incitation à la haine. Affaire modèle ? Ca n'empêchera pas des milliers d'autres

disparitions de mines magnifiques dans le silence. Tout le monde s'en fout du

patrimoine minier. J'ai cherché dans google Drire crétins, Drire abrutis, et y'a rien...

En attendant, nous qui photographions le patrimoine minier un peu partout, nous

sommes diabolisés, voire pourchassés. C'est ce genre de crétinisme perpétuel

qui nous donne envie de fuir le patrimoine pour aller habiter en Lozère et se recycler

dans la culture de salades.».

 

Étymologie:

  - Dédié a l'autrichien comte Breunner., elle fut décrite en 1835 par Wilhelm Karl

Ritter von Haidinger, sur des échantillons de Pfitsch pass, Zamser Grund, et

Großer Greiner Mt., Zemmgrund, deux cites de la vallée de Ziller, Tyrol,  Autriche

 - Il existe des nombreuses sites dans le monde : en France dans la météorite

d'Orgueil, Tarn et Garonne; dans les quartz de La Gardette, France et à

Maniwaki-Gracefield district, Gatineau Co., Québec, Canada.

 - La Breunnerite est une espèce minérale composée de carbonate de fer et de 

magnesium de formule (Mg,Fe)[CO3].

 

Remarque:

 - La Breunnerite est une espèce minérale composée de carbonate de fer et 

   de magnesium de formule (Mg,Fe)[CO3].

 - La breunnerite est utilisé dans la fabrication de briques réfractaires.

  

Synonymes:

 - Brachytypous chaux Haloide

 - Breinnerite

 - Breunerite

 - Ferromagnésite

  - Hallite (décrite par Lévy)

 - Spath Magnesien (décrite par Necker)

 - Giobertite (décrite par Beudant)

 - Walmstédtite (walmstédite)

 

Formule chimique:  (Mg,Fe)[CO3]

carbonate de ferromagnésium

 

Strunz n°: 5/B.02-30 (pour magnésite)

classe V des :Carbonates, Nitrates, borates

groupe des: Calcites

série: Vaterite - Otavite 

 

dureté: 4

densité: 3

système cristallin: Rhomboedrique (Trigonal), (hexagonal, scalénoédrique)

morphologie: cristaux en forme de losange, en scalénoédre, hexagonale

couleur: jaunâtre, bruns translucides

éclat: éclat vitreux, parfois nacré; translucide

rareté par Stefan Weiss: (commune)

 

 

 

 

 

 
 

 

BRITVINITE

localité type

 

                                               

 

 - Trouvé en 2008 par mon ami minéralogiste russe Mikhil N. Murashko dans les

couches silicies de la mine Langban, à Langban, district de Bergslagen ore, Filipstad,

Wärmland (Varmland), Suede.

Dimensions: micro-montage

 

Étymologie:

 - Dédié au minéralogiste et professeur russe Sergei Nikolaevich Britvin (1965-).

La Britvinite a été décrite en 2007 par les minéralogistes russes Nikita V. Chukanov,

Olga V. Yakubovich,  Igor V. Pekov, Dimitri I.  Belakovsky et Werner  Massa,

de l'Institut "Problemes Physiques et Chimiques" de l'Académie des Science de

Chernogolovka, Moscou, Russie.

 

Synonymes:

  - Molybdophyllite-18Â (ancien nom, par Charalampides 1994)

  

Formule chimique:  Pb8Mg9[Si10 O30(OH)8(CO3)3].H2O

Strunz n°:  8/H.24-02

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Phyllosilicates

groupe des : Chlorites

sous-groupe des : phyllosilicates à double maille avec 6 chainons et plusieurs

anneaux

série: Sudoite - Ferrisurite  

dureté:  3

densité: 5,42

système cristallin: Trclinique, (anorthique)

morphologie: plaques striées, en feuilles comme le mica,   

couleur: incolore, jaune pâle; transparent

éclat: vitreux

rareté par Stefan Weiss: +++ (rarissime)

 

 

 

 

 
 

 

BROCHANTITE

 

                                                

 

 - Trouvé en 2007 dans le complex minier de barite-fluorite de la mine Clara, vallée

de Rankach, Oberwolfach, Wolfach, Schwarzwald, Baden-Württemberg, Allemagne.

(Voir photo si contre).

Dimensions: micromount.

 

Étymologie:

 - Dédié au grand minéralogiste et géologue français Jean Marie Brochant de

Villiers (1772-1840), professeur à l'École des Mines de Paris.(Voir photo si contre).

 - Ce sulfate a été trouvé pour la premiere fois en 1825 à Bang mine, Tagil Nizhnii,

Sverdlovskaya, Monts Oural, Russie.

 - La Brochantite fut décrite en 1824 par le minéralogiste August Michel Levy

(1844-1911), ingénieur en Chef des Mines, talentueux photographe et membre de

l'Institut des Mines de Paris, France. Une des ses plus grande oeuvres fut la "Synthèse

des minéraux et des roches.

 

Synonymes:

 - Blanchardite

 - Brocantita (en italien)

 - Brogniartine (par Huot)

 - Koenigine

 - Waringtonite

 

Formule chimique:  Cu4(SO4)(OH)6

Sulfate basique hydraté de cuivre  

Strunz n°:  6/B.01-30

classe VI des : Sulfates, Chromates, Molybdates, Wolframates,

Tungstates

sous-classe des : Sulfates 

groupe des : Sulfates anhydres

série: Dolerophanite - Brochantite

dureté:  3,50 à 4,00

densité: 3,96

système cristallin: Monoclinique (prismatique)

morphologie: très souvent aciculaire, prismatique, tabulaire, en

croûte, massive ou en agrégats, parfois stallactitique

couleur: verte, verte émeraude, verte bleuâtre, verte noirâtre, verte

pâle

éclat:  vitreux, nacré

rareté par Stefan Weiss: commune (industrie)

 

 

 

 

 

 
 

 

BROOKITE ou ARKANSITE sur Quartz

 

                                                 

 

 - Trouvé en  1968 dans la zone de métamorphisme de contact  et des veines

hydrothermales de Magnet Cove School area, Hot Spring County, Arkansas, USA.

Dimensions: le cristal = 1 cm. x 1 cm.

 

BROOKITE spécimen antique (voir etiquette ci-contre).

 - Trouvé en 1872 dans la vallée Maighels, gorges de Cavradi, Cumera  Valley,

Tavetsch, Vorderrhein, Grischun (Grisons; Graubunden), Suisse.

Dimensions: 1,70 cm. x 0,50 cm.

 

Étymologie:

 - Dédié a l'anglais Henry James Brooke (1771-1857), professeur de minéralogie

et christallographie.

 - Découverte en 1825 à Trémadoc, Snoweden, Gwynned, Pays des Galles,

Royaume Uni.

 - La Brookite fut décrite en 1825 par le minéralogiste français Serve-Dieu Abailard

(Armand) Levy (1795-1841).

 

Synonymes:

  - Eumanite (par Shepard en 1851)

  - Jurinite (dédié au physicien suisse Louis Jurine (1751-1819),

     collectionneur, minéralogiste et naturaliste de Geneve, Suisse).

  - Pyromelane (par Shepard 1856)

  - Arkansite (variété trouvé en Arkansas, USA voir photo ci-contre)

 

Remarques:

  -  La Brookite est un polimorphe de l'Anatase, de l'Akaogilite et

     du Rutile

 

Formule chimique:  TiO2

oxyde de titane

Strunz n°:4/D.15-10

classe IV des : Oxydes et Hydroxydes

sous-classe des :Oxydes avec Titane

groupe des :  Brookites

série: Brookite - Kuranakhite

dureté:  5,50 à 6,00

densité: 4,08 à 4,18

système cristallin:  Orthorhombique

morphologie:  en cristaux tabulaires allongés ou

pseudoquadratiques

couleur: brun foncé, brun noirâtre, orange, brun rougeâtre  

éclat: vitreux à sub-métallique, adamantin

rareté par Stefan Weiss:  commune

 

 

 

 

 

 
 

 

BRONZITE variété d' ENSTATITE

(Méteorite de Saint Robert )

 

                                                   

 

 - Trouvé en 1998, prés de la rive sud du fleuve Saint Laurent  au village de Saint

Robert non loin du comté Pierre-De Saurel, Montérégie, Quebec, Canada.

Dimensions:  2,2 cm. x 1,8 cm.

 

Étymologie de la Météorite de Saint Robert :

 - cette Bronzite (variété d'Enstatite) prend le nom du lieu de la chute de la météorite,

tombé le soir du 14 juin, vers 20 h locales à Saint Robert, Sorel, Montérégie, Quebec,

Canada.

La Commission Géologique du Canada, dans son rapport cite:

 - « Le météore a explosé à une hauteur de 10 à 20 km au-dessus de la surface de

la Terre, laissant tomber une pluie de fragments sur le sud du Québec. Quelques

minutes plus tard, Stéphane Forcier récupérait l'un de ces fragments sur la ferme de

ses parents située à Saint-Robert de Sorel, à l'est de Montréal. Le jour suivant, la

Commission géologique du Canada (CGC) confirmait que ce fragment était bien une

météorite».

 - Comme on a trouvé de nombreux fragments de même composition, on appelle ce

phénomène la pluie de météorites de Saint-Robert.

 - On estime que des centaines de fragments de la météorite sont tombés sur la

surface de la Terre, mais seulement une vingtaine d'entre eux ont été  récupérés

jusqu'à présent.

 

Formule chimique: Mg SiO3 Fe+2

Silicate de fer et de magnesium

Strunz nr. pour Enstatite: 8/F.02-10

classe VIII des : Silicates et Inosilicates

sous-classe des : Pyroxenites et Orthopyroxenites

groupe des : Pyroxenes

série: Enstatite - Nchwaningite

dureté:  5,10 à 6,20

densité: 3,20 à 3,95

système cristallin: Orthorhombique

morphologie: lamellaire, agregats, fibreuse, prismatique

couleur: vieux bronze, bronze une fois polie, brun jaune, gris vert

éclat: nacré, vitreux, résineux

rareté par Stefan Weiss: ++ rare pour la Météorite de St Robert

 

 

 

 

 
 

 

BRUNOGEIERITE avec STOTTITE

localité type

 

                                               

 

 - Trouvé en 1973 par mon ami minéralogiste allemand , Wolfgang Henkel, dans la

zone d'oxydation inférieur du dépôt polymétallique à 930 m de profondeur de la

célèbre mine Tsumcorp, (Tsumeb Corporation Mine), Région d'Otjikoto (Oshikoto),

 Tsumeb, Namibie.

Dimensions:  0.7 cm. x 0.7 cm.

 

Étymologie:

 - dédié au minéralogiste Dr. Bruno H. Geier (1902-1987), ancien chef du

département de minéralogie à la Tsumeb Corporation (Tsumcorp), Tsumeb, Namibie.

  - La Brunogeierite a été décrite en 1972 par J. Ottermann et B. Nuber.

 

Réferences: J. Otteman et B. Nuber (1972) "Brunogeierit, ein germanium-ferritspinel

von Tsumeb. Neues Jahrb. Mineral. Mon., 263 7."

 

Remarques: 

- La Brunogeierite se forme par altération de sulfate riche en germanium.

 

Formule chimiqueFe++2Ge++++O4

germanium-ferro-spinelle

 Strunz nr.4/B.04-50

classe IV des : Oxydes et Hydroxydes

sous-classe des : Oxydes

groupe des : Spinelles

sous-groupe des : Spinelles avec Vanadium / Titane / Germanium

série: Magnesioculsonite - Brunogeierite

dureté:  4,50

densité: 5.52

système cristallin: Cubique, (isométrique - hexaoctaédrique)

morphologie: croûtes, en incrustations dans la tennantite, grains, cristaux très

rares en cubes (tetartoidals) ou octahedriques

couleur: noir, gris, noir grisâtre, gris brunâtre

éclat: sub-métallique; opaque

rareté par Stefan Weiss:  ++ (très rare)

 

 

 

 

 
 

 

BULTFONTEINITE avec Quartz

localité type

 

                                                   

 

 - Trouvé en 1985 dans le complexe de scistes argileux des mines de diamant de

N'chwaning Mine I et II, Kuruman, Kalahari manganese  fields, Bultfontein, Kimberley,

Etat Libre, Afrique du Sud.

Dimensions:  7,50 cm. x 6,50 cm.

 

Étymologie:

 - prend le nom du lieu de sa découverte, mine de Bultfontein, Afrique du Sud.

 - Décrite en 1932 par les minéralogistes:

 - John A. Parrey,

 - Alpheus F. Williams et

 - F. E. Wright

 

Formule chimique:  Ca2SiO2(OH)3F

calcium silicate

Strunz nr.:  08B. 22/40

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Nésosubsilicates

groupe des : Afwillites

sous-groupe des : minéraux isostructuraux

série: Afwillite - Jasmundite

dureté:  4,50

densité:  2,73

système cristallin: Triclinique (pinacoidale)

morphologie: spherules, en cristaux prismatiques ou aciculaires

radiés

couleur:  incolore, rose, rose foncé

éclat: vitreux, perlé

rareté par Stefan Weiss:  commune

 

 

 

 

 

 
 

 

BURATITE (AURICHALCITE)

 

                                               

 

 - Trouvé en 1969 dans les gisements secondaires des oxydes de zinc, de la mine

Esperanza, district des mines de Lavrion, Laurium District,  Attiki (Attika, Attica)

Préfecture, Grèce.

Dimensions: 10,00 cm. x 10,00 cm.

 

Étymologie:

 - La Buratite fut dédié au professeur de géologie Amédée Burat  (1809 -1883)

qui apporta, en 1846 les premiers échantillons provenant de la mine de Temperino,

Toscane, Italie  au professeur de l'Ecole des Mines M. Delesse. Par la suite cette

appellation fut discrédité par Dana en 1892 et nommé en conséquence dans la

même année en Aurichalcite, (voir les annales de chimie et physique de 1846,

Paris:18: 478.).

 

Synonymes:

 - Aurichalcite du grec "Oreichalchos" = montagne de cuivre,

 - Calamine verdâtre

 - Calamine bleuâtre

 - Mine de Laiton

 - Messingite

 - Risséite

 

Formule chimique:  (Cu, Zn)5(CO3) 2(OH) 6.

carbonate double d'oxyde de zinc et de cuivre  

Strunz nr.: 5/C.01-110

classe V des : Carbonates

sous-classe des : Nitrates, Borates

groupe des : Azurites - Rosasites

série: Azurite - Sclarite

dureté: 1,00 à 2,00

densité: 3,32

système cristallin: Monoclinique (prismatique)

morphologie: aiguilles, croûtes, cristaux aciculaires, agrégats

laméllaires

couleur: vert, vert jaunâtre, vert pâle, bleu, bleu jaunâtre

éclat: soyeux, transparent

rareté par Stefan Weiss:  commune

 

 

 

 

 
 

 

BURBANKITE

 

                                                     

 

 - Trouvé en 1995 dans le complexe à carbonatites du massif alcalino-ultrabasique

de Vuorijarvi, Peninsule de Kola, Murmanskaja Oblast, Région Nord, Russie.

Dimensions: 2 cm. x 1 cm.

 

Étymologie:

 - Nommé pour le géologue américain Wibur Doux Burbank (1898-1975), géologue

de la Commission géologique des U.S.A. .

 - La Burbankite a été découverte en 1953 à Vermiculite Prospect, Big Sand Creek,

Monts Bearpaw, dans la réserve indienne de Rocky Boy, à l'est de Box Elder, Hill

County (Colline County), Montana, USA.

 - La Burbankite a été décrite en 1953 par les minéralogistes William Thomas

Pekora (1913-1972) pétrographe et géologue américain, et Joe Hoseae Kerr.

 

Formule chimique: (Na,Ca)3(Sr,Ba,Ce)3(CO3)5

Sodium Calcium Carbonate de strontium baryum et cérium

Strunz nr.5/B.05-100

classe V des : Carbonates, Nitrates, Borates

sous-classe des : Carbonates anhydres sans anion étranger

groupe des : Burbankite

sous-groupe des : Aragonites

série: Aragonite - Sanromanite

dureté:  3,5 à 4

densité: 3,5 à 3,6

système cristallin: Hexagonal

morphologie: prismatiques,compact, agrégats, sphériques, masses fibreuses.

couleurblanc, incolore, jaune-brunâtre, brun, jaune pâle, grisâtre, beige,

orange pâle

éclat: vitreux à terne ou soyeux, perlé; transparent, translucide, opaque

rareté par Stefan Weiss: + (rare)

 

 

 

 

 

 
 

 

BURPALITE

localité type

                                                 

 

 - Trouvé en  1992 dans un grès riche en hornblende de une zone à roches

alcalino-intrusives de contact, du massif Burpalinskii, rivière Maigunda, à environ

120 km au nord du lac Baïkal, Bouratie, Prebaikalia, Sibérie orientale, Russie.

Dimensions: 2 cm. x 1 cm.

 

Étymologie:

 - Prend le nom du lieu de sa découverte: Massif Burpala, Bouratie, Prebaikalia,

    Sibérie orientale, Russie.

 - Découverte en 1988 dans le massif Burpala, rivière Maigunda, à environ 120 km

    au nord du lac Baïkal, Bouratie, Prebaikalia, Sibérie orientale, Russie.

 - La Burpalite a été décrite en 1990 par :

 - Stefano Merlino, minéralogiste italien, professeur à l'Université de Pise, Italie

    et ex président (1944-1998) de l'Association Internationale de Minéralogie (I.M.A.)

 - Natale Perchiazzi, géophysicien italien, minéralogiste, pétrographe et géologue

    à l'Université de Pise, Italie.

 - Alexander Petrovich Khomyakov (1933-), de l'Institut de minéralogie, géochimie

    et Cristallo-Chimie des éléments rares, Moscou, Russie

 - Dmitry Yurievich Pushcharovsky (1944-), professeur de cristallographie à

    l'Université d'Etat de Moscou, Russie.

 - I. M. Kulikova de l'Institut de minéralogie, géochimie et cristallochimie des

    éléments rares, Académie des sciences de l'URSS, Moscou, Russie.

 - Vladimir Ivanovich Kuzmin, membre à part entière du RMS, membre honoraire

    du RMS. Professeur à l'Institut russe de recherche scientifique sur les ressources

    minérales, Moscou, Russie.

 

Formule chimique: Na8Ca4Zr4(Si2O7)4F8

Strunz nr.:  8/C.11-25

classe VIII des : Silicates, Inosilicates, Sorosilicates

sous-classe des : Sorosilicates [Si2O7]6

groupe des : Wöhlerites

série: Wohlerite - Burpalite

dureté: 5 à 6

densité: 3,33

système cristallinMonoclinique, (prismatique)

morphologie: tabulaire, agregats, cristaux allongés, aplatis, en éventail

couleur: incolore, jaunâtre, rose jaunâtre

éclat: vitreux; transparente à translucide

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 
 

 

BURYATITE

localité type

 

                                                    

                                                  

 

 - Trouvé en  2002 dans une carotte de forage des minéraux kurchatovite-sakhaite,

du dépôt de bore de Solongo, Plateau Vitim, République de Bouriatie,Transbaïkalie,

région de l'Est Siberian, Russie.

Dimensions: capsule

 

Étymologie:

 - La Buryatite prend le nom de la localité de sa découverte.

 - Elle a été découverte en 2000 dans le dépôt de bore de Solongo, Plateau Vitim,

République de Bouriatie,Transbaïkalie, région de l'Est Siberian, Russie:

 - La Buryatite a été décrite en 2001 par les minéralogistes russes de la Zapiski RMO

(Société minéralogique Russe) :

 - Svetlana V. Malinko (1927-), (minéralogiste spécialisé dans les minéraux de B.)

 - Nikita V. Chukanov (1953-), (physicien et minéralogiste)

 - V. T. Dubinchuk, (du laboratoire de Minéralogie-Cristallographie, UMR 7590 et

    Institut de Physique du Globe, Russie)

 -  Aleksandr E. Zadov et  E. V. Koporulina.  

  

Remarques:

 - La Buryatite est analogue à la charlesite et la sturmanite, dominantes par Si..

 

Formule chimique:  Ca3(Si,Fe+++,Al)(SO4)[B(OH)4](O,OH)5O.12H2O

Strunz nr.6/D.13-60

classe VI des : Sulphates, Chromates, Molybdates, Tungstates

sous-classe des : Sulphates hydratés avec [SO4], avec des anions en plus

groupe des : Ettringites

sous-groupe des : Ettringites (Ca3) et (Ca6)

série:  Ettringite - Alcapaprossaite

dureté: 2.5

densité: 1,76

système cristallinRhomboedrique (Trigonal),  (pseudo hexagonal)

morphologieen forme de feuilles comme le mica, cristaux microscopiques,

visibles uniquement avec des loupes binoculaires ou au microscope

couleurgris clair, lilas, violet clair

éclat: vitreux; mat, opaque, translucide

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 
 

 

BUSSENITE

 

                                                     

 

 - Trouvé en 2003 dans les veines de calcaire à sodalite-natrolite des Mts.

Kukisvumchorr, Massif alcalin Khibiny, Presqu'île de Kola, Murmaskaja

Oblast, Russie.

Dimensions: 1,00 cm. x 0,50 cm.

 

Étymologie:

 - dédie au pétrographe russe Irina V. Bussen (1915-) spécialiste en pétrographie,

et de la minéralogie du complex alcalin Khibiny-Lovozero, Russie.

 - Décrite en 2002 par les minéralogistes russes:

 - R.K. Rastsvetaeva,

 - H. Zhou,

 - A.P. Khomyakov et

 - N. Shi.

 

Formule chimique: Na2(Ba Sr)2(Fe Mn)TiSi2O7(CO3)(OH)3F

titano-silicate

Strunz nr.:  8/C.14-110

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Sorosilicates

groupe des : Murmanite - Lomonosovite

série: Shkatulkalite - Polyphite

dureté:  3,8 à 4,2

densité: 6,56

système cristallin: Triclinique (anorthique)

morphologie: en aggregates pseudocristallins

couleur: jaune-brunâtre, brun

éclat: vitreux, perlé, transparent à translucide

rareté par Stefan Weiss: +++ (extremement rare)

 

 

 

 

 
 

 

BUTTGENBACHITE

localité type (ancienne collection "Chervet")

 

                                                

 

 - Trouvé en  1986 près de la vaste cuvette sédimentaire d'origine sécondaire de

Likasi, dans les géodes de cuprite de la mine Panda de Likasi, (Jadotstadt), district

de Kambove, Katanga (Shaba), Zaire (Congo), République Démocratique du Congo

(Zaire).

Dimensions:  0,80 cm. x 0,40 cm.

 

Étymologie:

 - Dédié au minéralogiste belge Henri J. Buttgenback (1874-1964).

(Voir photo ci-contre), professeur de minéralogie à l'université de Liege, Belgique.

 - Elle fut découverte en 1925 à Likasi, Shaba, Zaire.

 - La Buttgenbachite à été décrite en 1925 par le belge Alfred Schoep (1881-1966),

professeur de minéralogie à l'Université de Liege, fut inventeur de plusieurs espèces

uraniferes des mines du Shaba.

 

Formule chimique:  Cu19Cl4(NO3)2(OH)32•2(H2O)

chloronitrate de cuivre

Strunz nr.:  3/D.03-30

classe III des : Halogenures

groupe des : Oxyhalogenures, Hydroxyhalogenures

série: Claringbullite - Khaidarkanite

dureté:  3,00

densité: 3,42

système cristallin:  Hexagonale (dihexagonale dipyramidale)

morphologie:  aciculaire, cristaux radiés aciculaires trés fins

couleur: bleu, azur, bleu pâle

éclat: vitreux; transparent

rareté par Stefan Weiss:  ++ (très rare)

 

 

[ ACCUEIL ] [ MINERAUX DE COLLECTION ]  [ MINERALOGIE THEMATIQUE ]  [ MINERALOGIE SYSTHEMATIQUE ]  [ FOSSILES ] [ CONTACT ]