zingomineral.com                  Collection Don Giovanni ZINGO, France

 

 

IDOCRASE = Vesuvianite

 

                                                 

 

 - Trouvé en 1967 dans les calcaires de métamorphisme de contact

de Egg, près de Christiansand, Norvège.

Dimensions: 6,00 cm. x 4,00 cm.

 

Étymologie:

 - du grec "idoskras" = forme mixte, en allusion  aux melange de

formes du minéral. L'Idocrase a été décrite en tant que vesuvianite  

en 1795 par Abraham  Gotlobe Werner (1749-1817), il fut

inspecteur des mines et professeur de minéralogie à l'Ecole des

Mines de Freiberg, Allemagne.

 

Variétés et synonymes:

 - Californite, (idocrase de Californie), d'un beau vert brillant

 - Grenat Quadratique, vésuvianite vert pistache à jaune vert

 - Idocrase de Bonvoisin, variété de Péridot

 - Idocrase brune, variété de vésuvianite

 - Idocrase d'Italie, vésuvianite orangé-brunâtre, fausse tourmaline    

    d'Italie

 - Sibérite, Idocrase vert foncé, ou vésuvianite, de Sibérie

 - Chrysolite des napolitains, vésuvianite du Vésuve, volcan de     Naples, Campanie, Italie                                                

 - Idocrase cuprifère, vésuvianite bleu (Berzielus)

 - Idocrase noire,  vesuvianite de Tellemarken Norvege

 - Egeran, vesuvianite d'Eger en Bohême (décrite en 1822 par le  

   moine et minéralogiste français René Just Haûy).

 

Formule chimique: Ca10Mg2Al4(SiO4)5(Si2O7)2(OH)4

Strunz nr.:  8/C.26-10

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Sorosilicates

groupe des : Vésuvianites

serie: Fluorvésuvianite - Manganvésuvianite

dureté: 6,50

densité: 3,30 à 3,50

système cristallin: Quadratique (tétragonale)

morphologie: prismatique, quadratique, pyramidale, massive

couleur: vert, vert-jaunâtre, blanc, bleu clair, gris, brun, jaune,

rarement violet

éclat: vitreux, gras, résineux; transparent à semi-transparent,

translucides, opaque

rareté par Stefan Weiss: commune

 
     
 

 IGNIMBRITE (roche)

                                                  

                                       NOTIONS DE PETROGRAPHIE

 

 - IGNIMBRITE : roche volcanique, mousse de lave.

 

 

 

 

 
     
 

 

IGUMNOVITE ou CHLOROHIBSCHITE

 

                                                  

 

 - Trouvé en  2001 par le minéralogiste russe Mikael Murashko, dans

les cavités des xenolites riches en hematite altéré du complexe

trachyandésite de Kopesik, mine n°45, du district de Chelyabinsk,

Ourals, Russie.

Dimensions: 5,00 mm.

 

Étymologie:

 - L'Igumnovite est une substance d'origine anthropique qui se forme

sur les terrils de charbon. Elle n'est pas encore approuvé par l'IMA.

Décrite en 1998 par les minéralogistes russes: B. Cesnokov,

M. Kotrly, et  T. Nisanbajev.

 

Synonyme:

  - Chlorohibschite

 

Formule chimique:  Ca3 Al2 [SiO4]2 Cl4

Strunz nr.: non déterminé

classe des : Silicates

sous-classe des Silicates non classés, d'origine anthropique

groupe des : Clorosilicates

série: Igumnovite

dureté: 5 à 6

densité: 3,12 ?

système cristallin:  Isometrique

morphologie : petits grains, les cristaux sont visible qu' au

microscope

couleur : brun, brun jaunâtre, brun grisâtre

éclat: vitreux

rareté par Stefan Weiss: +++ (rarissime)

 

 

 
     
 

I

IKAITE (pseudomorphe d'après la calcite) avec GLENDONITE

 

                                       

 

 - Trouvé en  1985 par le minéralogiste et ami russe, Mikael Murashko,

dans les aux des salines marines près de Bielo More, Kola Peninsula,

Murmanskaja Oblast', region du Nord,  Russie.

Dimensions: 5 cm. x 1.5 cm.

 

Étymologie:

 - prend le nom de la localité de sa découverte: glaces marines

arctiques des mers polaires de Ikka Bund, Ika fjord,  Ivigtut,

Sermersooq, Groenland.

 - L'Ikaite a été décrite pour la première fois en 1963, par le danois minéralogiste Hans Pauly, et trouvé  dans le fjord groenlandais d’Ikka. Sermersooq, Groenland.

  

 

 Pseudomorphes et synonymes:

 - Fundylite, (dans la baie de Fundy, en Nouvelle-Écosse, Canada)

 - Gennoishi, (en japonaise = percuteurs)

 - Gersternkorner, (Allemand = Barleycorn)

 - Glendonite, (d'après la localité-type, Glendon, Nouvelle-Galles du

     Sud, Australie)

 - Hornlets de la mer Blanche, (mer Blanche et de la péninsule de

     Kola, Russie)

 - Jarrowite, (Jarrow, Northumberland, Royaume-Uni)

 - Molekryds, (en danoise = Mole Croix), l'île de Mors, Jutland, au

    Danemark)

 - Pseudogaylussite (semblant de gaylussite)

 - Thinolite, (en grec ThinOS = rive) trouvé dans le tuf du lac Mono en

    Californie, USA).

 

Remarques :

  - L'Ikaite est une forme particulière de carbonate de calcium

qui se forme dans les aux marines froide et salées la

formation de calcite est inhibée.

 - Elle se décompose en eau et calcite

lorsque la temperature est supérieures à 8 degrés C. .

 

Formule chimique: CaCO3.6H2O

carbonate de calcium hexahydraté

Strunz nr.5/D.01-60

classe V des : Borates, Carbonates, Nitrates

sous-classe des : Carbonates

groupe des

Carbonates hydratés sans anion étranger, avec [CO3]

série: Barringtonite - Tuliokite

dureté:  

densité:  1.80

système cristallin:  Monoclinique

morphologie :  columnaire, massive, poreuse

couleur : brun, brun jaunâtre, brun grisâtre

éclat: mat, crayeux

rareté par Stefan Weiss: ++ ( très rare)

 

 

 
     
 

 

 IKUNOLITE

 

                                                  

 

 - Trouvé par moi même en 1999 dans les veines de quartz de la  

mine d'Also-Rosza adit, Nagybörzsöny, Mts Börzsöny, Pest County,

Hongrie.

Dimensions : 0,8 cm. x 0,7 cm.   

 

Étymologie:

 - Prend le nom du lieu de sa découverte, en 1959.

Le premier échantillon fut trouvé dans la mine Ikuno, Ikuno-cho-ono,

ville Asago, Préfecture de Hyogo, région de Kinki, péninsule Honshu,

Japon.

 - L'Ikunolite a été décrite en 1959 par le minéralogiste japonais 

Dr. Akira Kato (1931-), professeur au Museum National des

Sciences, Tokyo, Japan.

  

Formule chimique:   Bi4(S,Se)3

Strunz nr.:  2/D.11-10

classe II des : Sulfures, Seleniures

sous-classe des Sulfures, séléniures, tellures avec rapport

métallique de/S,Se,Te

groupe des : Tetradymites

série: Tellurantimonyite - Hedleyite

dureté:  2

densité: 7,80

système cristallin:  Rhomboedrique

morphologie : grains, massive, feuilles

couleur : gris de plomb

éclat: métallique, submétallique

rareté par Stefan Weiss: ++ (rare)

 

 

 
     
 

 

 ILMENITE (HYSTATITE)

 

                            

 

 - Ancienne collection "Krantz in Bonn, Allemagne". Trouvé en 1956 dans le

complexe minéralogique des roches ignes du lac Bentley, dans la Mine

Madawaska, Faraday Township, Hastings County, Ontario, Canada.

Dimensions : 10 cm. x 7 cm.

   

Étymologie:

  - prend le nom du lieu de sa découverte: Monts Ilmen, Miassk, Ural Mts,

Russia ex URSS.

 - Décrite en 1827 par le minéralogiste Adolph Theodor Kupffer (1799-

-1865), fut un physico-chimiste et philosophe allemand de la mer Baltique, 

sujet de l'impire russe qui fut le fondateur du dépôt de l'étalon des poids

et  mesures en Russie et du principal observatoire de physique en Russie.

 - Il devient membre de l'Académie des sciences en minéralogie (1828)

et en physique (1840).

- Sa plus grande œuvre fut la "Dissertatio de calculo crystallonomico"

qui signifie "Dissertation des calculs Cristallographiques ou

Cristallonomiques" , faite en 1821 à Gottingen, Allemagne.

(Voir photo ci-contre).

 

Synonymes et variétés :

 - Axotomous Eisenerz (en 1824 par le minéralogiste Mohs

 - Cibdelophane

 - Cr-rich Picroilmenite

 - Ferrian ilmenite (variété d'ilmenite riche en fer)

 - Ferroilménite (ferro-ilménite), variété ferrifère d'ilménite

    contenant 33 % de (FeTi)2 O3

 - Gregorite (synonyme de la variété macchanite)

 - Guadarramite (en 1906 par Muñoz del Castillo), variété contestée

    radioactive d'ilménite trouvée dans la Sierra de Guadarrama, Castille,

    Espagne

 - Haplotypite

 - Hystatite (en 1830 par le minéralogiste Breithaupt)

 - Ilmenitcsoport (synonyme d'ilmenite en langue hongroise)

 - Isérine (en 1810, par le minéralogiste allemand Klaproth), variété

    cubique d'ilmenite

 - Kibdelophane ( en 1832 par le minéralogiste von Kobell ), variété

    riche en titane d'ilménite

 - Magnesian Chromian Ilmenite (variété riche en chrome et

     magnesium)

 - Magnesian Ilmenite (variété d'Ilmenite riche en magnesium)

 - Manganilménite (Simpson, 1929), variété manganésifère d'ilménite

 - Magnéto-ilménite (Ramdohr, 1926), variété ferrifère d'ilménite

 - Magnesian Manacannite (variété de Manachanite riche en

    magnesium)

 - Manacchanite (variété ferrifère d'ilménite décrite à Tregonwell Mill,

     Manaccan,  Royaume-Uni)

 - Manganoilmenite (variété d'ilmenite riche en manganese)

 - Mänaken (en 1808 par le minéralogiste Karsten)

 

 - Mohsite  ( en 1827, par le minéralogiste Armand Lévy)

 - Para-ilménite

 - Picrocrichtonite ( par Lacroix en 1901), variété manganésifère

     d'ilménite

 - Picroilménite (par Groth en 1898), variété d'ilménite riche en

     magnésium

 - Picrotitanite (par Dana en 1868), variété d'ilménite riche en

     magnésium

 - Silicoilménite (par Pilipenko en 1930), mélange de silice et d'ilménite

 - Titane oxydé ferrifère (titanioferrite en français)

 - Titanioferrite (en 1843, par le minéralogiste Chapman)

 - Titaneisenerz (titanioferrite en allemand)

 - Titanic Iron (titanioferrite en anglais)

 - Washingtonite (par Shepard en 1842),  variété ferrifère d'ilménite

    trouvée à Washington, USA.

  

Remarques :

  - L'ilmenite est un dimorphe de la Wangdaodeite

 

Formule chimique:  Fe+2TiO3

oxyde de fer et de titane

Strunz nr.: 4/C.05-20

classe IV des :  Oxydes et Hydroxydes

sous-classe des : Oxydes avec rapport métal/oxygène = 2/3

groupe des : Ilmenites

série: Geikielite - Ecandrewsite

dureté:   5 - 6

densité: 4.68 - 4.76

système cristallin:  Rhomboedrique (Trigonal)  

morphologie : tabulaire, massive, rhomboedrique, grenue, 

laméllaire en rosettes, en agrégats, en grains, micacée, gemme,

pierre fine; fragile, cassante ; opaque; radioactive; magnétique

ou paramagnétique;  macles possibles; présente dans les  roches

lunaires, présente dans les météorites  

couleur : brun noirâtre, noir

éclat: métallique, submétallique, mat, gras; opaque

rareté par Stefan Weiss:  commune

 

 

 

 

 
     
 

 

 ILMENORUTILE (variété de Rutile riche en Niobium)

 

                                       

 

 - Trouvé en 1967 dans les pegmatites granitiques de la Vallée de

Sathatany, région de Vakinankaratra, province de Antananarivo,

Madagascar.

Dimensions : 1.5 cm. x 1.5 cm.

   

Étymologie:

  - prend le nom du lieu de sa premiere découverte: rivière du fleuve 

Miass, région de Zlatoust, Mont Ilmen, monts Oural Russie, et en

relation avec le rutile.

-L'Ilmenorutile a été décrit en 1854 par le russe Nikolai Ivanovich

Koksharov (1818-1892), géologue, minéralogiste, cristallographe et

Général major dans l'armée russe. Il fit une grande description sur la

minéralogie de la Russie en publiant  " Matériaux pour la Minéralogie

Russe". (Voir photo ci-contre).

 

Synonymes et variétés du Rutile:

 - Cajuélite (rutile de Cajuelio, Vuitrago, Espagne)

 - Crispite (Rutile du St Gottard, Crispalt, Suisse, par

    Delametherie en 1797)

 - Dicksbergite (Rutile de Dicksberg, Wermland, Suede, par

     Igelström en 1896)

 - Edisonite (par Hidden en 1888)

 - Gallitzinite (synonyme désuet, référence au prince Dimitri

    de Gallitzin)

 - Ilmenorutile (variété de rutile riche en Niobium)

 - Naumannite (par Koksharov en 1854, ne pas la confondre

   avec la Naumannite Ag2Se de Wilhelm K. R. von Haidinger)

 - Nigrine (variéte de rutile riche en fer)

 - Paraedrite

 - Rutilite (par Walter R. Johnson et John M.Moffat en 1836)

 - Sagenite (variété de rutile en inclusions dans le quartz, par

    Saussure en 1796)

 - Strüverite (1907 par  Zambonini, variété de rutile dédiée à

    Giovanni Strüver (1842-1915), minéralogiste italien,)

 - Titane oxydé (par René Just Haüy en 1801)

  

Formule chimique: (Ti,Nb,Fe+++)O2

Strunz nr.: 04.CB.25

classe IV des : Oxydes et Hydroxydes

sous-classe des : Oxydes métalliques

groupe des :  Oxydes avec des cations moyennes

série:  Rutile - Tripuhyite

dureté:  6 à 6.5

densité: 4.35 à 4.64

système cristallin:   Quadratique (Quadratique)

morphologie : prismatique, strié avec lignes sur les faces

couleur : noir, noir grisâtre, noir brunâtre

éclat: métallique, submétallique

rareté par Stefan Weiss: ++ (rare)

 
     
 

 

ILVAITE (vieille collection)

localité type

 

                                           

 

 - Trouvé en 1945 ?, (vieille collection), dans les dépôts de fer des

roches métasomatiques de Torre di Rio, région de Santa Filomena

(Monte della Torre), Rio Marina, Île d'Elbe, province de Livorno,

Toscana, Italie.

Dimensions:  7.5 cm. x 5 cm.

 

Étymologie:

 - du latin "Ilva"  ancien nom de l'île d'Elbe.

Elle fut découverte en 1811 à Torre di Rio, région de Santa Filomena

(Monte della Torre), Rio Marina, Île d'Elbe, province de Livorno,

Toscana, Italie.

 - L'Ilvaite a été décrite en 1811 par le minéralogiste et professeur

 de sciences naturelles Henrich Steffens ( 1773-1845 ), spécialiste

des mines et minéralogiste à la Bergakademie de Freiberg en 1802,

il devint en 1811 professeur de physique et de philosophie à Breslau,

Allemagne.(Voir photo ci-contre).

 

Synonymes et variétés :

  - Baddaleyite (par le minéralogiste Clark)

  - Breislakite, Breislakit, Breislakita (variété)

  - Cyclopeite

  - Elbaite (par le minéralogiste de Giesecke)

  - Lievrite

  - Yenite

 

Remarques :

  - L'Ilvaïte est structurellement liée à Lawsonite

 

Formule chimique:  CaFe++2Fe+++Si2O7O(OH)

silicate-hydroxyde de calcium et de fer

Strunz nr.8 / C.10-20

classe VIII des : Silicates, Nesosilicates, Sorosilicates

sous-classe des : Sorosilicates

groupe des : Sorosilicates avec [Si2O7]6-

série: Bertrandite - Hiortdahlite-II

dureté:  5.5 à  6

densité: 4,05

système cristallin: Orthorhombique / Monoclinique

morphologie: prismatique, columnaire, compacte, radiée, agrégats,

fibreuse, granuleuse, isometrique, aciculaire

couleur;  noir de fer,  noir,  noir grisâtre, marron brunâtre

éclat: submétallique; Opaque

rareté par Stefan Weiss:  0

 
     
 

 

IMANDRITE

 

                                                 

 

 - Trouvé en 1978 dans le complexe alcalin du gisement de Khibiny,

sur les  rives du lac Imandria, vallée de Vuomeniok, presque-île de

Kola, Murmanskaja Oblast, region du Nord, Russie,

Dimensions: 0,5 cm. x 0,5 cm.

 

Étymologie:

 - prend le nom de sa provenance d'origine, Lac Imandria, gisements

de Khibiny, sur les rives du lac IMandria, presque-île de Kola, Russie.

L'Imandrite fut décrite en 1979 par les minéralogistes russes:

 - A. P. Khomyakow, 

 - N.M. Chemitsova,

 - S.M. Sandomirskaya et  

 - G.L. Vasil'Eva.  

 - Elle a été dédiée au docteur en minéralogie et grand

spécialiste de minéraux rares Alexander Petrovich Khomyakov

(1933-), de l'Institut de Géochymie et Ctristallographie de Moscau,

Russie.

 

Formule chimique:  Na6 Fe3+ Ca1.5 Si6 O18

Strunz nr.: 8/E. 16-10

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Cyclosilicates

groupe des : Lovozerites

série: Imandrite - Petarasite

dureté: 3,95

densité:  2,94

système cristallin: Orthorhombique

morphologie: grains, inclusions

couleur; incolore, jaune, jaune orange, jaune miel

éclat: vitreux; subadamantin, translucide à transparent

rareté par Stefan Weiss: +++ (rarissime)

 

 
     
 

 

INDIGOLITE (variété d'Elbaite bleue gemme) avec Cleavelandite

groupe des Tourmalines)

 

                                            

 

 - Trouvé en 1995 par mon ami Ulrich (Uli) Dernbach dans les 

pegmatites du complexe minier de la mine Mimoso do Sul, d'Espirito

Santo, Brésil.

Dimensions: 12 cm. x 8 cm. x 3 cm.

 

Étymologie:

dérive du portugais et dérivant du latin "Indicum" de l'Inde et de la

couleur de la plante "indigotier ", plante vivace de la famille des

papilionacées dont les feuilles fournissent l'indigo et dont la culture,

jadis prospère dans les régions chaudes , est aujourd'hui abandonnée

presque partout.

 - L'Elbaite à été trouvée pour la première fois par Vernandsky

Vladimir Ivanovich (1863-1945) fondateur de la géochimie et grand scientifique russe, (voir photo ci contre). 

Il découvrit le minéral en 1913 à San Pietro in Campo, Île d'Elbe,

province de Livorno,Toscana, située au large de la côte occidentale

de l'Italie.

L'Elbaite est un ciclosilicate le plus connu et précieux de la famille des Tourmalines. Elle est utilisée en joaillerie pour la réalisation de bijoux

et dans l'industrie comme piézo-électrique et pyroélectrique, et son

hémimorphie est constante.

 

Synonyme:

  - Indicolite

  - Tourmaline bleue

  - Tourmaline indigolite

 

 

 - L'NDIGOLITE est une variété d'Elbaite bleue gemme

appartenant au groupe des Tourmalines.

 

Formule chimique: Na(Li,Al)3Al6(BO3)3Si6O18(OH)4

borosilicat naturel d'aluminium

Strunz nr.: 8/E. 19-10

classe VIII des: Silicates

sous-classe des: Cyclosilicates

groupe des: Tourmalines

série: Rosmanite - Feruvite

dureté: de 7,00 à 7,50  

densité: 2,90 à 3,20 avec une moyenne de 3,05

système cristallin: Hexagonal - Rhombohédrique (trigonal -

ditrigonale - pyramidale)

morphologie: (cristaux souvent prismatiques, en prismes trigonals

souvent striés), aciculaire, rayonnante, en inclusions souvent dans le quartz et autres minéraux d'aspect vitreux, tabulaire, massive,

radiée, fibreuse, compact, les macles sont très rares.

couleurbleu pâle, bleu, bleu foncé, bleu verdâtre, souvent

légèrement nuancé de vert

éclat: vitreux, résineux, transparent, translucide

rareté par Stephan Weiss: 0  

                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
     
 

 INTRUSIVE (roche):

                                                  

                                       NOTIONS DE PETROGRAPHIE

 

 - INTRUSIVE (roche), voir magmatique.

 

 

 

 

 
 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

 IODARGYRITE ou JODARGIRITE

 

                                             

 

 - Trouvé en 2001 dans les dépôts de cuivre, plomb et zinc de

Rudnyi Altai, mine Rubtsovskove, Altaiskii Krai, région de l'est

Siberie, Russie.

Dimensions: 2,50 cm. x 1,50

 

Étymologie:

  - provient de sa composition chimique Iode et argyrite (argent)

La Iodargyrite fut découverte en 1859  dans la mine Albarradon à

Mazapil, Zacatecas, Mexique, et décrite  par le français de Toulouse

Alexandre Leymérie Félix Gustave Achille (1801- 1878), professeur

de géologie, de minéralogie, de paléontologie et polytechnicien, il fut

titulaire en 1846 de la Chaire de Minéralogie et Géologie à la Faculté

des Sciences de Toulouse et membre de la Société Académique de

L'Aube, France. Il fut l'auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et il fit

une description géologique et paléontologique très détaillé des

Pyrénées de la Haute Garonne, publié plus tard en 1881 par l'éditeur

E. Privat de Toulouse.

 

Synonymes:

  - Beta-AgI

  - Argent ioduré

  - Iodargyre

  - Iodic Silver (anglais)

  - Iodite

  - Iodyrit (en allemand)

  - Iodoargirite (en italien)

  - Iodure d'argent

  - Iodyrita (en espagnol)

  - Jodargyrite (en allemand)

  - Jodsilber (en allemand)

  -

Formule chimique:  AgI ou AgJ

iodure d'argent

Strunz nr.: 3/A.03-10

classe III des : Hallogénures

groupe des : Hallogénures communes

sous-groupe des : Hallogénures anhydreuses

série: Nantokite - Moschelite

dureté: 1 à 1,5

densité: 5,68

système cristallin:  Hexagonal, (dihexagonale-pyramidale)

morphologie:  cristaux tabulaires, prismatiques, en rosettes,

en forme de tonneau, agrégats; écailles, lamelles, massive

couleur:  incolore, jaune, jaune pâle, jaune verdâtre, gris, brun

éclat: vitreux, adamantin, resinoux; transparente, translucide

rareté par Stefan Weiss:  0  

 

 
 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

 IODOCHROMATE ou DIETZEITE

localité type

 

                                       

 

 - Trouvé en 1967 dans les dépôts de nitrate de la région aride du

Désert d'Atacama, à Salar de Miraje, Maria Elena, II Région, désert

d'Atacama, Chili.

Dimensions: micro-montage

 

Étymologie:

 - prend son nom par les composant de sa formule chimique : Iodo

et chrome = Iodochromate

La Iodochromate fut découverte en 1894 par le minéralogiste et

chimiste A. Osann, dans les mines de Lautaro, Morro Moreno,

désert d'Atacama, région d'Antofagasta, Chili.

 - Le nom iodochromate a été remplacé par Dietzeite dédié au chimiste

allemand August Dietze.

  

 

Synonyme:

  - Iodchromate (par A. Osann en 1894)

  - Dietzeita (en espagnol)

 

Remarque:

 - Attention au lavage qu'elle se dissoute lentement dans l'eau

froide et rapidement dans l'eau chaude.

 

Formule chimique: Ca2H2O(IO3)2(CrO4)

Strunz nr.: 4/L.01-30 

classe  IV des : Oxydes, Hydoxydes

groupe des : Iodates

sous-groupe des: Iodates avec [NO3]

série:  Lautarite - Bellingerite

dureté:  3,5

densité: 3,61 à 3,69

système cristallin:  Monoclinique, (prismatique)

morphologie:  cristaux tabulaires et allongée, croûtes fibreuses, conchoïdale, couramment sous forme fibreuse ou colonnaire

couleur: jaune paille, jaune d'or,

éclat: vitreux; transparent

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

  

 
 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

IRIDIUM et Palladium dans Or cristallisé

 

                                        

 

 - Trouvé en 2001  à Zapata dans les terrains aurifères hydrothérmales

à l'Ouest de Santa Elena de Uairen, dans la Grande Sabana

Méridionale d'El Ciudad, province de Bolivar, Venezuela;

Dimensions: 3,00 cm. x 0,50 cm.  poids: 1,85 gr.

 

Étymologie:

 - du latin "Iris, Iridis" = Arc-en-ciel due à sa richesse en couleurs

irisées.

L'Iridium a été découvert en 1803 par le chimiste britannique 

Smithson Tennant  (1761-1815), à peu pres dans la même periode

fit aussi la decouverte que le diamant est composé de charbon.

En 1781 reçut le doctorat de botanique et de chimie. En 1813 devint

professeur de chimie à l'Université de Cambridge.

La géologie nous explique que la période entre le Crétacé et le

Tertiaire, (le K.T.), se manifeste dans le sol par une fine couche

d'argile noire, très riche en Iridium, et selon Luis Alvarez Walter et

autres scientifiques,

l'Iridium est de nature extraterrestre et que suite à la collision d'une

météorite ou d'un astéroïde avec la Terre, entre le Triangle des

Bermudes et le Yucatan, une fine couche noire d'argile  contenant de

l'Iridium (et autres minéraux) couvrit la planète.

On trouve principalement l'Iridium dans le gravier avec autres

minéraux, Platine et Osmiridium et aussi dans les minès au Canada.

 

Synonymes:

 - Osmiridium de Zviaguinstev

Variétés:

 - Aurosmiridium,

 - Rutheniridium,

 - Platiniridium,

 - Rutheosmiridium

 

Formule chimique:  (Ir,Ru,Os)

Strunz nr.: 1/A. 14-30

classe I des : Elements Natifs

groupe des : Elements et combinaisons intermétalliques

sous-groupe des : Platines et métaux de transition

série: Rhodium à Skaergaardite

dureté:  6,50 à 7,00

densité: 22,65 à 22,84

système cristallin: Cubique (isometrique-hexoctahedrale)

morphologie: cristaux cubique, en grains, en inclusions

couleur: blanc d'argent métallique, argent doré métallique

éclat: semi-brillant, métallique

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 
 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

  IRIGINITE

 

                                        minéral radioactif  

                                        

 

 - Trouvé en 1982 par mon ami minéralogiste russe, Mikhail Nikolai

Murashko, dans les dépôts de minéraux secondaires des Mines

d'uranium et molybdène de Kyzylsai, Monts Chu-Ili, province de

Almmaty (Almaty Oblysy ; Almati Oblast'), Kazakhstan.

Dimensions: 4.00 cm. x 3.00 cm. 

 

Étymologie:

 nom unique en minéralogie, qui ne signifie rien, Epshtein (l'auteur

de la description du minéral) trouvait  just que ce nom sonnait bien.

 - L'Iriginite a été découverte en 1958 dans le complexe de Mo-U,

Aleksandrovskil Golets, dans le bassin de la rivière Torgo au

croisement des fleuves Chara et Tokko, Aldan Shield, République

de Sakha (République de Saha, Yakoutie).

 - L'Iriginite a été décrite en 1959 par le minéralogiste G. Y. Epshtein.

  

Formule chimique:  UO2Mo2O7.3H2O

Strunz nr.:  6/G.06-40

classe VI des : Sulfates, Chromates, Molybdates, Wolframates,

Tungstates

sous-classe des : Molybdates Hydratés

groupe des : Uranomolybdates  

sous-groupe des : Uranomolybdates avec [UO2]++ and [MoO4]--

série: Sedovite - Uranotungstite

dureté:  1 à 2

densité: 3.84

système cristallin:  Orthorhombique

morphologie: grenue, agrégats

couleur:  jaune, Jaune canari

éclat:  vitreux, terne

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

     radioactivité: GRapi = 2,860,809.93 (Gamma Ray American

Petroleum Institute Units).

La concentration d'Iriginite par GRapi unité est de = 349.55 (PPB)

 

 
 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 
 

 

  ITACOLUMITE (variété de roche)

localité type

 

                                   

 

 

                         Notions de Géologie et de Petrographie

 

 - Trouvé en 1969 dans les roches sédimentaires détritiques 

du Pic Itacolumi, à Serro-do-Frio, près de San-Antonio Pereira

au Brésil .

Dimensions: 10.5 cm. x 6 cm.

 

Étymologie :

 - le nom dérive du lieu de sa premiere découverte: Pic de

Itacolumi au Brésil.

 - L'Itacolumite a été décrite en 1881 et 1882 par O.A. Derby.

(Américain Journal des Sciences, xxiii 97, 178, andxxiv.,34-42;

et dans l'abstrait, Rep. SmithsonianInst.,1882, p. 332).

 

Géologie et Petrographie:

 - L'Itacolumite (roche composé de quartz et de talc) repose sur

le schiste talqueux, ou pour mieux dire la premiere couche

d'itacolumite qui vient après le gneiss, et que on regarde comme

un schiste talqueux, remplaçant le micaschiste, semble n'être

que le passage entre le gneiss et l'itacolumite, dans laquelle le

talc prédomine, et où le quartz est très rare et en grains très fins.

Le talc diminuant et le quartz devenant prédominant, on arrive

aux roches qu'on appelle itacolumite (pedra de amolar) = pierres

à repasser.

 - L'Itacolumite est une roche de texture schisteuse, composé de

quartz et de talc; mais on observe une infinité de nuances dans

cette roche: à sa partie inférieure, elle est très talqueuse, perd

continuellement de son talc et arrive au point supérieur à ne

former que une masse de quartz à grains très fins liés entre eux,

ce qui la rend compacte, et d'autres fois à texture grenue ou

granuleuse. Ordinairement le quartz est de couleur blanche,

grise ou rougeâtre; le talc offre une grande variété de couleur.

La cassure est écailleuse ou presque terne, d'autres fois d'un

aspect vitreux.

(Bulletins de l'Académie royale des sciences et belles-lettres

de ..., Volume 7).

 

  

 
 

Cliquez sur les photos pour voir le détail

 

[ ACCUEIL ] [ MINERAUX DE COLLECTION ]  [ MINERALOGIE THEMATIQUE ]  [ MINERALOGIE SYSTHEMATIQUE ]  [ FOSSILES ] [ CONTACT ]