zingomineral.com                 Collection Don Giovanni ZINGO, France

 
 

 

PADPARADCHA variété de RUBIS = Corindon

 

                                       

 

 - Trouvé en 2001 par mon ami Ossola Ernesto, dans les roches

pégmatiques à micachiste, métamorphosées par le granite des

mines du district de Ngorongoro, Tanzanie.

Dimensions:  10 cm. x 7,50 cm. (gangue) et

                           5,3 cm. x  1,2 cm. (les cristaux).

 

Étymologie:  

Le mot Padparadscha ou Padmaragaya signifie fleur de lotus

en cinghalais  "padma raga" = couleur de lotus, par rapport à

sa couleur rose-rouge, orange-rose ou rouge-orange.

    

                    Voir page R= rubis ou page C = corindon

   

 

 

 

 

                                                               Cliquez sur les photos pour voir le détai

 
 

 

PAINITE

 

                                      

 

 - Trouvé en 1960 dans le complexe des roches métamorphiques

de la graviére de Myan Gyi, Thurein-taung, canton de Mogok,

district  de Pyin-Oo-Lwin, département de Mandala, Birmanie (Myanmar).

Dimensions: 1 cm. x 1 cm.

 

Etymologie:   

 - Dédié au gémmologue britannique et collectionneur Arthur

Charles Davy Pain (?-1971) qui découvrit le minéral dans les

graviéres à pierres précieuses du village d' Ongaing près de

Mogok, Birmanie.

 - La painite a été décrite en 1956 par les minéralogistes:

 - Dr G.F. Claringbull, 

 - Dr Max H. Hey, et

 - Dr C.J. Payne.

 

Remarque:

La painite est souvent alluvionnaire on la trouve dans les

graviéres, associé au zircons, rubis et saphirs.  

  

Formule chimique:  CaZrB Al9O18

Strunz nr. : 5/G.05-40

Classe V des : Carbonates

groupe des : Nesoborates

sous-groupe: Ludwigite

série:  Ludwigite - Qilianshanite

système cristallin: Hexagonal

morphologie: cristaux pseudo-orthorhombiques allongés, 

ou prismatiques, ou hexagonales

dureté: 8

densité: 4,01

couleur: rouge rubis, orange brunâtre

éclat: vitreux; transparent à translucide

rareté par Stefan Weiss: +++ (rarissime)

 

 

 
 

zingomineral.com                 Collection Don Giovanni ZINGO, France

 
 

 

PALLADIUM  et Iridium dans Or cristallisé

 

                           

 

 - Trouvé en 2001 dans les terrains aurifères de Zapata à l'Ouest

de Santa Elena de Uairen, Grande Sabana Meridionale de

El Ciudad, province de Bolivar, Venezuela.

Dimensions: 2,60 cm. x 0,60 cm. 

 

PALLADIUM:

 - trouvé en 1980 à Taimyr, Norilsk, Plateau de Putorin, Peninsule

de Taimyr, Taymyrskyi Autonomous Okrug, Region Est Siberie,

Russie.

Dimensions: 0,50 cm. x 0,30 cm. (photo 2)

 

Etymologie:  

 - Le nom dérive de l'astéroïde Pallas découvert un an auparavant

(1802) ce nom a été attribué par référence à la déesse grecque de

la sagesse Palladion ou Pallas Athena.  

Le Palladium a été découvert en 1803 dans du platine brut par

William Hyde  Wollaston (1766-1828) docteur en medicine à

l'Université de Cambridge et aussi grand chimiste, physicien,

cristallographe et minéralogiste. (Voir photo si contre).

 

Formule chimique: Pd,Pt

Strunz nr.:  1/A. 14-20

Classe I des : Elements Natifs

groupe des : Elements à combinaisons intermetalliques

série: Rhodium - Skaergaardite

système cristallin:Cubique  (isometrique - hexoctahedrique)

morphologie: cristaux octaedriques, radié, fibreux, en grains

dureté:  4,50 à 5,00

densité:  11,90

couleur: gris acier, gris doré

éclat: métallique

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

                                                               Cliquez sur les photos pour voir le détai

 
 

 

PARABUTLERITE

 

                        

 

 - Trouvé en 1992 dans les produits altérés des mines de 

Copiapite Kavir-e-Sagand, Saghand, province de Yazd, Iran.

Dimensions: 7,50 cm. x 4,50 cm.

 

Etymologie:   

 - du grec [Para] = proche et du nom de l'américain Gordon

Montague Butler  (1881-1961). Ingénieur des mines,

administrateur, géologue et professeur à l'université Arizona

de Tucson, Arizona, USA.                          

Son nom dérive aussi en allusion par sa ressemblance avec la

Butlerite.

 

Remarque:

 - La Parabutlerite est une altération de la Copiapite et un

minéral dimorphe de la Butlerite.

  

Formule chimique:  Fe3+[OH|SO4].2H2O

Strunz nr. :  6/D. 01-30

Classe VI des : Sulphates

groupe des : Sulphates hydraté

série: Butlerite - Xitieshanite

système cristallin:Orthorhombique - (prismatique)

morphologie: cristaux prismatiques, striés

dureté: 2,50

densité: 2,55

couleur: orange, orange pale, brun orange

éclat: vitreux

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 

 

                                                               Cliquez sur les photos pour voir le détai

 
 

 

PARAGONITE  (Paragonite-3T)

 

                              

 

 - Trouvé en 1969 dans les roches métamorphiques de la mine Slyudorudnik, Kyshtyn, Chelyabinsk Oblast, Ourals du sud, Russie.

Dimensions: 2,50 cm. x 2,00 cm.

 

Étymologie:   

 - du grec "paragon" = en exemple en reference à la

ressemblance au Talc.

 - Découverte à Pizzo Forno, Alpes Sponda, Faido, Ticino

(Tessin), Suisse et décrite en 1843 par le naturaliste allemand

Karl Franz Emil von Schafhautl (1803-1890) professeur de

géologie et directeur de la bibliothèque des sciences naturelles

de Munich, Allemagne.

 

Synonymes:

 - Natron-Glimmer (allemand) = natron brillant

 - Paragonita (italien)

 

Autres types de Paragonite:

  - Paragonite-3T (trigonal)

  - Paragonite-1M  (prismatique, monoclinique)

  - Paragonite-2M1 (prismatique, monoclinique)

  - Paragonite-2M2 (prismatique, monoclinique)

 

Remarque:

 - La Paragonite est un minéral de la série des Muscovites.

 

Formule chimique: NaAl2[(OH)2/AlSi3O10]

Strunz nr. :  8/H.10-50

Classe VIII des : Silicates

Sous-classe des : Phyllosilicates

groupe des : Mica

sou-groupe des : Celadonites-Muscovites

série: Aluminoceladonite - Nanpingite

système cristallin: Monoclinique (dioctahedrale) prismatique,

monoclinique, trigonal

morphologie: massive, tabulaire, écailles

dureté:  2,50

densité: 2,85

couleur: incolore, blanche, blanc jaunâtre, jaune

éclat: nacré; transparent, translucide

rareté par Stefan Weiss: + (rare)

 

 

 

 

                                                               Cliquez sur les photos pour voir le détai

 
 

 

PARANATROLITE

  

              radioactivité à peine détectable

                    

                            

 

 - Trouvé en 1985, dans les pegmatites du complexe alcalin à

nepheline-syenites du mont Niorkrakhk, massif de Khybiny,

péninsule de Kola, Russie.  

Dimensions: 1,00 cm. x 1,00 cm.

  

 

Étymologie:  

 - le nom dérive du grec " para " = près et "natrolite"

 - Les premieres paranatrolites furent découvertes 1980, dans la

carrière Poudrette, au Mont Saint-Hilaire, Rouville County, vallée

du Richelieu, Montérégie, Québec, Canada.

Ces spécimens sont conservés dans le Royal Ontario Museum,

Toronto, Canadian Museum of Nature, Ottawa, Canada.

  - La Paranatrolite a été décrite en 1980 par le scientifique

G.Y. Chao.

 

Remarque :

 - Possible que la paranatrolite soit une zéolite douteuse.

 

Formule: Na2[Al2Si3O10].3H2O

Strunz nr.:  8 / J. 21-20

classe VIII des : Silicates, borosilicates, inosilicates

sous-classe des : Tectosilicates

groupe des : Zéolites

série:  Natrolite - Mésolite

système cristallin: Pseudo Monoclinique Orthorhombique  

morphologieépitaxiale, alignement cristallographique d'un

minéral précurseur , pseudo-orthorhombique, radiale,

fibreuse, agrégats

dureté : 5 - 5.5

densité: 2.21

couleur: blanc, incolore, rose, gris pâle, jaune pâle

éclat: vitreux, gras

rareté par Stefan Weiss: + (rare)

 

  

  Radioactivité: GRAPI = 29,95 (Gamma Ray américaine Unités Petroleum Institute)

 - La concentration de sa radioactivité est par unité de

GRAPI = 3,34 (%), elle est à peine détectable

 

 

 

 

 

                                                               Cliquez sur les photos pour voir le détai

 
 

 

PARASCORODITE ou PARASKORODITE

localité type

                            

                   

                            

 - Trouvé en 1998, dans les textures argileuses des mines

d'argent de Kank, Kutná Hora (Kuttenberg), Région de la Bohême

centrale, Bohême (Böhmen; Boehmen), république Tchèque.

Dimensions: capsule

   

 

Étymologie:  

 - le mot dérive du grec "para" = près ou proximité et en relation

avec la Scorodite.

 - La Parascorodite a été découverte en 1995 à Kank, Kutna

Hora ou Kuttenberg, région de la Bohême centre, Bohême,

République Tchèque.

 - La Parascorodite a été cité en 1999 dans les publications de la

 "Association Minéralogical du Canada"  par :

 - Robert F. Martin et

 - William H. Blackburn.

 

Formule:  Fe+++AsO4.2H2O

Strunz nr.:  7 / C.09-88

classe VII des :  Phosphates, arseniates, vanadates

sous-classe des : Phosphates hydroux

groupe des : Variscites

série:  Metavariscite - Switzerite

système cristallin: Rhomboedrique (Trigonal)

morphologie:  granulaire, cryptocristalline, cristaux visible

que à la loupe binoculaire.

dureté :  1 - 2

densité:  3.36

couleur: blanc, blanc cassé, blanc jaunâtre

éclat: vitreux , terreux

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)  

 

 

 

 

 

 

                                                               Cliquez sur les photos pour voir le détai

 
 

 

PARATSEPINITE-Ba

spécimen type

                            

                  radioactivité  à peine détectable 

                            

 

 - Trouvé en 2003 dans les minéraux hydrohermales des

pegmatites alkalines du mont Lapkhe Nel'm, lac de Seidozero,

massif Lovozero, peninsule de Kola, Russie.

Dimensions:  1,00 cm. x 1,00 cm.

  

 

Étymologie:  

 - le mot est en relation avec la Tsepinite dédié à Anatolyi

Ivanovich Tsepin (1945-) physicien et minéralogiste russe de

l'institut de géologie de l'académie des sciences de Russie.

 - Décrite en 2003 par les physiciennes et minéralogiste srusses:

 - Nikita Vladmirovich Chukanov (1953-),

 - N.I. Organova.

 

Formule: (Ba,Na,K)2-x(Ti,Nb)2(Si4O12)(OH,O)2·4H2O

Strunz nr.:  8/E.07-08

classe des : Silicates

sous-classe des : Cyclosilicates

groupe des  : Labunstovite

série:  Vuoriyarvite-K - Tsepinite-Sr

système cristallin:  Monoclinique, (prismatique)

morphologie:  aggregates, trapue, en grains individuels,

cristaux prismatique microscopiques

dureté : 5,00

densité: 2,87

couleur: brun, brun jaunâtre

éclat: vitreux; transparent

rareté par Stefan Weiss: +++ (rarissime)  

 

minéral radioactif  

GRAPI = 20.11 (Gamma Ray américain unités Petroleum Institute)

La concentration de Paratsepinite-Ba est par unité de GRAPI

= 4,97 (%).

Sa radioactivité estimée est à peine détectable

 

 

 

 

 

 

 

                                                               Cliquez sur les photos pour voir le détai

 
 

 

PARISITE-Nd et PARISITE-Ce             

localité type

                                 minéral radioacif   

                

                           Parisite-Nd                        Parisite-Ce

 - Trouvé en 1987 dans les dépôts des terres-rares-ferrifères de

Bayan Obo, Darhan Muminggan, Mongolie inférieure, Chine Nord.

Dimensions:  0,80 cm. x 0,80 cm. (micromount) (photo n° 1).

 

PARISITE-Ce

 - Trouvé en 1987 par mon amie, colombienne, Fidelis Schindler,

dans les Mines du district Vasquez-Yacopi de Muzo, département

de Boyacà, Colombie.

Dimensions: 2,20 cm. x 0,80 cm.  

 

Étymologie:  

 - dédié à Jean-Jacques Paris  collectionneur et exploitant

propriétaire des mines de Muzo, Bogota Columbie.

 - La Parisite-(Nd) est un néodymifère de la Parisite-(Ce) elle fut

découverte en 1986 par les minéralogistes:

 - Peishan ZHANG et

 - Kejie TAO.

 

Remarque:

Le site de Bayan Obo dans le nord de la Chine, est la plus

importante des ressources de Terres Rares, son contest fait  part

d'un vaste gisement de Fer contenant plus de 1,5 milliards de

tonnes de minerai à 35% de Fer  et 48 millions de tonnes à 6% de

Terres Rares, (voir photo du gisement).

 

Formule chimique:  Ca(Nd,Ce,La)2(CO3)3F2

Fluoro-carbonate de calcium Cerium Lanthanium et

Neodymium

Strunz nr.:  5/C. 7-80

classe V des : Carbonates, Nitrates et Borates

groupe des : Hydro-Carbonates

série: Bastnaesite-(Y) - Micheelsenite

système cristallin: Rhomboedrique (Trigonale-Pyramidale)

morphologie: cristaux exagonaux doubles souvent avec

double pyramide, prismatiques, rhomboèdriques

dureté : 4,50

densité: 4,36

couleur: jaune brunâtre, brun-jaune, jaune cire

éclat:  vitreux, transparent, résineux

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

Radioactivité de la Parisite-Nd:

GRapi = 51,570.09 (Gamma Ray American Petroleum Institute Units).

La Concentration par unitées est de GRapi  = 19.39 (PPM)

 

Radioactivité de la Parisite-Ce:

GRAPI = 50,156.24 (Gamma Ray Américain unités Petroleum

Institute)

La Concentration par unité de GRAPI est = 19,94 (PPM)

 

 

 

 

                                                               Cliquez sur les photos pour voir le détai

 
 

 

PARTHEITE (groupe des Zéolites)      

  

                                      

                    

 - Trouvé en 1983 dans les gabbro-pegmatites de Denezhkin

Kamen montagnes, région de Sverdlovsk, Nord Oural, Russie.

Dimensions: 1 cm. x 1 cm.

 

  

  

 

Étymologie:  

 - Dédié au chimiste-cristallographe autrichien Erwin Parthe

(1928-2006), qui a été Professeur au " Laboratoire de Chimie et 

Cristallographie" de l'Université de Genève, Suisse.

Professeur Honoraire de structure chimique à l'Université de

Wienne, Autriche. Grande spécialiste de la description de la

systématisation des structures cristallines inorganiques. En 1991,

l "American Minerals, Metals & Materials Society " lui décernait

le "Prix William Hume-Rothery". En 1980 à l'inauguration de

l'Université de Savoie il eut le titre de "Docteur Honoris Causa".

Mes plus sincères condoléances à toute sa famille, pour l'aide et

les conseils pratiques qui m'a apporté sur  la connaissances

cristallographique des minéraux.

 - La Partheite a été découverte en 1978,  dans les mines de

Belenkoysirti, Doganbaba, Mtns Taureau, province de Burdur,

région de la Méditerranée, Turquie.

A été décrite en 1979, par les minéralogiste Suisses:

 - Halit Sarp,

 - Jacques Deferne,

 - Helene Bizouard et

 - Bernard W. Liebich du Département de Minéralogie du

   Muséum d'Histoire naturelle,.1, route de Malagnou, 1211    Genève, Suisse.

  

Remarque:

 - La Partheite est un polymorphe avec la Lawstonite

 

Formule chimique: Ca2[Al4Si4O15(OH)2].4H2O

silicate de calcium et aluminium

Strunz nr.:  8/J.18-10

classe VII des: Silicates

groupe des: Tectosilicates

sous-groupe: des Tectosilicates avec structure de zeolite

série: Bikitaite - Mendeleevite-(Ce)

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie: cristaux en agrégats, pseudohexagonale, radié,

fibreux, en grain

dureté : 4

densité:  2,38 à 2,45

couleur: blanc, incolore, bleu foncé

éclat: vitreux, perlé; transparent

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PARVOWINCHITE avec Donpeacorite

 

                            

 

 - Trouvé en 1998 par moi même dans la mine St. Joe, puit N° 4,

à Balmat, dans le district de Balmat-Edward Zinc, St. Lawrence

County, New York, USA.

Dimensions: 3 cm. x 2,5 cm.

 

Étymologie:

 - La Parvowinchite a été renommée en 1993 par l'IMA en

remplacement de la Tirodite.

 - Les premieres Parvowinchites furent découvertes dans la mine

Tirodi, à Tirodi, district de Balagath Maharashtra, Madhya

Pradesh, Inde.

 - Elle a été décrite en 1993 par les minéralogistes :

 - Roberta Oberti et

 - Subrata Ghose (1932-), rapport du département de chimie

    et christallographie de l'Université de Bologna, Italie.

 

Synonymes:

 - Absbeferrite

 - Ferri-ghoseite

 - Ghoseite (dédié à Subrata Ghose professeur à l'Université de      Washington, Seattle)

 - Mangano-anthophyllite

 - Manganocummingtonite (par Mike Hawkins)

   

Remarque :

 - La Tirodite décrite par Dunn & Roy en 1938 a été discrédité

par  L'IMA et réétudiée par Oberti et Ghose (1993) et ce minéral,

par la suite, a été nommé Parvowinchite dans la nomenclature

des amphiboles rebaptisé par Bernard E. Leake et Al. en1997

et présenté comme "IMA 2003-066" plus tard, sans doute, pour

une enquête supplémentaire en 2003 par William Edmund

Burke ( 1880-1966) ingenieur chimiste et Giovanni Ferraris

(1937-), professeur de cristallographie au département des

sciences de la terre de l'Université de Turin, Italie. Il a contribué

à la description et à la structure cristalline d'une centaine de

minéraux.

 

Composition chimique:

Na(Na,Mn2+)2Mg4Fe3+Si8O22(OH,F)2

Strunz nr.: 8/F.09-85

Classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Inosilicates

groupe des: Amphiboles

Série: Richterite - Ferriferrobarroisite

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie:  aciculaire, agrégats,

dureté5 à 6

densité : 3,7

couleur:  jaune paille

éclat:  vitreux; transparent, translucide

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PAVONITE

 

                           

 

 - Trouvé en 1984 dans les veines hydrothermales de

Nagybörzsöny  (exploitation de topazes), Monts Börsöny, Pest,

Pest County,  Hongrie.

Dimensions: (micromount)

 

Étymologie:

 - du latin "pavo" = paon.

 - Elle fut dédié au  canadien et professeur de minéralogie, 

Martin Alfred Peacock (1898 -1950) (Voir photo ci contre).

 - La Pavonite à été découverte en 1952 dans la mine Bolivar,

Cerro Bonete, Sur-Lipez, Bolivie et décrite en 1953 par le

minéralogiste canadien  Edward Wilfried Les Nuffield

(1914-2006). (Voir photo ci contre). Professeur à l'Université de

Toronto, eut le prix de la médaille : " Queen's Silver Jubilee

Medal 1977 ".  

 

Composition chimique:  (Ag,Cu) (Bi,Pb)3 S5

Strunz nr.: 2/E.09-50

Classe II des : Sulfures

sous-classe des : Sulfosels

groupe des: Benjaminites

Série: Benjaminite - Pavonite

système cristallin: Monoclinique (prismatique)

morphologie: en grains, lamellaire, massive

dureté : 2,00

densité: 6,75

couleur: noir, acier noirâtre, plomb noirâtre, blanc d'étain

éclat: métallique; opaque

rareté par Stefan Weiss: +++ (rarissime)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PEARCEITE (Arsenopolybasite)

 

                                         

 

 - Trouvé en 1975 dans les roches ignées de la mine Chispas

(Pedrazzini Mine), Arizpe, Municipio de Arizpe, Sonora, Mexique.

Dimensions:  2,50 cm. x 2,00 cm.

 

Étymologie:

 - Dédié au chimiste américain Richard Pearce (1837-1927)

Trouvé pour la première fois dans la mine Mollie Gibson, Aspen,

Pitkin County, Colorado, USA.

 - La Pearceite fut étudiée en 1833 par le physicien et

minéralogiste Henri Rose et décrite en1896 par l'américain

Samuel Lewis Penfield (1856-1906), professeur de minéralogie

et chimie, (voir photo ci contre).

 

Synonymes:

 - Arsenopolybasite (disqredité par l'IMA)

 - Pirseite

 

Autres Pearceite et poltypes:

  - Pearceit (en allemand)

  - Pearceita (en espanol)

  - Pearceïte (en anglais)

  - Pearceite-M2a2b2c (poltypes)

  - Pearceite-T2ac (poltypes)

  - Pearceite-Tac (poltypes)

  - Pirseit (en russe)

 

Formule chimique:   [Ag9CuS4] [(Ag,Cu)6(As,Sb)2S7]

Strunz nr.:  2/E.05-20

classe II des Sulfures et Sulfosels

sous-classe des : Sulfosels

groupe des : Polybasites

série: Billingsleyite - Selenopolybasite

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie: massive: grenue, agrégats, tabulaire, compacte,

en rosettes, pseudoexagonale

dureté:  3,00

densité: 6,15

couleur: noire, noire grisâtre

éclat: métallique

rareté par Stefan Weiss: + (pas rare)

 

 

 

 

 
 

 

PEARCEITE-T2ac (arsenopolybasite discrédité par l'IMA)

 

                                     

 

 - Trouvé par moi-même et mon ami collectionneur de minéraux

Jacob Klein en 1967 sur les haldes du complexe barito-fluorite

de la mine Clara vallée de Rankach, Oberwolfach, Wolfach,

Forêt-Noire, Baden-Würtemberg, Allemagne.

Dimensions:  0,40 cm. x 0,20 cm.

 

Etymologie:

 - Découverte en 1963 dans la mine Morgenstern (êtoile du

matin), Freiberg, district de Freiberg, Erzgebirge, Saxe,

Allemagne.

 - La PEARCEITE-T2ac  fut décrite et étudiée en 1963 par

l'américain Dr. Frondel Clifford (1907- 2002) professeur de

minéralogie à l'Université d' Harward.  Un des premiers

minéralogistes recruté par la NASA à avoir étudié les premières

roches ramenées de la Lune par la mission "Apollo 11".

 

Remarques:

 - La Pearceite, suite aux variations de sa structure

cristalline a pu être défini en plusieurs polytypes différents

et en nouvelles définitions:

- La Pearceite

discrédité par l'IMA pour une nouvelle définition :

                                                                   Pearceite-Tac

 

- L'Antimonpearceite

discrédité par l'IMA pour une nouvelle définition  :

                                                                   Polybasite-Tac

 

- L'Arsenopolybasite-221

discrédité par l'IMA pour une nouvelle définition :

                                                                    Pearceite-T2ac

 

- L'Arsenopolybasite-222

discrédité par l'IMA pour une nouvelle définition  :                                                                     Pearceite-M2a2b2c

- La Polybasite-221

discrédité par IMA pour une nouvelle définition  :

                                                                    Polybasite-T2ac

 

- La Polybasite-222

discrédité par l'IMA pour une nouvelle définition en :

                                                                    Polybasite-M2a2b2c

 

Formule: (Ag, Cu)16 (Sb, As)2 S11

sulfure d'argent, de cuivre, d'arsenic et d'antimoine  

Strunz nr.:  2/E.05-40

classe II des : Sulfures et Sulfosels

groupe des Pearceites - Polibasites

série : Antimonopearceite - Cupropolybasite

dureté: 3,00 

densité: 6,15

système cristallin: monoclinique (prismatique)

morphologie:  massive, prismatique, grenue, tabulaire, agrégats

couleur: noir brillant

éclat: métallique à sub-métallique

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 

 

 

 

 
 

 

PECTOLITE  bleu  (variété Larimar )(voir Larimar page L)

localité type

 

                     

 

 - Trouvé en 1974 dans les roches volcaniques et 

porphyrobasaltiques de Los Chupaderos à Los Checheses, à

environ 10 km Ouest de Barahona, au Sud-Ouest de Santo

Dominco, République Dominicaine.

Dimension: 8,50 cm. x 6,0 cm.

 

Étymologie:

 - du grec [ pektos ] = compact et  [ lithos ] = pierre.

Découverte en 1826 sur le Mt. Monzoni et Mt. Baldo, Alpes du

Trentino-Alto-Adige, Italie.

 - Décrite en 1828 par l'allemand Franz von Kobell (1803-1882).

Grand minéralogiste et chimiste, professeur à l'Université de

Munich, Allemagne et membre de la "Bavaria Académie des

Sciences Naturelles"; (voir photo ci contre).

 

Formule chimique : NaCa2Si3O8(OH)

Strunz nr.: 8/F.18-60

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Inosilicates

groupe des : Pyroxenoides

série: Wollastonite - Jimthomsonite  

dureté: 5,00  

densité: 2,86  

Système cristallin: Triclinique (anorthique)

morphologie: agrégats, masses, pseudo-quadratiques,

fibreux

couleur: incolore à blanc

éclat: vitreux, transparent

rareté par Stefan Weiss: (commune)

 

 

 

 

 

 

PENKVILKSITE-1M

localité type

 

                     

 

 - Trouvé en 2002 dans les veines à pegmatite et dans les

marbres à xenolithes de Yubileynaya, dans le gabbro-syenite

du complexe alcalin du massif  Lovozero, Péninsule de Kola,

Russie.

Dimension : 5 cm. x 4.50 cm.

 

Étymologie:

 -  le nom dérive du lappon "penk" = boucle et "vilkis" = blanc,

en allusion à son apparence et à sa couleur blanche.

 - La Penkvilksite-1M a été découverte en 1974 dans les veines

à pegmatite et dans les marbres à xenolithes de Yubileynaya des

gabbro-syenite du complexe alcalin du massif  Lovozero,

péninsule de Kola, Russie.

 - Elle a été décrite dans la même année par les minéralogistes

russes :

 - Irina V. Bussen

 - Y. P. Men'Shikov  

 - A. M. Mer'Kov

 - A.P. Nedorezova

 - E. I. Uspenskaya

 - A.P. Khomyakov  

 Ensuite décrite en 1997 Penkvilksite -1M par les minéralogistes:  

 - Stefano Merlino, (département  des Sciences de la Terre,

    Université de Pisa, 53,Via S. Maria , -56126 Pisa, Italie  

 - Marco Pasero, (département  des Sciences de la Terre,

    Université de Pisa, 53, Via S. Maria , -56126 Pisa, Italie  

 - Gilberto Artioli, (département des Sciences de la Terre,

    Université de Milano, 23, Via Botticelli, 20133 Milano, Italie

 - Alexander P. Khomyakov, Institut de Minéralogie,

    Géochimie et Cristallographie Chimique des Elements Rare,

    Académie des Sciences,  15, rue Veresaev - 121357 - Moscou,

    Russie.

 

Remarque :

La Penkvilksite-1M est un polymorphe de la Penkvilksite-2O

 

Formule chimique : Na4(Ti++++,Zr)Si8O22.4H2O

sodium hydrosilicate de titane 

Strunz nr.:  8 / F.34-30

classe VIII des : Silicates, inosilicates, sorosilicates

sous-classe des : Inosilicates, hydrosilicate

groupe des : Narsarsukite  

série: Narsarsukite -  Frankamenite

dureté:  5,00

densité:  2,63 à 2,64

Système cristallin:  Monoclinique, (prismatique)

morphologie: compact, cristaux en grappe blanc, en forme de

colonnes ou de tubes, masses fibreuses

couleur: incolore à blanc, gris pâle, brun, rarement vert

éclat: vitreux, soyeux, perlé; transparent, translucent

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 

 

PENKVILKSITE-2O avec Eudialite et Aegirine

localité type

 

                     

 

 - Trouvé en 2002 dans les veines à pegmatite et dans les

marbres à xenolithes de Yubileynaya avec les gabbro-syenite

du complexe alcalin du massif  Lovozero, Péninsule de Kola,

Russie.

Dimension : 4.5 cm. x 4.00 cm.

 

Étymologie :

 -  le nom dérive du lappon "penk" = boucle et "vilkis" = blanc,

en allusion à son apparence et à sa couleur blanche.

 - La Penkvilksite a été découverte en 1974 dans les veines à

pegmatite et dans les marbres à xenolithes de Yubileynaya avec

les gabbro-syenite du complexe alcalin du massif  Lovozero,

péninsule de Kola, Russie.

 - Elle a été décrite dans la même année par les minéralogistes

russes :

 - Irina V. Bussen

 - Y. P. Men'Shikov  

 - A. M. Mer'Kov

 - A.P. Nedorezova

 - E. I. Uspenskaya

 - A.P. Khomyakov  

   

Remarque :

La Penkvilksite-2O est un polymorphe de la Penkvilksite-1M

 

Formule chimique : Na4 (Ti, Zr) Si8 O22 5H2O

sodium hydrosilicate de titane et zircon 

Strunz nr.:  8 / F.34-30

classe VIII des : Silicates, inosilicates, sorosilicates

sous-classe des : Inosilicates, hydrosilicates

groupe des : Narsarsukite  

série: Narsarsukite -  Frankamenite

dureté:  5,00

densité:  2,63 à 2,64

Système cristallin:  Monoclinique, (prismatique)

morphologie: compact, cristaux microscopiques, en  masses

fibreuses, en agrégats, radiée

couleur: incolore à blanc, gris pâle, brun, rarement vert

éclat: vitreux, soyeux, nacré, mat ; transparent, translucent

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 

 

 

PENTAGONITE avec Apophyllite

 

                        

 

 - Trouvé en 1998  dans le complex de minéralisation secondaire

des basaltes à andesites de la carrière Chavan, Wagholi,

Lonavale, Pune (Poonah) district, Région de Maharashtra, Inde.

Dimension: le specimen 6,00 cm. x 5,00 cm.

 

Étymologie:    

 - du grec [Penta] = 5, par son habitude de se former en agrégats

de cinq cristaux, on la confond facilement avec la Cavansite de

même couleur et de même formule chimique.

 - La Pentagonite à été décrite et découverte en 1973 par Lloyd

W. Staples; Howard T. Evans; et James R. Lindsay, trouvé

dans les fractures de remplissage en tufe et basalte, à Owyhee

barrage, lac Owyhee state Park, Malheur County, Oregon, USA.  

 

Formule chimique: Ca(VO)Si4 O10 - 4H2O

Strunz nr.:  8/H. 36-20

Classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Inosilicates - Phyllosilicates

série: Cavansite à Pentagonite

groupe des Phyllosilicates avec [Si6O15]

système cristallin: Orthorhombique (pyramidal)

morphologie: en rosette, prismatique, en spherules, rarement

en macles

dureté: 3,00 à 4,00  

densité:  2,33

couleur: bleu-gris, bleu, bleu verdâtre, bleu clair

éclat: vitreux, transparent

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 
 

 

PERICLINE (ALBITE) avec DUFTITE

 

                                (voir page A = Albite)

 

                       

 

 - Trouvé en 1990 par mon ami allemand Wolfgang Henkel dans

les roches magmatiques et les pegmatites de la mine Tsumeb

(Tsumcorp mine), région d'Otjikoto, Tsumeb, Namibie.

Dimensions: 8,00 cm. x 5,40 cm.

 

Étymologie:

 -  du grec "peri"  = contour et "cline"  = inclination, en rapport

avec la forme des cristaux.

 - La Pericline est une forme d'albite en cristaux prismatiques

allongés, on la trouve généralement dans les feldspaths alcalins.

 - Décrite en 1985 par les minéralogistes :

 - Hurlbut S. Cornelius et Klein Cornelis.

 

Composition chimique: Na[AlSi3O8]

aluminosilicate de sodium

Strunz nr.: 8/J. 7-20

Classe VIII des : Silicates

sous-classe: Tectosilicates

groupe des: Feldspathes

sous-groupe des: Plagioglases

série: Anorthoclase - Filatovite

dureté:  6,00 à 6,50

densité:  2,60 à 2,65

système cristallin: Triclinique, (pinacoidal)

morphologie: macles, en tablettes, cristaux rectangulaires ou carré légèrement inclinés et pinacoidales

couleur: incolore, blanc de lait, bleu, gris, rose

éclat: vitreux, transparent, semi-transparent, translucide

rareté par Stefan Weiss: très commune

 

 

 

 
 

 

PERIDOT (variété vert du groupe OLIVINE)

 

                              

 

 - Trouvé en 1995 par mon ami italien Umberto Righi dans les

roches volcaniques automorphes à péridotites des carrières  de

Mansehra, vallée de Naran-Kagan, district de Kohistan, Khyber

Pakhtunkhwa, Pakistan.

Dimensions:  3,5 cm. x 2,00 cm.

 

Étymologie:

 - du vocable arabe "feridat" qui signifie "pierre précieuse",

ou du latin "paederos" que par changement de sillabe, ou par

évolution sémantique est devenu pèridot.

 - D’après Pline l'Ancien dans "Histoire naturelle - Livre XXXVII",

le Paéderos, « se trouve… à la tête des pierres blanches… et il

est devenu, par privilège, synonyme de beauté…et mérite

spécialement un si beau nom ; car il réunit la transparence du

cristal, le vert particulier de l'air… Nulle pierre n'a une plus belle

eau ; nulle ne captive plus agréablement et plus doucement les

yeux ».

 - Ce furent les Croisés qui apportèrent le pèridot en Europe

Centrale. Très employé au Moyen-Age pour rehausser des

ornements d'église et des objets du cult, il fut plus tard la pierre

la plus appréciée de l'époque baroque.

 

Synonymes:

  - Chrysolite des volcans (du grec = pierre d'or)

  - Eméraude bastarde

  - Evening Eméraude

  - Nuit Eméraude

  - Paedéros (vovable ancien en latin du peridot)

  - Peridoto (en italien)

 

Remarques:

  - L'Olivine est un groupe minéral qui comprend:

  - La Forsterite : Mg2SiO4

  - La Fayalite : Fe2SiO4

  - La Téphroite : Mn2SiO4

  - La Calcio-olivine : Ca2SiO4

 

- Lorsque le magma refroidit à environ 1000°C, l'olivine est

  le premier minéral qui cristallise.

 

Formule chimique: Fe, Mg2, SiO4

Strunz Nr.: 8/A.04-10

classe VIII des : Silicates

groupe des : Nésosilicates

série:  Fayalite - Forsterite

système cristallin: Orthorhombique, (dipyramidale) 

morphologie: alluvionnaire, octaédrique, tétraédrique

dureté: 6,50 à 7,00

densité:  3,20 à 3,60

couleur: vert olive, vert jaunâtre, vert pois clair,

éclat: vitreux

rareté par Stefan Weiss: 0 (rare pour un beau peridot)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PEROWSKITE avec Niocalite

 

                                         

 

 - Trouvé en 1976 dans les roches carbonatites à La Trappe

Quarry, Oka, Quebec, Canada.

Dimensions: 6,00 cm. x 4,00 cm.

 

Etymologie:

 - dédié au russe Lew Alexejewitsch Von Perowski (1792-

1856), sénateur  et collectionneur de minéraux et decrite en 1839

par  le minéralogiste allemand Gustav Rose (1798-1873).

 - La Perowskite est aussi mentionnée sous le nom de

Calciumtitanate, auquel dans ce cas le nom est trompeur

puisqu'il ne s'agit dans aucun cas de Sel d'Oxyde de Titane.

 

Formule chimique:  CaTiO3

Strunz nr.:  4/C. 10-20

classe IV des : Oxydes

groupe des : Perovskites

série: Uhligite - Macedonite

système cristallin: Orthorhombique (pseudo-cubique)

morphologie: cubique, dendritique

dureté:  5,50

densité:  4,01

couleur: brun jaune, brun, noir

éclat: métallique

rareté par Stefan Weiss: 0 (largement répandu)

 

 

 

 

 
 

 

PETALITE (d'Italie)

 

                                    

 

 - Trouvé en 1968 par moi même dans les pegmatites granitiques

riches en lithium de la carrière de Grotta d'Oggi, San Pietro in

Campo, Campo nell'Elba, île d'Elbe, province de Livorno,

Toscana, Italie.

Dimensions: 2 cm. x 1,5 cm.

 

PETALITE (de Namibie)

 - Offerte par mon ami allemand collectionneur de minéraux,

Wolfgang Henkel, trouvé par lui même en 1982 dans les

pegmatites Helikon II, Ferme 72 à l'Est d' Okangava, district de

Caribib, Namibie.

Dimensions: 3 cm. x 2 cm.

 

Étymologie:

 - la pétalite prend le nom du grec "petalon" = pétale, en allusion

de la perfection de son clivage basal.

 - Découverte vers 1800 dans les mines Uto, île de Uto,

Södermanland, Suède.

 - Elle fut décrite en 1800 par le naturaliste et minéralogiste

brésilien José Bonifacio d'ANDRADA E Silva (1763 - 1838).

- D'Andrada fut diplômé de l'université de Coimbre et suite à la

révolution industrielle du XVIII eme siècle, il se spécialisa en

minéralogie minière. Membre de l'Académie des Sciences de 

Lisbonne il voyagea dans plusieurs pays d'Europe: Italie, France,

Belgique, Allemagne, Hollande, Hongrie, ou il suivit des cours de

minéralogie et de sciences naturelles. De retour au Portugal, 

occupa  la chaire de métallurgie à l'Université de Coimbre.

D'Andrada fut  nommé "Le Plutarque Brésilien", grand homme

de l'ex Empire Brésilien, et premier ministre du Brésil indépendant.

 (Voir photo ci-contre)

 

Synonymes:

  - Arfvedsonite (de Beudant)

  - Berzeliite (de Clarke)

  - Berzelite (de Clark)

  - Castorite

  - Lithite

  - Petalita (en espagnol et portugais)

 

Remarques:

 - La pétalite est thermoluminescente

 

Formule chimique: LiAlSi4O10

silicate de lithium et d'aluminium

Strunz nr.: 8/J.03-10

classe VIII des: Silicates

sous-classe des: Tectosilicates, Phyllosilicates

groupe des: Tectosilicates (additionné avec des anions

tedraétriques exterieurs)

série: Lisetite - Ammonioleucite

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie: tabulaire ou allongée, lamellaire, massive, foliée,

en agrégat, ou prismatiques, cristaux formant  des grandes

masses uniformément indiscernables  

dureté: 6,5

densité: 2,4

couleurIncolore, blanc, gris, rose, légèrement violette,

gris jaunâtre

éclat: vitreux, nacré; transparente, translucide

rareté par Stefan Weiss:  (relativement rare)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PETERSITE-Y

 

                                      minéral radioacif   

                               

 

 - Trouvé en 1985 dans les pegmatites de Haiyama, Ishibe, 

Prefecture de Shiga, Region Kinki, île Honshu, Japon.

Dimensions:  2,00 cm. x 1,70 cm.

 

Étymologie:

 - Dédié aux américains Thomas A. Peters (1947-) et Joseph

Peters (1951-) conservateurs de minéraux au Musée Paterson

(New Jersey) et de l'American Museum of Natural History, New

York. USA. (Mes plus cordiales salutations en souvenir de notre

rencontre chez Cureton, Executive Inn pendant le "Mineral

Show" et au Convention Center de Tucson, Arizona).

 - La Petersite-Y à été découverte en 1982 à Laurel Hill (Snake

Hill; Penetentiary Quarry), Secaucus Hudson County, New Jersey,

USA.

 - Décrite en 1982 par D.R. Peacor et Pete J. Dunn (1942-),

minéralogistes américains.

 

Formule chimique:  (Y,Ce,Nd,Ca) Cu6 (PO4)3 (OH)6 3H2 O

Strunz nr.:  7/D.53-10

classe VII des : Phosphates

sous-classe des : Hydrosus phosphates

groupe des : Mixites

série: Calciopetersite - Mrazekite

système cristallin: Hexagonal (dipyramidal)

morphologie: radié, cristaux prismatiques, hexagonaux

dureté: 3,00 à 4,00

densité:  3,40

couleur: jaune, jaune grisâtre, jaune verdâtre

éclat: vitreux

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

  

Radioactivité : GRAPI = 6,219.10 (Gamma Ray Américain

unités Petroleum Institute),

 - la Concentration de la Petersite (Y) est par unité de GRAPI =

160,79 (PPM)

 

 

 

 

 

 
 

 

PETRUKITE

 

                          

 

 - Trouvé en 1990 dans les quartzite à microclines de la Mine

Mount Pleasant, Fredericton, Charlotte County, New

Brunswick, Canada.

Dimensions: 1,20 cm. x 0,80 cm.

(Voir photo du secteur minier si contre).

 

Étymologie:

 - Dédie au minéralogiste et géologue canadien William Petruk

(1930-).

 - Découverte en 1987 à Herb Claim, Riviere Tumagain area,

Liard, Mining Division, Columbie Britannique.

 - Décrite en 1989 par les minéralogistes :

 - S.A. Kissin et

 - D.R. Owens  

 

Formule chimique:  (Cu,Fe,Zn,Ag)3(Sn,In)S4

Strunz nr.:  2/C.06-140

classe II des : Sulfurs et Sulfosels

sous-classe des : Sulfoarseniates, Sulfoantimoniates

groupe des : Stannite

série: Luzonite - Toyohaite

système cristallin: Orthorhombique

morphologie: souvent en grains, arrondie

dureté: 4,50

densité:  4,60

couleur: brun, brun verdâtre, gris, gris jaunâtre

éclat: métallique

rareté par Stefan Weiss: +++ (rarissime)

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PHAUNOUXITE avec Plumbogummite

 

                             

 

 - Trouvé par moi-même et mon ami collectionneur de minéraux

Jacob Klein en 1967 sur les haldes du complexe barito-fluorite

de la mine Clara vallée de Rankach, Oberwolfach, Wolfach,

Forêt-Noire, Baden-Würtemberg, Allemagne.

Dimensions: 2,50 cm. x 1,80 cm.

  

Étymologie:

 - Prend le nom du lieu de sa découverte (vallon Phaunoux).

 - Découverte en 1982 dans les mines Gifftgrübe et Gabe Gottes,

Rauenthal, Vallon Phaunoux, Ste-Marie-aux Mines (Markirch),

Haut-Rhin, Alsace, France.

 - La Phaunouxite à été décrite en 1982 par le collectionneur de

minéraux  : Huber Bari et par les minéralogistes :

 - M. Gatti,

 - G. Ferraris,

 - G. Ivaldis et

 - F. Permingeat.

 

Formule chimique: Ca3(AsO4)•11(H2O)

Strunz nr.: 7/C.24-80

classe VII des : Arseniates,  Phosphates, Vanadates

sous-classe des: Arseniates avec phosphates, sans autres

anions

groupe des : Phaunouxite

série: Phaunouxite - Rauenthalite

système cristallin: Triclinique - (pinacoidal)

morphologie:  aciculaire, zventail, agregats

dureté:  n.d.

densité: 2,28

couleur: incolore, blanc

éclat:  vitreux; transparent

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PHENAKITE (PHENACITE) avec inclusions de PAPAGOITE

 

                                        

 

 - Trouvé  en 1992 par mon ami Luiz Menezes, dans les

pegmatites à haute température de Sào Miguel Rio de

Piracicaba, Minas Gerais, Brésil.

Dimensions: 3,30 cm. x 2,50 cm.  

  

Étymologie:

 - le mot dérive du grec "phenakos " = trompeur, du à sa

ressemblance avec le quartz transparent.

 - Les premiers échantillons furent trouvé vers 1830 dans la mine

"Émeraude",  Riviére Tokovaya, Ekaterinbourg, Malishevo,

Monts Oural, Russie.

 - Décrite pour la premiere fois en 1833, par le minéralogiste

finlandais, Nil Gustav Nordenskioeld (1792-1866). Fut un

grand explorateur polaire et un grand minéralogiste.

 

Formule chimique: Be2SiO4

orthosilicate de béryllium

Strunz nr.: 8/A.01-10

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Nesosilicates

groupe des :  Willemites

série: Phenakite - Larsenite

système cristallin:  Triclinique, (rhomboédrique)

morphologie: fibres, compacte, aplatie, cristaux prismatiques,

rhomboédriques

dureté:   7,5 à 8,00

densité: 2,98

couleur:  incolore, rose, rose pâle, rose rougeâtre, jaune,

jaune pâle, blanc

éclat:  vitreux

rareté par Stefan Weiss:  0  (largement répandu)

La Phenakite avec inclusions de Papagoite est très rare

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PHILLIPSITE-K (ABRAZITE)

 

                               

 

 - Trouvé en 1999 dans les roches volcanique avec veine de zeolite

du mont Kukisvumchorr, Massif Kibiny, Presqu'île de Kola,

Murmanskaja Oblast, Region du Nord, Russie.

Dimensions: 3,50 cm. x 2,00 cm.

 .

Étymologie:

 - Initialement la premiere Phillipsite fut décrite en 1825 par le

minéralogiste et cristallographe français Armand Levy

(1794-1841). Elle fut  découverte à Aci Castello, Sicile, Italie.

 - Il la dédia au minéralogiste et géologue britannique Sir William

Phillips (1775-1828), fondateur en 1816 de la "Géological

Society of London". (Voir photo si contre).

Précurseur de la description de toute la série des Phillipsite.

Il publia en 1816 son premier livre "Outlines of Mineralogy and

Geology".

La premiere Phillipsite-K fut découverte à Capo di Bove,

Île Albano, Rome, province de Lazio, Italie.

 

Synonymes:

 - Abrazite, Abrazita (en italien),

 - Cross stone (en anglais),

 - Fillipsite-K (en italien),

 - Gismondine

 - Pierre de Cross

 

Remarques:

 - La Phillipsite-K est un polymorphe de Phillipsite-Na et de

   la Phillipsite-Ca.

 - Décrite en 1999 par les russes T.M. Guliev, D.I. Mirzai et

   A.A. IsiriKyan.

 

Formule chimique: (K,Na,Ca)4-7(Al,Si)8O16.6H2O  

Strunz nr.:  8/J.25-55

classe VIII des : Silicates

sous-classe : Tectosilicates

groupe des : Zeolites lamellaires

série: Amicite - Yugawaralite

système cristallin: Monoclinique (prismatique)

morphologie: sphaerolitique, macles, radiée, isométrique;

XX pseudo-hexagonaux, prismatiques, pseudo-tétragonaux

dureté: 4,50 à 5,00

densité: 2,20

couleur: blanche, transparente, incolore, jaunâtre, opaque

éclat:vitreux

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 

 

   
 

 

PHLOGOPITE (BIOTITE) sur Quartz   (voir Biotite page B)

 

                        

 

 - Trouvé en 1975 dans les roches ultrabasique à pegmatites de

la mine d'Ambatovita au sud de Mandrosonoro, Madagascar.

Dimensions: 28,00 cm. x 17,00 cm.

 

Etymologie:

 - du grec [plogopos] = qui a l'aspect du feu.

C'est un mineral rare du groupe de Mica et très peu connu.

La Phlogopite fut décrite en 1841 par le minéralogiste allemand

Johann Friedrich August Breithaupt (1791-1873), professeur

à l'Académie des Mines de Freiberg, Allemagne. Il apporta une

très grande contribution à la cristallographie, à la chimie et à la

physique des minéraux.

 

Synonyme:

-Biotite,

-Bronze Mica,

-Hydroxyl-Phlogopite,

-Mica de magnesium,  

-Meroxene,

-Mica rhombohedrique,

-Flogopite (italien).

 

Variétés:

 - Barium-Phlogopite,

 - Bariumbiotite,

 - Chromo-Biotite,                           

 - Ferro-Phlogopite,  

 - Fluoro--Phlogopite,

 - Phlogopite brune.

 

Formule, chimique:  K,Mg3 Al Si3 O10 F(OH)2

Strunz nr.:  8/H.11-80

classe VIII des : Silicates

groupe des : Micas

sous-classe des : Phyllosilicates

série: Lithionite - Biotite

dureté:  2,50 à 3,00

densité:  2,70 à 3,30

système cristallin: Monoclinique (prismatique)

morphologie: cristaux prismatiques suivant le pinacoide,

feuilles élastiques, granulaires, pseudoexagonales,

couleur: brun, brun pâle, brun-rouge, brun-jaune, vert ou

incolore

éclat: nacré; submétallique sur les clivages; transparent à

translucide

rareté par Stefan Weiss: (commune)

 

 

 

   
 

 

PHOSGENITE (CROMFORDITE)

  

                                      

 

 - Trouvé en 1967 dans le complexe de la zone d'oxydation des

dépôts de minerais de plomb des mines de Tuissit, District de

Tuissit, Province de d'Oujda-Angad, Oriental Région, Maroc

Dimensions: 3,00 cm. x 2,00 cm. .

 

Étymologie:

 - Du grec "Phos" qui signifie lumière et "Gennan" qui signifie

engendrer, par analogie au phosgène qui se trouve dans sa

formule chimique.

Les premieres Phosgenites furent trouvés dans la mine de

Cromford-Level, dans le Derbyshire, près de Matlock, Angleterre.

La Phosgenite fut décrite en 1800 en tant que "Hornblei" par

Dietrich Ludwig Gustav Karsten, mais le terme Phosgenite

fut attribué par Wilhelm Ritter Haidinger (1795-1871).

 

Synonymes et variétés:

  - Corneous Lead (en 1804 par Robert Jameson)

  - Cromfordite (en 1858 par Robert Philips Greg et William

     Garrow Lettsom)

  - Galénocératite (en 1847 par Ernst Friedrich Glocker)

  - Hornblei (en 1800 par Karsten)

  - Horn Lead (synonyme en anglais)

  - Kérasine (en 1832 par François Sulpice Beudant)

  - Matlockite (par Chapman). Ne pas la confondre avec une

     halogénure, espèce minérale,  qui porte le même nom

  - Mendipite (Ne pas la confondre avec une halogénure, espèce

     minérale,  qui porte le même nom)

  - Murio-carbonate de plomb (par Thomson)

  - Plomb carbonaté muriatifère (par René Just Haüy)

  - Plomb chloro-carbonaté (en 1856 par Armand Dufrénoy)

  - Plomb corné (en 1804 par Robert Jameson)

 

Formule chimique: Pb2(CO3)Cl2

Strunz nr.: 5/C.09-10

classe V des: Nitrates, Carbonates, Borates

sous-classe des: Carbonates

groupe des: Carbonates Anhydroux

série:  Phosgenite - Beyerite

dureté:  2,5 à 3,00

densité: 6,00 à 6,15

système cristallin:  Quadratique (Ditetragonal Dipyramidal)

morphologie:  massive, grenue, prismatique

couleur: incolore, grise, blanche, jaune brunâtre, rose

blanc grisâtre, blanc rosâtre

éclat: adamantine; transparente

rareté par Stefan Weiss: + (pas rare)

 

 

 

 

   
 

 

PHOSPHOHEDYPHANE

 

                                       

 

 - Trouvé en 2007, par mon ami minéralogiste russe, Mikhail

Nickolai Murashko, dans la zone secondaire le gisement de cuivre,

plomb et argent de Ken-Choku à 70 km.S.O. de Karkaralinsk,

Kazakhstan.

Dimensions: 1,50 cm. x 0,50 cm.

 

Étymologie:   

 - Le nom dérive de l'association de deux composants principales

dans la formule chimique du minéral, le phosphate et l'hedyphane.

 - Décrit en 2006 par les minéralogistes: conservateur émérite

Antony R. Kampf, le minéralogistes professeurs Ian M. Steele

et Robert Allen Jenkins.

 - Le Phosphohedyphane à été découvert en 2005 dans la mine

Capitana, Copiapo, Chile, et les premiers échantillons sont

conservé au Musée d'Histoire Naturelle de Los Angles, USA.

 

Formule chimique: Ca2Pb3(PO4)3Cl 

Strunz nr.:  7/B.39-135

classe VII des : Phosphates, Arseniates et Vanadates

sous-classe des : Phosphates avec des anions additionnes 

de H2O

groupe des : Hedyphanes, (Apatites supergroupe)

série:  Fluoroapatite - Theoparacelsite

dureté: 4 

densité:  5,92

système cristallin: Hexagonal (prismatique)

morphologie: en grappes irréguliers, en croûtes

pseudo-mamelonnées cristaux hexagonaux prismatiques

couleur: incolore

éclat:  vitreux, graisseux; transparent, translucide

rareté par Stefan Weiss: + (rare)

 

 

 

 

   
 

 

PHOSPHORITE opalisée (variété de d'APATITE)

(Rognons de Cabeque)  

(Argile-Phosphorite opalisée du Lot)

Collection ancienne

 

                     

 

 - Trouvé dans les années 1870 à 1914 dans les Phosphatieres 

du cloup d'Aural, dans le Causse de Limogne, Quercy,

département du Lot, aux confins des départements Tarn et

Haute-Garonne, France.

Dimensions: 7 cm; x 5 cm.

 

Étymologie:

 - La phosphorite est une roche phosphatée sédimentaire et détritique "Phosphate de calcium Ca3(PO4)2, qu'on trouve dans

les cavités karstiques détritique.

 - Elle fut décrite en 1794 par le minéralogiste et géologue irlandais

Richard Kirwan (1733-1815) qui a donné le nom à la roche et

décrit plusieurs espèces minérales.(Voir photo ci-contre)

En 1787 fut président de l'Académie Royale d'Irlande, à Dublin.

Il fut l'auteur de plusieurs publications scientifiques sur la

météorologie, chimie théorique et appliqué, géologie, minéralogie,

philologie et magnétisme. Un de ses mémoires sur l'état primitif

du globe et son évolution l'entraîne dans une dispute avec les

tenants des théories de James Hutton. Son travail en géologie est

miné par sa croyance implicite d'un déluge universel.

Parmi ses livres, je cite "Elements of Mineralogie" parut en 1784,

qui fut le premier travail systématique en anglais et qui est resté

longtemps un standard sur ce sujet.

 

Remarques:

- La phosphorite est à la fois un minéral "3Ca3(PO4)2" ou

"Ca(OH,F,Cl)2" et aussi une roche phosphatée.

- On la trouve, soit dans les Causses de Quercy, Cos Caylus, ou

dans les gisements de Larnagol et Concote, Lot, Midi Pyrénées.

- Les phosphorites des Causses en France, qui datent de l'Eocène

supérieure ou Oligocène, sont associées à des dépôts

sidérolitiques phosphatés et souvent opalisées.

- La phosphorite est une apatite à structure radiée, souvent très

fossilifère et utilisée comme engrais.

-Elle se produit par la dissolution de la gangue calcaire en laissant

la phosphorite au milieu d'un limon comme le rognon de Cabeque.

 

Synonyme:

  - Argile-Phosphorite (phosphorite du Lot, France)

  - Fosforite (en italien, portugais)

  - Phosphate de calcium

  - Phosphorites nodulaires

  - Phosphates bioclastiques ou lits d'os

  - Phosphore de Baudoin (azotate de chaux calciné)

  - Phosphore de Bologne (galette de poudre de sulfate de

     baryte)

  - Phosphore de Homberg (chlorure de calcium fondu au feu)

  - Phosphore de Kungel (S'est dit longtemps du phosphore

     parce qu'un chimiste nommé Kungel parvint à extraire cette

     substance de l'urine en 1674.

  - Phosphorites épeiric de la mer (qu'on trouve dans des  

     environnements épicontinentaux dans des eaux marines

     peu profondes)

  - Phosphorite hardgrounds (phosphorite marine de marge

    continentales qui se produit en phosphore granulaire ou en

    nodules)

  - Rognons de Cabeque  (variété de phosphorite opalisée en

    amas condensés ou en masses turberculeuses trouvées à

    Cabeque près de Caylus, dans les Karsts Jurassiques des

    Causses de Quercy, Midi Pyrénées, France.

 

Formule chimique: Ca(OH,F,Cl)2

phosphate de calcium

Strunz nr.: 7/B.39-10 (pour fluorapatite)

classe des: Phosphates

sous-classe des: Phosphates anhydriques

groupe des : Apatites > apatite supergroupe

série: Fluorapatite - Theoparacelsite

dureté:  4,5 à 5

densité: 3,1

système cristallin: Hexagonal

morphologie:  en masses cryptocristallines, mamelonnées, en

couches concentriques, encroûtements ou en masses

turberculeuses

couleur pour Phosphorite : blanc, rouge, gris, ambré, brun,

marron brunâtre marron clair. vert

éclat: vitreux, mat

rareté par Stefan Weiss: commune

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   
 

 

PHOSPHORROESSLERITE avec Roesslerite

 

                     

 

 - Trouvé en 1967 dans la vallée de Jachymov (St. Joachymsthal),

dans les gisements de phosphates de la mine Czechoslovakia,

Bohemia, Tchequie.

Dimensions: 4,00 cm. x 4,00 cm. .

 

Etymologie:

 - elle reçoit le nom par l'ensemble de deux composants dans sa

formule Phosphore et Roesslerite.

 - La Phosphoroesslerite fut découvert  la premiere fois en 1939

par les géologues autrichien, Othmar Michael Friedrich

(1902-1991) et Johann Robitsch, dans les gisements des

mines d'or de la mine Stublbau à Schellgaden, Murwinkel,

Lungau, province de Salzburg, Autriche.

 

Synonyme:

 - Phosphorrosslerite,

 - Phosphor-roesslerite,

 - Phosphorrößlerite (allemand).

 

Formule chimique:  MgHPO4·7H2O

Strunz nr.:  7/C.15-20

classe VII des : Phosphates

sous-classe des : Arseniates et Vanadates

groupe des : Vivianites

série: Brassite - Roesslerite

dureté:  2,50

densité: 1,71 à 1,73 

système cristallin:  Monoclinique (isometrique, prismatique)

morphologie: prismatique, croûtes

couleur: incolore, jaune, jaune pâle

éclat: vitreux; mat, Transparent, translucide

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 
 

 

PHURALUMITE    

localité type

 

                                     (minéral radioactif)  

                                     

 

 - Trouvé en 1980 dans les pegmatites a minéraux secondaires

des oxydes uraniferes de Kobokobo, région de Lusungu River,

au sud du district de Kivu, Zaire.

Dimensions: 1,50 cm. x 1,50 cm.

 

Étymologie:

 - le nom dérive de sa composition chimique : de Phosphate

d'Uranium et d'Aluminium.

 - La Phuralumite fut découverte en 1977 dans les pegmatites de

Kobokobo, Lusungu River District, Kivu, Congo (Zaïre).

Elle à été décrite en 1978 par Michel Deliens et Paul Piret,

géologues et cristallographes, de l' Institut Royal des Sciences

Naturelles de Bruxelles, Belgique, et spécialistes des minéraux

secondaires d'uranium du Zaire. Michel Deliens et Paul Piret ont

décrit des nombreux nouveaux minéraux du Congo et ont

largement contribué au développement de la minéralogie locale.

 

Formule chimique:   Al2 (UO2)3 (PO4)2(HO)6 10H2 O

alumino phosphate uranifere

Strunz nr.:  7/E. 07-10  

classe VII des : Phosphates

groupe des : Urano-Phosphates

série: Phuralumite - Komarovite

dureté:  3,00

densité:  3,50

système cristallin: Monoclinique - (prismatiques)

morphologie: cristaux  en forme de prisme allongés et minces

couleur: jaune limon

éclat: vitreux, soyeux

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

radioactivité :                                        

GRapi = 4,077,389.44 (Gamma Ray American Petroleum

Institute Units). La Concentration de la Phuralumite est par

unité de GRAPI = 245,25 (PPB)

 

 

 

 

 
 

 

PIANLINITE ou KAOLINITE ou CAOLINITE

cristaux en macles de Karlsbaden pseudomorphose d'après

l'Orthoclase

 

                                  

 

 - Trouvé en 1968 dans la zone secondaire des roches

magmatiques des dépôts alluvionnaires des minéraux

alumino-silicates au Nord de Gonganrood, China-Clay Pit,

St.Austel, Cornouaille, Angleterre;

Dimension : 5,00 cm. x 4,00 cm. . (photo 1)

 

PIANLINITE  (photo ci-contre).

Prend le nom du lieu de sa découverte.

Trouvé en 1995 dans le complex de roches magmatiques de

Pianling, Xiuyan County, Prefecture d'Anshan, Province Liaoning

(Manchuria), Chine.

Dimensions: 1,00 cm. x 0,80 cm.

 

Étymologie:     

 - prend le nom d'après la localité de sa premiere découverte:

dans les roches magmatiques à produit d'altération hydrothermale

de basse temperature des Collines de Kao-Ling, Kiangsi

Province, Chine.

 - La Kaolinite a été découverte et décrite en 1867 par les

minéralogistes S.W. Johnson et M. Blake.

 

Remarque:

 - l'appellation Pianlinite à été discrédite en 1987 par l'IMA.

 

Synonyme: Kaolinite ou Caolinite.

 

Formule chimique : Al2 Si2 O5 (OH)4

Strunz nr.:  8/H. 25-10

classe VIII des : Silicates

sou-classe des : Phillosilicates

groupe des : Kaolinite - Serpentine

série: Kaolinite - Halloysite

dureté: 1,5 à 2,00  

densité:  2,60

Système cristallin: Orthorhombique (anorthique triclinique)

morphologie: souvent en lamelles hexagonales

microscopiques, masses, macles, agrégats cryptocristallins.

couleur: blanc, blanc brunâtre, blanc grisâtre, blanc, jaune,

blanche  jaunâtre, vert grisâtre

éclat: vitreux, nacré; transparent, mat, opaques

rareté par Stefan Weiss: 0 (commune)

 

 

 

 

 
 

 

PICOTITE (Ferropicotite variété de SPINELLE)

(monocristal macle)

 

                       

 

 -Trouvé en 1982 dans les roches mafiques et ultramafiques de

Ohngaing, Mogok, département de Sagaing, Mandalay, Birmanie

(depuis 1989 Myanmar).

Dimension: 5,00 cm. x 5,00 cm.

 

Etymologie:

 - Dedié au minéralogiste et naturaliste français Philippe-Isidore

Picot de Lapeyrouse (1744 -1818), à été membre des

Académies de Stockholm et de Toulouse, professeur à l'Ecole

des Mines de Paris, à l' Ecole Centrale et à la faculté des 

Sciences Naturelles de Toulouse et inspecteur des Mines de la

même région. Fut fondateur du Muséum d'Hiostoire Naturelle de

Toulouse. La Ferropicotite ou Picotite fut dédié à Philippe-Isidore

Picot de Lapeyrouse en 1910 et décrite par le minéralogiste

français Alfred Lacroix (1863 - 1948).

 

Variété:

 - Chromo-spinelle (spinelle chromifère)

 

Remarques:

 - Le Chromo-Spinelle ou Picotite est, avec les autres variété

de Spinelle, un minéral typomorpique des roches mafiques et

ultramafiques.

 

Formule chimique: (Mg,Fe++)(Al,Cr)2O4

chromoaluminate de fer et magnésium

Strunz nr.: 4/B. 01-10

classe IV des: Oxydes et Hydroxides

groupe des: Alumino-Spinelles

série: Spinelle - Gahnite

dureté:  7,50 à 8,00

densité:  3,58 à 3,61          

système cristallin: Cubique

morphologie: souvent en cristaux tétraédriques, cubiques,

octaédriques

couleur: brun, brun rougeâtre, brun foncé

éclat: vitreux; compact, transparent, semi-transparent,

brillant, mat

rareté par Stefan Weiss:  0 

 

 

 

 
 

 

PICROPHARMACOLITE

 

                           

 

 - Trouvé en 1980 dans le complexe des mines d' Or de Salsigne

situé sur le flanc sud de la Montagne Noire dans l'unité du Sud

Minervois à Salsigne, Aude, Languedoc-Roussillon, France.

Dimensions: 14,00 cm. x 8,00 cm.

 

Etymologie:

 - du grec [Pikros] = amer et de [Pharmakon] = poison, en

allusion au phosphate d'Arsenic contenu dans sa composition

chimique.

 - Décrite en 1819 par le chimiste et minéralogiste allemand et

professeur Friedrich Stromeyer (1776-1835) et découverte

pour la premiere fois dans les mines de Riechelsdorf, Hessen,

Allemagne.

 

Formule chimique  H2 (AsO4) Ca4 Mg 11H²O

Strunz nr. :  7/C.24-90

classe VII des : Phosphates

groupe des : Hydrophosphates

série: Haidingerite - Picropharmacolite

système cristallin: Triclinique (Anorthique)

morphologie: botryoidale,  cristaux fibreux ou radials comme

étoilés

dureté:  2,00 à 2,50

densité:  2,62

couleur: blanc de soie, incolore, rose

éclat: soyeux, vitreux

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 
 

 

PIERRE de LUNE (HECATOLITE) (variété d'ORTHOSE)

 

 

       (voir la liste des minéraux de la lettre H = HECATOLITE)

 

              

 

 - Trouvé en 1989 dans les roches plutoniques et métamorphiques

de Itrongay, Betroka, Anosy (Fort Dauphin), Toliara, Madagascar.

Dimensions: 1,50 cm. x 1,50 cm. et

                          2,00 cm. x 1,20 cm.

 

  

  

 

 

 

 

 
 

 

PIRSSONITE

localité type

 

                                      

 

 - Trouvé en 1981 dans les eaux carbonatées salées de Searles

Lake, San Bernardino County, Californie, USA.  

Dimensions: 2,00 cm x 1,00 cm.

 

Étymologie:  

 - Dédié à l'américain Louis Valentine Pirsson (1860-1919),

professeur de pétrographie, minéralogie et géophysique  à

l'Université de Yale, New Haven, Connecticut, USA. (Voir photo

ci contre).

 - Décrite en 1896 par l'américain docteur en Philosophye Pratt

Joseph Hyde, géologue et minéralogiste à l'Université de Yale,

New Haven, Connecticut, USA.

 

 Formule chimique: Na2 Ca (CO3)2 2H2 O

carbonate de calcium et de sodium hydraté

Strunz nr.: 5/D.02-50

classe V des: Carbonates, Nitrates, Borates

sous-classe des: Carbonates hydratés

groupe des: Carbonates hydratés avec des anions

additionnés

série: Thermonatrite - Chalconatrite

système cristallin: Orthorhombique

morphologie: tabulaire, pyramidale, prismatique

dureté:  3,00 à 3,50

densité: 2,36 à 2,37

couleur: blanc, incolore, blanc jaunâtre grisâtre, rarement gris

brunâtre

éclat: vitreux; transparent, réagit aux U.V.

rareté par Stefan Weiss: + (relativemant rare)

 

 

 

 

 
 

 

PISTACITE (UNAKITE) variété d'EPIDOTE

 

                                        

 

 - Trouvé avec mon épouse en 1978,  en mission pendant la

collaboration avec le B.R.G.M. , dans les roches métamorphiques

régionales à basse temperature du complex  des carrières de

Saint Nabor, Massif Vosgien, près de la ville d'Ottrott, Bas-Rhin,

Alsce, France.

Dimensions: 9,50 cm x 7,5 cm.

 

Étymologie:

 - du latin "pistacium, pistaciae, pistacio" qui désigne la couleur

verte de la pistache.

 

Synonymes:

 - Unakite (de Unaka Range, Caroline du Nord, Usa)

 

Remarques:

 La Pistacite ou Unakite est une variété d'epidote massive

riche en fer.

 

Formule chimique:  Ca2 Fe Al2 (Si2O7)5SiO4)(OH)2

silicate de calcium et de fer

Strunz nr.: 8/C.23-20

classe VIII des: Silicates

sous-classe des: Sorosilicates

groupe des: Epidotes

série: Clinozoisite - Zoisite

dureté: de 6,00 à 7,00

densité: de 3,39 a 3,45

système cristallin: Monoclinique (prismatique)

morphologie:  massive, fibreuse.

couleur: vert, vert foncé, vert pâle, vert-brun, vert pistache

éclat: vitreux, nacré; opaque, nacré à subvitreux

rareté par Stephan Weiss:  0  

  

 

 

 

 

 
 

 

PIYPITE (Caratiite)

localité type

 

                                  

 

 - Trouvé en 1999 par mon ami minéralogiste russe  Mikhail

Nikolaïevitch Murashko (1952-), dans le complexe de la fissure de

la Grande Eruption du volcan Tolbachik, à l' extrème orient de la

péninsule de Kamchatka, Russie.

Dimensions: 5,5 cm. x 3,5 cm.

 

Étymologie:

 - Dédié à  Boris I. Piyp (1906-1966), géologue russe et directeur

de l'Institut de volcanologie, Petropoavlovsk-Kamchatskii, Russie.

Les premiers échantillons de Caratiite (actuellement rebaptisée

Piypite), furent découverts dans les laves de l'éruption de 1869 du  

volcan Vésuve, Napoli, Campania, Italie et décrits en 1982 par les

minéralogistes et géologues, A.M. Clark, E.E. Fejer et

A.G. Couper.

 - Décrite et rebaptisée Piypite en 1984 par les minéralogistes

russes:Lidia Pavlovna Vergasova, Stanislas K. Filatov, E. K.

Serafimova et G.L. Starova.

 

Synonymes:

  - Caratiite (par A.M. Clark, E.E. Fejer et A.G. Couper)

  

Remarques:

  - Initialement décrite comme caratiite, plus tard en 1984     rebaptisé piypite

  - La piypite est soluble dans H2O

 

Formule chimique: K2Cu2(SO4)2O

sulfate-chlorure de cuivre et de potassium

Strunz nr.: 6/B.05-40

classe VI des: Sulfates

sous-classe des: Sulfates Anhydreux

groupe des: Sulfates Anhydreux avec des cations moyens

série: Dolerophanite - Mammothite

dureté:  2.50

densité: 3.10

système cristallin:  Quadratique (pyramidal)

morphologie:  aciculaire, agrégats, mousseuse, columnaire

couleur: vert émeraude, vert foncé, vert noir, noir

éclat: vitreux

rareté par Stephan Weiss: ++ (très rare) 

  

 

 

 

 

 
 

 

PLANERITE

 

                                     

 

 -Trouvé en 1981 dans la zone de formation sécondaire des

dépôts d'alluminium riches en phosphates de la North Mountain

Mine, Stenger mine, County Pit, North Mauldin Mountain,

Montgomery County, Arkansas, U.S.A. .

Dimensions: 10,50 cm x 5,00 cm.

 

Etymologie:  

 - dédié au minéralogiste russe Dmitrii Ivanovich Planer

(1821-1882), directeur et ingenieur des mines Gumeshevsk,

Oural, Russie. La Planerite fut découverte en 1862 par R. P.

Hermann dans les mines de cuivre à Goumeshevsk, Oural, Russie.

 

Variété:

 - Cupro-Planerite

 

Formule chimique:  Al6 [(OH)4 |PO3(OH)| (PO4)2]2.4H2O

Strunz nr.:   7/D. 15-10

classe VII des : Phosphates

sous-classe des : Hydro-phosphates

groupe des : Turquoises  

série: Planerite à Chalcosiderite

système cristallin: Triclinique - (pinacoidal)

morphologie: arrondies, botryoidales, agrégats, croûtes

dureté:  5,00

densité: 2,68

couleur: blanc, vert pâle, bleu pâle, bleu, vert

éclat: vitreux, transparent à opaque

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 

 

 

 
 

 

PLANCHEITE ( KATANGAITE )

(localité type)

                                     

                 

 

 -Trouvé en 1981 dans le complexe secondaire de la zone

d'oxydation des minerais de cuivre de la Mine de Sanda,

Mindouli, Djoué, Pool Département, République du Congo

Brazaville (Zaire)..  

Dimensions: 8.00 cm. x 6.00 cm.

  

Étymologie:  

 - Dédié au voyageur français J. PLANCHE qui a ramené le

premier échantillon de la  Mine de Sanda, Mindouli, Djoué,

Département de Brazaville, Zaire ex Congo

  - La plancheite a été décrite en 1908 par le minéralogiste

français Alfred Antoine François Lacroix (1863-1948),

minéralogiste et géologue français. Professeur de

minéralogie en 1893 au Jardins des Plantes, Paris et en

1896 directeur du laboratoire minéralogique de l' École

Supérieure des Mines. Il fut élu en 1904 membre de

l' Academie des Sciences et obtint en 1930 la "Médaille

R.A.F. Penrose".

(Voir photo ci contre).

 

 Variété et synonymes:

 - Bisbeite (tire son nom de Bisbee, Cochise County,

    Arizona, a été depuis déclassée au rang de variété de

    chrysocolle.

 - Katangaite ou Katangite (le nom vient de la province du 

    Katanga (Zaire).

  

Formule chimique: Cu8Si8O22(OH)4.H2O

Strunz nr. :  8/F.05-10

classe VIII des :  Silicates, Inosilicates, Sorosilicates

sous-classe des : Inosilicates

groupe des : Clinopyroxenes

sous-groupe des : Orthopyroxenes

série: Shattuckite - Lavinskyite

système cristallin: Orthorhombique

morphologie:  agrégats, fibreuse, enduits, radiée,

aciculaire, compacte, massive, pseudomorphose, 

en grains, pulverulante,  botryoidale, concretionnaire, spherolitique

dureté:  6.00

densité: de 3,65 à 3,80

couleur: bleu pâle, bleu foncé, bleu vert, bleu verdâtre

éclatadamantin; soyeux; mat; brillant; satiné

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 

 

 

 

 
 

 

PLATINE (PLATINUM) monocristal cubique

 

                                      

 

 - Trouvé en 1965 dans les roches volcano-sédimentaire à skarn 

de magnetites du gisement a intrusions de diorite-syenite du depôt 

de Fer de Goroblagodat dans la région d'Ekaterinburg, Oural,

Russie.

Dimension: 0,40 cm. x 0,40 cm.  

 

PLATINE macle

 - trouvé en 1989 dans le complexe Alcalin-Ultrabasique de la

mines de Konder à Kondyar, Massif de Konder, Inagliet Chad,

Aldan Shield, Sibérie, Russie:

Dimensions: 1,00 cm. x 1,00 cm. (photo ci-contre).

 

Étymologie

 - de l'Espagnol [Platina] diminutif de [Plata] = argent.

 - Découvert en Amérique du sud  (Colombie) en 1735.

Ce métal était dejà utilisé par les indiens pré-colombiens et la

première référence européenne apparut en 1557 dans les écrits

de l'humaniste italien Julius Caesar Scaliger (1484-1558) qui le

décrivit comme un métal mystérieux venant de mines situées entre

Darién (Panama) et Mexico.

Les Espagnols nommèrent le métal platina  (petit Argent) quand

ils le découvrirent en Colombie. Ils le considéraient alors comme

une impureté de l'Argent et ne le conservaient pas.

Le Platine fut découvert par les astronomes Antonio de Ulloa et

don George Juan y Santacilia (1713-1773), qui tous deux

avaient été appointés par le roi Philippe V d' Espagne, pour

rejoindre une expédition géographique au Pérou qui dura de

1735 à 1745. 

Il semble que le chimiste anglais William Hyde Jackson

Wollaston (1766-1828) (voir photo ci-contre) ait été la première

personne à obtenir un échantillon de platine pur au début du

19ème siècle. Les techniques utilisées par Wollaston en matière

de séparation du groupe des platinoïdes sont considérées comme

la base de la métallurgie moderne du platine.

  

Rémarques:  

 la réaction du platine sur l'environnement, ce métal, peu

réactif lorsqu'il est pur, ne pose normalement pas de problèmes

de santé et d'environnement, mais tous ses composés doivent

être considérés comme hautement toxiques. Or, ces composés

rares dans la nature, sont produits en grandes quantités par

l'industrie et répandus dans l'environnement, via l'incinération et la

dégradation des pots catalytiques notamment. Le taux de platine

mesuré dans les glaces du pôle Nord a fortement augmenté entre

1990 et 2000.

On en trouve aussi une quantité croissante dans les poussières

des zones où la circulation automobile est importante.

 

Remarques:

 - Le Platine est maintenant considéré comme un métal plus

précieux que l'Or, de telle sorte qu'une récompense de Platine

est meilleure qu'une récompense d'Or.

- Le prix du Platine varie en fonction de sa disponibilité, mais

normalement il coûte environ deux fois plus cher que l'Or.

- La résistance à l'abrasion et au ternissement font que le Platine

est parfaitement adapté pour un usage en bijouterie.

 - Le Platine a une très belle couleur argent-blanc lorsqu'il est pur,

il est de plus malléable et ductile, et résistant à la corrosion.

 - Les noces de platine symbolisent les 70 ans de mariage dans

la tradition française (symbole de stabilité).

   

Synonymes :

  - Gediegen platin (platine natif en allemand)

  - Platin (enallemand)

  - Platine (en français)

  - Platine-Iridifère 4[Pt, Ir],  ( jusqu'à 7% d'iridium)

  - Platine-Palladifère (Pt, Pd)  ( jusqu'à 37% de palladium)

  - Platine -rhodifère (Pt, Rh)  (avec rhodium < 5%)

  - Platino (en italien, basque, espagnol)

  - Platinum (latin, anglais)

  - Platinum natif

  - Polyplatinum

 

Formule chimique:  Pt

élément natif

Strunz  nr. :  1/A.14-70

classe I des : Elements natifs

groupe des : Metalliques et intermetalliques

série: Rhodium - Skaergaardite

systéme cristallin: Cubique

morphologie: cristaux cubiques, en grains

dureté:  4,00 à 4,50

densité:  21,44

couleur: gris acier, argent blanc

éclat: métallique

rareté par Stefan Weiss: 0 (pas rare)  

 

 

 
 

 

 
 

 

PLOMB natif avec Minium

(vieille collection)

 

                                   

 

 - Trouvé dans le site d'origine hydrothermale en 1875 à Värmland,

près du lac Wenner, Christinehamn, district de  Filipstad,

Langban, Suède;       

Dimensions: 11,00 cm. x 9,00 cm. 

 

PLOMB natif

 - spécimen antique, de la collection Ahlfeld 1935, trouve à

Pacaake, Bolivie.

Dimension: 2,500 cm. x 2,00 cm., (voir photos n° 2 et 3).

 

Etymologie:

 - du latin [plumbum] = lourd, plumbum nativum = plomb natif

Suite à sa grande facilité d'extraction le plomb est connu depuis

plus de 6000 à 7000 ans.

 - Décrit en 70 après J.C., par Pline l'ancien (Caius Plinius

Secundus) (23-79 après J.C.), un important écrivain et naturaliste

romain, auteur  notamment d'une monumentale encyclopédie

de 37 volumes intitulée "Historia naturalis" (Histoire naturelle.)

 

Rémarques:

 - On trouve encore aujourd'hui des canalisations en plomb datant

de l'époque romaine. Il était utilisé lors de l'âge du bronze avec

l'antimoine et l'arsenic. On le retrouve mentionné dans l'Exode.

Le plomb est l’un des métaux des plus anciennement connus et

utilisés par l’homme en raison de sa grande diffusion, sa facilité

d'extraction, sa grande malléabilité et son bas point de fusion.

Métal gris à gris bleuâtre, terni par alteration, (rayable à l'ongle).

Dans les roches, il est rarement natif (du systhème cubique), mais

il se trouve dans les silicates (associé à Ca, Fe,Mn), dans des

sulfures, et de nombreux sulfates, phosphates, carbonates.

Son principal minerai est la galene (PbS).

- Il est intéressant de remarquer qu’au Moyen Âge les alchimistes

croyaient que  le plomb était le métal le plus ancien et l'associaient

à la planète Saturne.

C’est sans doute de là qu’on retrouve de nos jours la notion de

saturnisme qui est une maladie liée à l’intoxication au plomb.

  

La toxicité du plomb :

 - Un risque existe dès lors que le plomb ou certains de ses

composés peuvent être inhales (sous forme de vapeur ou de

poussière) ou ingérés, et assimilés par l'organisme.

En ce qui concerne la distribution d'eau potable par canalisation en

plomb et nappes phréatiques, la norme en France était de 50

microgrammes par litre jusqu'en décembre 2003, elle est passée à

25 microgrammes par litre et il est prévu de la faire passer à 10

microgrammes par litre en décembre 2013. Au Canada, elle est de

10 microgrammes par litre depuis 2001.

 

Synonymes:

 - Aabam;

 - Charger;

 - Cnisa  (en Ljban);  

 - Blei (en Allemand);

 - Bly (en Danois, Islandais);

 - Chiumme (kiumme) (en Napolitain);

 - Chumbo (en Galice);

 - Berun (en Basque);

 - Lood (en Afrique et Néerlandais);

 - Lyijy (en Finnois)

 - Luaidhe (en Gaélique);

 - Native de Plomb,

 - Ourgusun (en Azéri);

 - Olovo (en Bosniac, Croate, Tchéque);

 - Piombo (en Italien);

 - Plii (en Estonien);

 - Plom (en Catalan),

 - Plombo (en Ido);

 - Plomp (en Frioulan);

 - Plombu (en Corse);

 - Plon (en Haiti);

 - Plumbo (Esperanto);

 - Olom (en Hongroise);            

 - Timbal (en indonesien);

 - Sieb (en Kurde);

 - Svinas (en Lituanie).  

 - Svins (en Lettonie); 

   

Formule chimique:  Pb

element natif

Strunz nr.: 1/A.05-20

classe I des : Elements natifs

groupe des : Elements à combinaisons intermetalliques

série: Indium - Étain

dureté: 1,50

densité: 11,37

système cristallin: Cubique (isometrique - Hexoctyahedral)

morphologie: cubique, dodecaèdrique, octaèdrique, dendrites,

laméllaire, écaille, compact, filiforme, massive, rarement en

macles, enduit

couleur: blanc-gris métallique, gris mat

éclat: le plomb est toujours d'un aspect métallique, il est très

ductile et malléable

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 

 
 

 

PLUMBOGUMMITE (HITCHCOCKITE)

 

                                  

 

 - Trouvé en 1967 par moi-même et mon ami collectionneur de

minéraux Jacob Klein en 1967 sur les haldes du complexe

barito-fluorite de la mine Clara vallée de Rankach, Oberwolfach,

Wolfach, Forêt-Noire, Baden-Würtemberg, Allemagne.

Dimensions: 3,5 cm. x 2,00 cm.

 

Étymologie:

 - Le nom dérive de plumbum = plomb et gummi = caoutchouc.

(plomb caoutchouteux). En raison de son apparence.

 - Découverte en 1819 dans la localité de Huelgoat, Poullaouen,

Finistere, Bretagne, France.

 - La Plumbogummite fut décrite en 1819 par le minéralogiste

et collectionneur français Gillet de Laumont François Pierre

Nicolas (1747-1834), fut nommé en 1810 inspecteur général des

Mines, et élu membre de l'Académie des Sciences en 1816.

 

Synonymes:

 - Aluminiate de plomb natif ( par Smithson 1819)

 - Bischofsite (par Fischer 1862)

 - Cherokine (par Shepard 1857)

 - Hitchcockite (en 1856 par C.U. Shepard dedié au géologue     américain Edward  Hitchcock (1793-1867)

 - Plombgomme (par F.S. Beudant 1832)

 - Plomb hydro-alumineux (par René Jus Haüy 1822)

 - Plumbo-Resinite (par J.D. Dana 1837)

 - Schadeite (dédié en 1909 par Lazaveric au minéralogiste

    allemand  Heinrich Schade)

 - Sel acide-phosphorique-martial (par Laumont 1786)

 

Variété:

 - Ga-rich Plumbogummite PbH(Al,Ga)3(PO4)2(OH)6

 

Formule chimique: PbAl3(PO4)2(OH)5.(H2O)

phosphate de plomb

Strunz nr.:  7/B.36-70

classe VII des : Phosphates, arséniates et vanadates

sous-classe des : Phosphates, arséniates et vanadates avec

des anions supplémentaires, sans H2O

groupe des : Crandallites

série: Crandalite - Springcreekite

dureté 4,50

densité: 4,50   

système cristallin: Rhomboedrique - (Triclinique)

morphologie:  botryoidale, massive, hexagonale, en croûtes,

stallactitique, prismatique, mamelonné, testacée

couleur: Blanc, gris, blanc grisâtre, jaune, vert bleuâtre, bleu

pale, gris jaunâtre, brun, verdâtre, bleu verdâtre

éclat: mat, résineux, soyeux, gras;  semi-transparent à

translucide

rareté par Stefan Weiss: + (rare)

 

 

 

 

 
 

 

PLUMBONACRITE

 

                      

 

 - Trouvé en 1998   dans le complexe minier des carbonates de

plomb, de Novosibirsk, district de Chelyabinsk, Sud de l'Oural,  

Région Oural, Russie.

Dimensions: 1 cm. x 0,5 cm.

 

Étymologie:

 - La Plumbonacrite, prend le nom par le plomb dans sa

composition, et par son aspect nacré.

 - Découverte en 1889 à Merehead Quarry, East Cranmore,

Somerset, Royaume-Uni. Décrite pour la premiere fois en 1894

par les minéralogistes Kaz et Red.

 - Elle a été redéfini et revalidés par l'IMA en Juin 2012, avec une

nouvelle localité type, et une nouvelle description par les

scientifiques  M. S. Weil,  Uwe Kolitsch et S. Krivovichev

- La Plumbonacrite, est étroitement liée à l'hydrocerussite mais

avec moins de carbonate.

  

 

Formule chimique:   Pb5O(OH)2(CO3)3

Strunz nr.: 5 / C.08-20

classe V des: Nitrates, carbonates, borates

sous-classe des: Carbonates

groupe des: carbonates anhydres

serie : Shannonite - Phosgenite

dureté:  3.5

densité: 7.07

système cristallin: Hexagonal

morphologie: tabulaire, hexagonal, pyramidal, en croûte,

lamellaire, en ecailles

couleur: Incolore, blanc, gris, blanc cassé

éclat:  adamantin, nacré; Transparent à translucide

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 
 

 

PLUMOSITE = BOULANGERITE sur Quartz

 

                 voir page B = BOULANGERITE

 

 

                      

 

 - Trouvé en  1982 par  mon ami suisse-italien Romero, dans les

veines hydrothermales à température modérée du complexe

pegmatique de la mine Herja, Chiuzbaia (Kisbánya), Baia Mare,

(Nagybànya), Maramures County, Roumanie.

Dimensions:  1 cm. x 1 cm.

 

Étymologie:

 - La Plumosite est un synonyme de Boulangerite.

 - Prend son nom par la forme de ses cristaux "plumeux".

 

Formule chimique:  Pb5 Sb4 S11

sulfure de plomb et d'antimoine

Strunz nr.:  2/E.19-30

classe II des : Sulfosels 

sous-classe des : Pb Sulfosels  

groupe des : Pb Sulfosels avec Sb

série:  Falkmanite - Fuloppite

dureté:  2,50 à 3,00

densité:  6,23

système cristallin:  Monoclinique, (holoédrique)

formes: prismatique, aciculaire, fibreux, agrégats, compacte, radié,

capillaire, grenue, schisteuse

couleur: brun, gris brunâtre, noir brunâtre

éclat:  métallique

rareté par Stefan Weiss:  commun

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PODNOGINITE  (CALCIO-OLIVINE ?)  

 

                           

 

 - Trouvé en  2007 par mon ami minéralogiste Mikael Murashko

dans le terril de la Mine de charbon n° 44, Kopeisik, bassin

houiller de Chelyabinsk, district de Chelyabinsk, Sud de l'Oural,  

Région Oural, Russie.

Dimensions: 0,5 cm. x 0,5 cm.

 

Étymologie:

 - Décrite en 1998 par les minéralogistes russes B. Cesnokov,

 M. Kotrly, et T. Nisanbajev.

 

Remarque:

 - La Podnogenite est un minéral ou une substance d'origine

anthropique (par la combustion des haldes et terril de

charbon). Elle n'est pas encore approuvé par l'IMA.

 

Formule chimique:  Ca2[SiO4]

Strunz nr.: 8/A.07-40

classe VIII des: Silicates

sous-classe des: Nesosilicates

groupe des: Calcio-Olivines

dureté4,50

densité: 2,98

système cristallin: Orthorhombique

morphologie:  aplatie, tablettes, grains

couleur: blanc, vert, verdâtre, rose

éclat: perlé

rareté par Stefan Weiss: ? (pas encore déterminé)

 

 

 

 

 

 
 

 

POLDERVAARTITE  (monocristal)

 

                          

 

 - Trouvé en 1995 dans les dépôts de minerai à manganese du

complex minier de la mine N'chwaning, à Hotazel, près de

Kuruman Hill, province du Cap du Nord, Afrique du Sud.

Dimensions: 1,5 cm. x 1,00 cm.

 

Etymologie:

 - dédié à l'américain Arie Poldervaart (1918-1964), géologue et

professeur de pétrologie à l'Université de Columbia, de New York

City, New York, USA.

 - La Poldervaartite, fut décrite et découverte par A.R. Mc Ghie,

G.E.Harlow  et Y.S.Dai en 1993 dans le complex à minerai

de manganese de la Wessels Mine, Kuruman Hill, Province du 

Cap, Afrique du Sud.

 

Formule chimique:   Ca(CaO.5MnO.5)

Strunz nr.:  8/B. 22-25

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Nesosubsilicates

groupe des: Thaumasites

série: Hatrurite - Chelyabibskite

dureté5,00

densité: 2,90 

système cristallin: Orthorhombique, (dipyramidal)

morphologie: en cristaux prismatiques, gerbes, agrégats

couleur: blanc, incolore, vert, caramel, blanc laiteux, rose

clair, jaunâtre

éclat: vitreux; transparent

fluorescence lumière UV en rouge profond

rareté par Stefan Weiss: ++ (très rare)

 

 

 

 
 

 

POLYAKOVITE-(Ce)  

Localité type

 

                            minéral radioactif   

                             

 - Trouvé en 1998 dans le complex hydrothermale de la  Mine 97,

dans la réserve naturelle d'Ilmen, Montagnes d'Ilmen, Chelyabinsk

Oblast, Chaîne des Ourales du Sud, Russie.

Dimensions:  1,00 cm. x 0,50 cm.

 

Étymologie:

 - en mémoire du minéralogiste russe Vladislav O. Polyakoy

(1950-1993), spécialiste de la minéralogie de la chaîne des

Ourales.

 - Décrite en 1998 par Vladimir A. Popov, Leonid A. Pautov,

Elena Sokolova, Frank C. Hawthorne, Catherine McCammon

et Luydmila F. Bazhenova.

 

Remarque:

 - La Polyakovite-(Ce) est un minéral complètement 

métamicte, sous l'action de la radioactivité son réseau

cristallin est totalement ou partiellement désorganisé, ce

qui peut modifié sa couleur. Les minéraux métamictes

peuvent retrouver leur couleur initiale par simple chauffage.

  

Formule chimique:

(Ce,La, Nd,Ca)4(Mg Fe2+)(Cr3+ F3+)2(Ti, Nb)2 Si4 O22

Titanosilicate

Strunz nr.:  8/C.17-25

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Sorosilicates

groupe des : Polyakovites

série: Matsubaraite - Stavelotite-(La)

dureté: 5,4 à 6,00

densité:  4,750

système cristallin: Monoclinique (prismatique)

morphologie: compacte, cristaux applatis , prismatiques

idiomorphes en grains irréguliers.

couleur: noire

éclat:  résineux, vitreux; translucide

rareté par Stefan Weiss: +++ (rarissime)

 

  

radioactivité: GRAPI = 35,843.04 (Gamma Ray Américain

unités Petroleum Institute).

 - La concentration de la Polyakovite-(Ce) est par unité de

GRAPI = 27.90 (PPM)

 

 

 

 

 

 

 
 

 

POSNJAKITE sur Barytine

 

           

 

 - Trouvé en 1992 par mon ami collectionneur de minéraux

Jean-Claude Deutschmann sur les haldes du complexe

barito-fluorite de la mine Clara, vallée de Rankach, Oberwolfach,

Wolfach, Forêt-Noire, Baden-Würtemberg, Allemagne.

Dimensions: 5,30 cm. x 4,50 cm. 

 

Étymologie:

 - Dédié au géochymiste et minéralogiste américain Eugene

Waldemar Posnjak (1888-1949), du laboratoire de Géophysique

de Washington, États-Unis.

 - Découverte en 1967 dans le gisement de tungstène de

Nura-Talinsk, province de Karagandy, Kazakhstan, Russie.

 - La Posnjakite à été décrite en 1967 par les géologues russes

Alexandre Ivanovich Komkov et le Dr. Yevgenii Ivanivich

Nefedov.

  

Formule chimique: Cu4 +2 (SO4) (OH)6 H2 O)

sulfate hydraté de cuivre

Strunz nr.: 6/D.03-10

classe VI des : Sulfates

sous-classe des : Sulfates hydratés sans anion étranger    

groupe des : Posnjakite

série: Langite - Wroewolfeite

dureté: 2,00 à 3,00

densité: 3,32

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie:  grenue, enduit, croûtes, tabulaire, agrégats

couleur: bleu, bleu foncé, bleu sombre, bleu clair

éclat: vitreux; transparent

rareté par Stefan Weiss: + (rare)

 

 

 

 

 
 

 

POTASSIC-FERRISADANAGAITE   

(KALIUM-FERRISADANAGAITE)

 

                             

 

 - Trouvé en 1998  dans le complexe alcalin la Reserve Naturelle

d'Ilmen, Chelyabinsk Oblast, Monts Ilmen, Sud Oural, région

d'Oural, Russie.

Dimensions: capsule.

 

Étymologie:

 - prend le nom par l'assemblage de trois élements dans sa

formule chimique: Potassium, Fer et Sadaganaite.

 

Réferences:

 - Décrite en 2006 par les canadiens: Hawthorne, Frank C.

et Roberta Oberti  professeurs en géologie et minéralogie.

 

Synonymes:

 - Kaliumsadaganaite,

 - Potassium-ferrisadanagaite

 - Potassic-aluminosadanagaite,

 - Potassic-magnesiosadanagaite

 - Potassic-alumino-magnesiosadanagaite

 - Potassio-Ferrisadanagaita (italien).

 

Formule chimique:

(K,Na)Ca2((Fe2+,Mg)3(Al,Fe3+,Ti3+)2[(OH,F)/(Al,Si)2Si2O11]2

Strunz nr.: 8/F.10-200

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Inosilicates

groupe des : Amphiboles

sous-groupe des : Clinoamphiboles

série: Tremolite - Sadanagaite

dureté:  de 5,50 à 6,00

densité: 3,44

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie: agregats cristallins

couleur: brune foncé, noire

éclat: vitreux; transparent, subtranslucide

rareté par Stefan Weiss: +++ ( rarissime)

 

 

 

 

 
 

 

PRASIOLITE  (variété de Quartz vert)

avec Turquoise

 

                     

 

 - Trouvé en 1993, par moi même à Pinal County, Arizona, USA.

Dimensions: 7,50 cm. x 6,5 cm.

 

Etymologie:

 - du grec "Prason" = poireau et "Lithos" = pierre, en rapport à

sa couleur de vert-poireau.

 - La Prasiolite n'est pas un minéral naturel, sa couleur est

produite par chauffage de l'amethyste ou de la citrine. C'est la

présence de fer qui lui donne la couleur verte.

 

Remarques:

 - Attention la Prasiolite est souvent vendu pour tourmaline,

   peridot ou beryl vert.

 

Synonyme :

 - Vermarine,

 - Lime Green,

 - Améthyste vert,

 - Raumite.

  

Formule chimique: SiO2 (dioxide de silicium)

Strunz nr.:  4/D. 01-10

classe IV des : Oxydes et Hydroxides

groupe des : Quartz

série: Quartz - Opale

dureté: 7,00

densité:  2,59 à 2,65

système cristallin: Rhomboédrique (trigonal)

morphologie: prismes hexagonaux terminés en rhomboèdres

ou en pyramides, cristaux aplatis, compact, macles

couleur: vert pâle, vert poireau

éclat: vitreux, brillant, transparent, mat, semi-transparent

rareté par Stefan Weiss:  (commune)

 

 

 

 
 

 

PREHNITE avec Laumontite sur Quartz

localité type

 

             

 

- Trouvé en 1994 dans la zone volcanique des

minéraux hydrothérmales du  gisement de "Karoo dolerite" à

Cape Good Hope Mine, Cap de Bonne Espérance, Afrique du

Sud.

Dimension:  le cristal de Prehnite: 3,00 cm., de diamètre.

 

PREHNITE avec Laumontite sur Quartz

localité type

 - Trouvé en 1992 dans la zone volcanique des

minéraux hydrothérmales du  gisement de "Karoo dolerite" à

Cape Good Hope Mine, Cap de Bonne Espérance, Afrique du

Sud. (Voir photo ci-contre).

Dimension: 12,00cm. x 4,00 cm.  

  

  

Étymologie:

 - La plus ancienne description 1771 sous le nom de Crhysolite

du Cap, est celle de Balthazar Georges Sage (1740-1824)

chimiste et minéralogiste français. (Voir photo ci-contre).

 - Elle fut rébaptisée sous le nom de Préhnite en 1813 et dédié

par le minéralogiste allemand Abraham Gottlob Werner

à la mémoire de l'hollandais, collectionneur de minéraux, baron

colonel Hendrik von Prehn (1733-1785).

 - A.G. Werner pensait que von Prhen était le découvreur de ce

minéral, mais la premiere Crhysolite du Cap avait été ramené

du Cap de Bonne Espérance par l'astronome français et grand

voyageur Alexis-Marie de Rochon (1741-1817) antérieurement à

von Prehn. (Voir photo de Rochon et de Werner ci-contre).

 

Synonymes:

 - Adelite (Préhnite de De Fourestier, ne pas la confondre avec

    l'arséniate Adélite qui est une espèce agrée par l'IMA

 - Adilite

 - Aedelite (Prehnite de Walmstedt)

 - Aedelforsit (en suédoise par Walmstedt)

 - Aedilite

 - Bostrichite (Prénhite)

 - Chiltonite  (Préhnite)

 - Chrysolite du Cap (par Balthazar Sage en 1777)

 - Coupholite (Préhnite)

 - Prehnite de Reisenbach (variété de Prhénite associé au cuivre)

 - Prehnitoide (Préhnite de Bechi)

 - Schorl en gerbes (par Schreiber 1782)

 - Zéolithe cuivreuse (nom donné à la préhnite de Reisenbach)  

 - Zéolithe étincelante (par Louis Gmelin)

 - Zéolithe jaunâtre radiée (par le français René Just Haüy)

 - Zéolithe rayonnée (par le minéralogiste von Born)

 - Zéolithe verte (par le minéralogiste Louis Gmelin)

 - Zéolithe vitreuse verdâtre du Cap ( Locution inventée par le

minéralogiste Ignaz von Born, associant le nom d’une famille de

tectosilicates, les zéolithes, avec deux adjectifs qui rappellent

l’aspect physique ainsi que le lieu de découverte supposé.

Cette espèce n’appartient pas à cette famille ; l’erreur est

retrouvée chez de très nombreux auteurs du début du XIXe

siècle. (Voir photo ci contre)

 

Formule chimique:  H2 Ca Al2 (SiO4)3

phyllosilicate de calcium et d'aluminium

Strunz nr.:  08/G. 7-30  

classe des : Silicates

groupe des : Inosilicates - Phyllosilicates

série: Bavenite à Rudenkoite

dureté:  6,00 à 6,50

densité:  2,80 à 2,95

système cristallin: Orthorhombique

morphologie: agrégat, compact, concrétion, tabulaire,

pyramidal, nodulaire, stalactitique

couleur: vert jaunâtre, vert, beige, incolore, blanc

éclat: vitreux, translucide à transparent

rareté par Stefan Weiss: 0 (commune)

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 
 

 

PRETULITE avec Lazulite  

Localité type

 

                  

 

 - Trouvé en 1998 dans les roches métamorphiques à veine de

quartz, riche en lazulite et phyllite-micaschistes du Mont Höllikogel,

Alpl, Fressnitzgraben, Krieglach, Fischbacher Alpes, Steienmark

(Styrie), Autriche.

Dimensions: 3,50 cm. x 2,00 cm.

 

Étymologie:

 - d'après la localité de sa premiere découverte près des Alpes

Pretul (1656 m), Autriche.

 - Décrite en 1998 par les géochimistes Franz Bernard, Franz

Walter, Joseph Taucher, Kurt Mereiter, et Karl Ettinger.

 

Formule chimique:  Sc(PO4)

Strunz nr.:  7/A.14-05

classe VII des : Phosphates

groupe des : Xenotimes

série: Pretulite - Wakefieldite-(Ce)

système cristallin: Quadratique, (Tetragonale)

morphologie: petits cristaux  dipyramidaux bien formés, en

grains très fins

dureté: 5,00

densité: 3,70

couleur: rose, rose pale, orange

éclat: vitreux, adamantin; transparent, translucide

rareté par Stefan Weiss: ++ ( très rare)

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PRIDERITE

 

 

                 radioactivité à peine détectable  

                    

 

 - Trouvé en 1967, dans les carbonatites ultramafiques de certains

lamproïtes ultrapotassiques du Mt. Eveslogchorr, Massif Khibiny,

Peninsule Kola, Murmanskaja Oblast', Région du Nord, Russie.

Dimensions: 2,50 cm. x 1,50 cm.

 

Étymologie:

 -  dédié à l'australien Rex Tregilgas Prider (1910-2005),

professeur de géologie à l' Université d'Australie occidentale,

Australie.

 - La Priderite a été décrite en 1951 par l'éminente Dr. Keith

Norrish (1924-), géochimiste australien et expert de renommée

mondiale dans la minéralogie, en particulier des argiles.

 - Il est le pionnier de la technique de spectrométrie à rayons X ,

pour l'analyse chimique de routine des minéraux et du minerai.

 - Il a été chercheur en chef avec le CSIRO (Commonwealth

Scientific and Industrial Research Organisation) Division des

sols.

 - Chronologie des faits saillants de sa carrière, par la

    Bibliothèque Australie ID  45018719 :  

 - 1968 - 1969 Président de la Clay Minerals Society.

 - 1977 - médaille australienne "Prescott", reçu par la Société :

     Le sol l'Australie.

 - 1977 - membre de l'Académie australienne des sciences (FAA)

 - 1989 -  commandant Officier de l'Ordre de l'Australie (AO).

 - 2001 -  membre distingué "Prix Bailey"  reçu par la Société

    des Minéraux Clay (USA).

 - 2002 doctorat honorifique en sciences (DSc Hon) reçu par

     l'Université de Western Australia.

 

 - La Priderite a été découverte pour la première fois à

Wolgidee Hills dans les argiles de la mine de diamants, du

bassin Fitzroy, Kimberley District, Australie Occidentale.

 

Formule chimique: (K,Ba)(Ti,Fe+++)8O16

Strunz nr.4 / D.08-30

classe IV des : Oxydes et Hydroxydes

sous-classe des : Oxydes

groupe des : Cryptomelane

série:  Manjorite - Priderite

système cristallin: Quadratique, (paramorphie tétragonale)

morphologie: rectangulaire, prismatique, granulaire

dureté:  7

densité: 3.86

couleur: noir, rougeâtre, rougeâtre noir

éclat: adamantin

rareté par Stefan Weiss: ++ ( très rare)  

 

 Radioactivité: GRAPI = 67,14 (Gamma Ray américaine Unités Petroleum Institute).

 - La Concentration de la Priderite est par unité de

   GRAPI = 1, 49 (%)

 - Sa radioactivité estimée est à peine détectable

 

 

 

 

 
 

 

PROUSTITE ou ARGENT ROUGE

Ancien spécimen avec etiquette d'origine

 

               

 

 - Trouvé fin 1700 dans les veines hydrothermales de la mine

Johanngeorgenstadt, district de Johanngeorgenstadt, Erzgebirge,

Saxe, Allemagne.

Dimensions: 2,50 cm. x 2,00 cm. (voir photo ci-contre)

Spécimen échangé avec la collection  Wolfgang Henkel.

 

PROUSTITE ou ARGENT ROUGE

 - Trouvé en 1982 par mon ami Gobin dans la zone à veines

hydrothermales de la mine Imiter, district Imiter, Djebel Saghro,

Province d Quarzazate, Région Souss-Massa-Draâ, Maroc.

Dimensions: 1,80 cm. x 1,00 cm.  (voir photo ci-contre).

 

PROUSTITE ou ARGENT ROUGE

Ancien spécimen

 - Trouvé fin 1800 dans le complexe des mines d'argent des

monts du Harz, Mine Saint Andreaskreuz, Saint Andreasberg,

district de Saint Andreasberg, de la Moyenne-Saxe, Allemagne.

Dimensions: 1,50 cm. x 1,50 cm. (voir photo ci-contre).

 

Étymologie:

 - dédié en 1804 au grand chimiste français Joseph Louis 

Proust (1754-1826). (voir photo ci-contre)

 - Decrite en 1832 par le minéralogiste français François

Sulpice Beudant (1787-1850). Il fut un grand minéralogiste et

géologue, professeur de mathématiques à Avignon et Marseille.

A la mort de son ancien maître René Just Haüyil prit la Chaire

de minéralogie de la faculté de Paris. En 1824  fut élu membre de

l'Académie des Sciences et en 1840 devient Inspecteur général

de l'Université. (Voir ci-contre son portrait ).

 

Synonymes:

  - Argentum rudum rubrum

  - Argent rouge (d'Abraham Gottlob Werner)

  - Argent rouge arsenicale

  - Argent rouge clair (synonyme de la proustite avant 1832)

  -  Argent rouge foncé (synonyme de la pyrargyrite avant 1832)

  - Arsenical silver blende

  - Arseniksilberblende (allemand)

  - Durchsichtig Rodtguldenerz (argent rouge transparent, en      allemand)

  - Lichtes Rotgültigerz (en allemand = argent rouge brillant)

  - Prustite (en italien)

  - Rubinblende

 

Remarques :

 - La Proustite est un dimorphe de la Xanthoconite.

 - A conserver à l'abri de la lumière

 

Formule chimique:  Ag3AsS3

sulfosel d'argent et d'arsenic

Strunz nr.: 2/E.07-10

classe II des : Sulfures et Sulfosels

sous-classe des : Sukfosels

groupe des : Proustites

série: Prousite - Pyrargyrite

système cristallin:  Hexagonal (scalénoédre)

morphologie: cristauxprismatiques,scalénoédrique, prisme

court et pointu, rhomboédrique, massive, compacte, grenue,

dendritique, en croûtes

dureté:  2,50

densité: 5,57 à 5,64

couleur: vermillon, gris rougeâtre, écarlate, rouge sang,

rouge rubis, rouge cinabre; à l'exposition de la lumière se

ternit en rouge sombre au bout de quelques mois

éclat: adamantin à submétallique; transparente, translucide

rareté par Stefan Weiss: (les beaux cristaux sont assez rares)

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 PSEUDOBROOKITE avec Topaze impériale

 

                       

 

 - Trouvé en 1979 dans le site magmatique, post-volcanique de

The Cove (Topaze Valley), Topaze Montagne, Réclamation Solar

Wind, Nord Thomas Range, Juab County, Utah, USA.

Dimensions: 2,50 cm. x 2,00 cm.

  

Étymologie:

 - Du grec "pseudo" = faux et le nom du minéral Brookite.

Elle fut découverte en 1875 dans le Comté de Hunedoara, Magura

Uroiului (Arany-Hegy Hill), Uroi (Arany), Simeria, Transylvanie,

Roumanie.

 - Décrite en 1878 par le minéralogiste et professeur hongrois

Anton (Antal) Koch (1843-1927).

 

Formule chimique:  (Fe3+,Fe2+)2(Ti,Fe2+)O5

oxyde de fer et de titane

Strunz nr.:  4/C.24-20

classe IV des: Oxydes et Hydroxydes

sous-classe des: Oxydes

groupe des: Pseudobrookites

série:  Iwashiroite-(Y) - Pseudorutile

système cristallin: Orthorhombique (monoclinique)

morphologie:  aciculaire, prismatique, tabulaire

dureté: 6,00

densité: 4,38

couleur: noire, brune, noire grisâtre, noire brunâtre,

brune rougeâtre, brune jaunâtre

éclat: adamantine, métallique

rareté par Stefan Weiss: + (pas rare)

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PSEUDOLAUEITE avec Strunzite

localité type

 

                     

 

 - Trouvé en 1972 dans le complex à Pegmatites granitiques de

la mine Cornelia, au Sud d'Hagendorf, Waidhaus,Vohenstrauss, 

Foret d'Oberpfalz, Haut Palatinat, Baviere, Allemagne.

Dimensions: 5,50 cm. x 6,00 cm..

 

Étymologie:

 - Le mineral Pseudolaueite est un polymorphe de la Laueite.

 - Décrite pour la première fois en 1956 par l'illustre allemand

Dr. Hugo Strunz  (1910-2006) scientifique et minéralogiste. 

Il a développé la nouvelle et moderne méthode de classification

des minéraux. Il a été professeur de minéralogie et de

pétrographie à l'université Humboldt de Berlin et ensuite

professeur de philosophie et théologie à l'université de

Regensburg, (Allemagne) ou il fonda l'Institut de Minéralogie et

Géologie. Membre fondateur de l'IMA (International Minéralogie

Association) et  président de la "Commission des Données

Minéralogiques" (1958-1970).

 

Formule chimique:  Mn2+Fe2, 3+[OH|PO4]2. 7-8 H2O

Strunz nr.:  7/D. 9-40

classe VII des : Phosphates

groupe des : Hydro-Phosphates

série: Vauxite à Pseudolaueite

système cristallin: Monoclinique

morphologie: tabulaire-pseudoexagonale, croûte,

prismatique,

dureté: 3,00

densité: 2,46

couleur: jaune-orange, orange-brun, jaune pâle à

jaune-foncé

éclat: vitreux, translucide

rareté par Stefan Weiss: ++ ( très rare)

 

 

 

 

 

 
 

 

PSEUDOLEUCITE  (LEUCITE-ORTHOCLASE)

pseudomorphose de Leucite après Orthoclase

(melange de Nepheline, Orthoclase)

  

                           

 

  - Trouvé en 1972 dans le complexe volcanique du Vesuvio

(Vesuve), ville de Napoli, région Campania, Italie.

Dimensions: 5,00 cm. x 5,00 cm..

 

Étymologie de Leucite:

  - Du grec "Leucos" = blanc, en allusion à la couleur des

premiers spécimens décrits du complexe volcanique du Vesuvio

(Vesuve), ville de Napoli, région Campania, Italie.

 - La Leucite a été décrite en 1791, par le minéralogiste allemand

de Saxe, Abraham Gottlob Werner (1750-1817), éminent

minéralogiste, et professeur de Minéralogie à Freiberg,

Allemagne. Il fut nommé en  1775 inspecteur de l'exploitation

minière à Freibefg. (Voir photo ci-contre).

 

Étymologie de Pseudoleucite:

 - prend le nom par la pseudomorphose de Leucite après

Orthoclase.

 - La Pseudoleucite est un melange de Nepheline, Orthoclase

 

Formule chimique: K[AlSi2O6]

Strunz nr.:  8/J.05-10

classe VIII des : Silicates, sorosilicates, inosilicates

sous classe des : Tectosilicates  

groupe des : Zeolites

série: Lisetite - Ammonioleucite

système cristallin: Quadratique (Tetragonal)

morphologie: trapezoedrique, grenue, isometrique, massive,

agrégats, pseudocubique, en grains

duretéde 5,50 à 6,00

densité: de 2,45 à 2,50

couleur: incolore; blanc; gris; gris jaunâtre

éclat: vitreux, gras, mat

rareté par Stefan Weiss: commun

 

  

 

 

 

 
 

 

PSITTACCINITE (variété de DESCLOIZITE)

avec Mottramite

 

                      (voir page D pour Descloizite)

                    

 

 -Trouvé en 1972 dans la zone d'oxydation de base des gisements

des métaux de vanadium de la mine de cuivre Mashamba, zone

Ouest de Kolwezi, Katanga Copper Zone, Katanga (Shaba),

Congo (Zaire).

Dimensions: 3,70 cm. x 2,00 cm.

 

Étymologie:

 - prend le nom en réference de sa couleur pistache

 

 

 

 

 
 

 

PUMPELLYITE-(Al)

 

                                          

 

 - Par mon ami, minéralogiste russe, Dr Mikhail N. Murashko, trouvé

en 2008 dans des veines de calcite et chlorite de Nyrdvomenshor,

du massif Rai-lz, Ourales polaires, Russie.

Dimensions:  2 cm. x 1,5 cm.

 

 

Étymologie:  

 - Nom analogue à la Pumpellyite

 - Le premier échantillon de Pumpellyite-(Al) a été découvert en

2006 dans la carrière de La Flèche Bertrix, Ardennes, province

Luxembourg, Belgique.

 - Décrite en 2007 par les minéralogistes:

 - Frederick Hatert (professeur belges prix de l'AGAB 1998)

 - Marco Pasero (1958-),cristallochimiste italien de l'Université

     de Pisa, Italie;

 - Natale  Perchiazzi (professeur italien du département des

    sciences de la Terre de l'Université de Milan, Italie;

 -  Dr. Thomas Theye (1955-),cristallochimiste et  minéralogiste

      allemand à " l'Institut de "Mineralogie et Cristallochimie "

      Université de Stuttgart, Allemagne.

   

Remarque:

 - La Pumpellyite-Al, est lié étroitement au groupe des

   sorosilicates de la Pumpellyite :

 - Pumpellyite-(Mg): Ca2MgAl2[(OH)2|SiO4|Si2O7]·(H2O)

 - Pumpellyite-(Fe2+): Ca2Fe2+Al2[(OH)2|SiO4|Si2O7]·(H2O)

 - Pumpellyite-(Fe3+) (voir photo ci-contre) :

   Ca2(Fe3+,Mg,Fe2+)(Al,Fe3+)2[(OH,O)2|SiO4|Si2O7]·H2O

 - Pumpellyite-(Mn2+):

   Ca2(Mn2+,Mg)(Al,Mn3+,Fe3+)2[(OH)2|SiO4|Si2O7]·(H2O)

 - Pumpellyite-(Al):Ca2Al,Fe2,Mg,Al2[(OH,O)2|SiO4|Si2O7]·H2O

 

Formule: Ca2Al,Fe2,Mg,Al2[(OH,O)2|SiO4|Si2O7]·H2O

Strunznr nr.: 8/C.24-53

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Sorosilicates - [Si2O7]

groupe des: Pumpellyites

série: Macfallite - Queitite

dureté: 5,5

densité: 3,24

système cristallin: Monoclinique, (prismatique)

morphologie: fibreuse, en petites rosaces fibreuses

couleur: blanc

éclat: vitreux; transparent

rareté par Stefan Weiss: + (rare)

 

 

 

 

 
 

 

PUSHCHAROVSKITE avec Yvonite et Geminite

 

                     

 

 - Trouvé en 1997 dans les produits d'oxydation des mines de

Salsigne, à Salsigne, Mas-Gabardès, près de la Montagne Noire,

Carcassonne, Aude, Languedoc-Roussillon, France.

Dimensions: 12,00 cm. x 8,00 cm. 

  

Etymologie:  

 - Le mineral Pushcharovskite a été décrite en 1996 et dédié

au scientifique russe Dmitry Yurievich Pushcharovsky (1944),

cristallographe et professeur de l'université de Géologie de

Moscou.

Mes salutations amicales en souvenir de notre rencontre à Tucson.  

 

Remarque:

 - La Pushcharovskite est un produit d'oxydation, un polymorphe

et une métamorphose de la Geminite, associé souvent à la

Tennantite, Geminite, Ivonite, Mahnertite, Lindackerite et autres

minéraux.

 

Formule chimique: Cu2+[AsO3(OH)].1,50 H2O

Strunznr nr.: 7/C. 6-32  

classe VII des : Phosphates

groupe: des Hydro-Phosphates

série: Kobaltkoritnigite à Geigerite

dureté: 4,00

densité: 3,5

système cristallin: Triclinique

morphologie: agrégats, aciculaires, radiales, fibres, grains

couleur: blanc vert, incolore

éclat: vitreux, transparent

rareté par Stefan Weiss: ++ ( très rare)

 

 

 

 

 
 

 

PYRARGYRITE   

collection antique

 

                     

 

 - Trouvé en 1894 dans la zone secondaire des minéraux à basse

température des mines de l'établissement Playa Blanca de

Huanchaca (Puente de las Penas = Pointe de la Peine), Bolivie.

Le secteur de plus le 11 février 1974 est declaré par l'UNESCO

monument historique mondiale, actuellement dénommé " Ruinas

de Huanchaca, del Lugar Playa Blanca".

Dimensions: 5,50 cm.  x 3,50 cm..

 

PYRARGYRITE

 - Trouvé en 1965 dans veines hydrothermales à basse

température des mines d'argent de Veta Grande, Zacatecas,

Mexique.

Dimensions:  1,80 cm. x 1,70 cm. (voir photo ci-contre)

 

Etymologie:  

 - du grec: " Pyros" = feu et de "Argyros" = Argent.

C'est un sulfure d'antimoine et d'argent, se produisant en cristaux

rhombohedriques ou massif, il est d'un couleur rouge foncé ou

noire avec un éclat adamantin métallique.

 - Découverte en 1831 à Fresnillo, Zacatecas et Guanajuato, au

Mexique. Décrite en 1831 par Ernst Friedrich Glocker

(1793-1858), minéralogiste, paléontologue et géologue allemand.

En 1924 fut nommé vice -recteur et professeur de minéralogie au "

Magdalenen-Gymnasium" de Breslau, Allemagne.

 

Synonymes:

 - Argent rouge antimonié sulfuré, Argent sulfuré fragile

 - Argyritrose,

 -  Braardite,

 - Mine d'argent rouge,

 - Argent rouge antimoniale,

 - Aerosite ou Rosider oscuro (espagnol),

 - Argent antimonié sulfuré,

 - Argento rosso antimoniale ou Pirargirita (italien),

 - Argient russ (napolitain),

 - Rotes Silver (alsacien),

 - Antimonsilberblende ou Rrothgolderz ou Pyrargyrit

    (allemand).

 

Formule chimique:  Ag3SbS3

Strunznr nr.:  2/E.07-20

classe II des : Sulfures et Sulfosels

groupe des : Sulfosels

série: Proustite - Quadratite

dureté:  2,5

densité:  5,85

système cristallin: Rhomboedrique (Trigonal)

morphologie: columnaires, compact, cristaux prismatiques

couleur: rouge rubis, rouge gris, gris foncé, rouge violet,

rouge foncé, brun noirâtre, noir gris

éclat: adamantine, métallique, semi-métallique,opaque,

translucide

rareté par Stefan Weiss:  0  (pas rare)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 
 

 

PYRITE

en cristaux pyritoèdres ou pentagonododecaèdres

 

                    

 

 - Trouvé en 1985 dans les gîtes hydrothermaux de Rio Marina,

Île d'Elbe, Toscana, Italie.

Dimension: 15,00 cm. x 12,00 cm.  

 

PYRITE  cristaux cubiques:

Trouvé en 1972 dans les gîtes hydrothermaux à Manciano dans la

mine de Tafone près de Grosseto, Toscana, Italie.

Dimensions: 22,00 cm. x 15,00 cm. (voir photon ci-contre).

 

PYRITE  Botryoidale (sur quartz):

Trouvé en 1962 dans le complex hydrothermal des gisements

ferrifères de Fresnillo de Gonzales Echeverria, Mun. de Fresnillo,

Zacatecas, Mexique.

Dimensions: 6,50 cm. x 4,50 cm., (voir photo ci-contre).

 

PYRITE sur gangue:

Trouvé en 1987, par Pedro Ansorena Conde, dans le complexe 

argilo-calcaire  de la mine Victoria, Navajun, La Rioja, Espagne,

(voir photo ci contre).

Dimensions du cristal:  2,00 x 2,00 cm., (voir photo ci-contre).

 

PYRITE avec EMERAUDE:

Trouvé en 2002 dans les mines à émeraudes de Chivor, Colombie

Dimensions: 18,00 cm. x 17,00 cm., (voir photo ci-contre).

 

Galets de cristaux de PYRITE ou " Pyrite Soleil"

Trouvé en 1999 dans les mines de Liujiang, province de

Guangxi, Chine.

Dimensions: 6,50 cm. x 5,50 cm. (voir photo ci-contre)

 

Étymologie:

du grec [ Pyros ] = feu, utilisée autrefois comme pierre

à feu, car lorsqu'on la frappe des étincelles chaudes jaillissent du

minéral.

La Pyrite  fut découverte dans les années 50 après J.C. par le grec

Pedanius Dioscorides Anazarbei (40-90), grand botaniste,

physicien, pharmacologue et médecin. Pour pouvoir se donner,

partout à la recherche botanique et minéralogique pour l'etude des

nouvelles substances médicinales se fit engagé comme chirurgien

dans l'armée de l'empereur Nero (Nerone l'incendiaire de Rome).

(Voir photo si contre).

 

Remarques:

 - La pyrite est appelé aussi "or des fous"  ou "fool's or" car par

sa couleur jaune les chercheurs d'or en Amérique du Nord croyant

que s'était le précieux métal, ils s'entretuiaent.

 - Il y avait auparavant confusion entre la Pyrite  et la Marcasite car

ce dernier est le nom q'on donne à la Pyrite en langue Arabe,

effectivement la Marcasite est un polymorphe de la Pyrite  et ils

ont des caractéristiques similaires.

 - La Pyrite devient magnétique après chauffage ce qui favorise

l'élimination partielle du soufre.

 

Synonymes:

 - Diamant Alpin (Alpine Diamond);

 - Lebereisenerz, (allemand)

 - Leber-pyrites;              

 - Marcasites;

 - Mundic; 

 - Or des fous (Fools Gold);

 - Pirita (en Catalan, Galicien, Portugaise, Espagnol)

 - Pirit (en Napolitain, Turque, Slovene, Hongrois, Bosnian)

 - Pirite (en Italien);

 - Pirito (en Esperanto);  

 - Püriite (en Estonien);

 - Pyrit (en Tcheque, Danois, Allemand, Slovaque, Suedois);

 - Pyrite de Fer,

 - Rikkikiisu (en Finnois).

 - Schwefelkies (allemand);  

 - Svovelkis (en Norvegien);

 - Sideropyrita (en Espagnol, Allemand);  

 - Sideropyrite (français); 

 - Vitriolkies;

 - Xanthopyrites

  

Variétés:

 - Arsenopyrite,

 - Arsenothallium Pyrite

 - Bravoite,

 - Cayeuxite,

 - Cobaltonickel Pyrite,

 - Cobaltopyrite,

 - Gelpyrite,  

 - Hengleinite,

 - Nickelpyrite,

 - Pyrite aurifère, (voir photo ci-contre)

 - Pyrite cuprifere.

 

Formule chimique:  FeS2

Disulfide de fer  

Strunz nr.:  2/D.17-30

Classe des : Sulfures

sous-classe des : Sulfures, Séléniures et Tellures

groupe des : Pyrites

série: Fukuchilite - Michenerite

système cristallin: Cubique (isométrique)

morphologie: on connaît plus de soixante formes de  cristaux

différentes. 

Les plus courants sont, l’octaèdre, le cube et le

pentagonododécaèdre (avec 12 faces ayant chacune 5 côtés)

qui est aussi appelé Pyritoèdre. (Voir photo ci contre).

dureté:  6,00 à 6,50

densité:  5,02

couleur:  jaune-laiton; jaune-paille; jaune-gris; jaune-brun,

parfois irisé

éclat: métallique, faces striées, brillant, semi-brillant

rareté par Stefan Weiss: 0 (commune)

 

 

 

 

 
 

 

PYROAURITE (SJÖGRENITE-2H)

 

              

 

 - Trouvé en 1988 dans le complexe hydrothermal à phlogopites

de la mine Slyuda du massif Kovdor, Peninsule de Kola,

Murmanskaja Oblast', Région du Nord, Russie.

Dimensions: 4.00 cm; x 3,5 cm.

  

Étymologie pour la Sjögrenite:

 - en l'honneur du minéralogiste norvégien Stens Anders

Hjalmar Sjögren (1856-1922), professeur de minéralogie et

géologie à l'Université de Stockholm, Suède.

 Il fut conservateur du  "Berzelius-Muséum" de la Royal Swedish

Academy of Sciences, département de géologie et minéralogie,

Stockholm, Suede. (Voir photo ci-contre).

La Sjögrenite a été découverte en 1940 dans la mine de

Langban, Filipstad, Värmland, Suède, et décrite dans la même

année par le minéralogiste Clifford Frondel, par la suite

discréditée par l'IMA, car a été reconnue comme polytipe de la

Pyroaurite (décrite en 2012 par Mills et Al).

Clifford Frondel (1907-2002) a été professeur de minéralogie à

l'université Harvard. Engagé par la NASA à Houston en 1969 en

qualité de scientifique. Il contribua beaucoup à l'étude et à la

détermination minéralogique des matériaux lunaires (24 Kg de

roches de la Mer de la Tranquillité) provenant de la mission

lunaire Apollo XI. Conservateur en 1977 au Harvard

Mineralogical Museum et cofondateur de la M.S.A.

(Mineralogical Society of America). Il contribua  aussi à l'étude

et à la recherche des minéraux radioactifs. Il découvrit 48

nouvelles espèces de minéraux et 2 espèces lui sont dédiées,

la  "Cliffordite" et la "Frondellite".

(Voir photo de C. Frondel ci-contre).

-

Synonymes:

 - Sjögrenite ( discrédité en 2012 par l'I.M.A.).

 

Remarques:

  - Dans le changement du nom Sjögrenite en  Pyroaurite,

on a l 'exemple de l'extravagance, d'une décision qui fait

déshonneur aux principes moraux dans l'attribution des

noms donnés aux minéraux en la mémoire de ceux qui l'ont

mérités et qui ont contribués par leurs savoirs et leurs

applications à la recherche, pour le progrès des sciences

de  la Terre, n'oublions pas que reprendre ce qu'on a 

donné c'est voler.

 

Formule chimique: Mg6Fe++2(CO3)(OH)14.5H2O

 Strunz nr.:  5/E.02-40

classe V des: Carbonates

sous-classe des: Carbonates Hydratés

groupe des: Hydrotalcites

série: Hydrotalcite - Desautelsite

dureté: 2.5  

densité: 2.11

système cristallinHexagonal, (dihexagonal, dipyramidale)

morphologie:  

couleurBlanc, brunâtre, jaunâtre, beige blanc, blanc jaunâtre, vert

éclat: vitreux; transparent à mat

rareté par Stefan Weiss: + (rare)

  

 

 

 

 

 

 
 

 

PYROLUSITE  ( POLIANITE )

 

                        

 

 - Trouvé en 1967 par mon ami italien, prospecteur de minéraux,

Ernesto Ossola, dans le complexe minière de la mine

Felsobanya, Baia Sprie, Maramure County, Roumanie.

Dimensions: 12 cm. x 7 cm.  

   

Étymologie:

 - Du grec "Pyros" = feu et "LUSIOS" = qui lave.

 - Elle fut découverte en 1827 par l'autrichien  Wilhelm Karl

Haidinger von Ritter (1795 -1871) géologue, minéralogiste

et physicien. Il fut nommé Chancelier des Mines à Vienne au

Cabinet Imperial des minéraux.

En 1849 eut la charge de directeur de l'Institut Imperial de

Géologie et nommé membre de l'Académie Imperial des

Sciences de Vienne. Il fut aussi fondateur de la société

"Freunde der Naturwissenschaften"  (Les amis des Sciences

Naturelles), (voir photo ci-contre).

 

Synonymes et variétés:

 - Acerdese fibreuse (braunite fibreuse par Beudant 1832)

 - Binoxyde anhydride de manganese (en 1837 par Jean

    Jacques Nicolas Huot)

 - Braunite fibreuse (par Beudant 1832)

 - Fusa (synonyme de pyrolusite)

 - Graubraunstein (par Hausmann1813 pour manganite).

 - Lapis manganensis (dans les manuscrits latins du XVI

    siècle, pour designer le manganese dans la fabrication du

    verre = Savon des verriers))

 - Lichtes graumanganerz (par Phillips Williams en 1829)

 - Manganaise grise (par Forster 1772)

 - Manganese dioxide

 - Mangan hyperoxyd (synonyme)

 - Peroxide de manganese (par Michael H. Gold et Ronald

    Crawford en 1985)

 - Pirolusita (en italien)

 - Polianite (variété de pyrolusite)

 - Prismatique manganese-ore (par Haidinger (1827)

 - Pseudomanganite (par Fermor 1909)

 - Savon des verriers (Lapis manganensis)

 - Varvicite (synonyme en allemand, par Phillips en 1829)

 - Wad (mixture d'oxyde de manganese, par Kirwan 1783)

 - Weichbraubstein (en allemand)

 - Weichmangan (en allemand, en 1829 par Phillips)

  

Remarques :

 La Pyrolusite est utilisé par les verriers pour décolorer

le verre (savon des verriers).

 

Formule chimique:  Mn++++O2

Strunz nr.:  4/D.02-20

classe IV des : Oxydes et Hydroxydes

sous-classe des : Oxydes

groupe des :  Rutiles

série: Rutile - Tripuyite

système cristallin:  Quadratique (Tetragonale)

morphologie: terreux, massif, agrégats, concretionnaire, 

grenu, columnaire, prismatique, croûte, aciculaire,

fibreux, pulverulant, dendritique, radié, quadratique,

oolithique, isometrique, orthorhombique, stalactitique,

pseudomorphose, compact

duretéde 6,00 à 6,50

densité:  5,06

couleur: noir, gris acier, noir grisâtre

éclat: métallique, mat

rareté par Stefan Weiss: (commune)

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PYROMORPHITE arsenifere (variété Nussierite)

 

                                      

 

 - Trouvé en 1972 dans le complexe de minéraux oxidé du dépôts

de plomb de Nussieres, près de Beaujeu, Rhône, France.

Dimensions: 8,2 cm. x 7,5 cm..

   

Etymologie:

 - du grec "pyrosfeu" et "morpho= forme" en raison de sa

couleur qui prende a la  fusion.

Nommé en 1748 par Wallerius Johan Gottschalk  en tant que

"minera plumbi viridis" = minéral de plomb vert.

 - La Pyromorphite fut décrite par la suite en 1813 par

l'allemand, professeur de minéralogie à l'Universite de

Goettingen, Johan Ffriedrich Ludwig Hausmann (1782-1859)

en tant que Pyromorphite.

 

Synonymes:

- Bryoidite,

- Bleiapatit (allemand),

- Braunbleierz,

- Chiumm verd (napolitain),

- Grunbleierz (allemand),

- Mine de plomb verte,                      

- Phosphate de Plomb,

- Plomb Phosphaté,

- Phosphorsaures Blei (allemand),

- Plomb vert,

- Polychromite,

- Pseudocampylite,

- Piromorfita (italien).  

- Sexangulite, 

  

Variétes:

- Nussierite (qui contient de l'arsenic dans sa formule).

- Miesite (de la ville de Mies en Bohême).

- Plomb-gomme (par  Pierre Armand Dufrénoy  (1792-1857),

  ingénieur en chef des mines, (voir photo ci contre).

 

Formule chimique:  Pb5(PO4)3Cl

chlorophsphate de plomb

Strunz nr.: 7/B. 39-150

classe VII des : Phosphates, Arseniatesz, Vanadates

sous-classe des : Phospàhates avec anions H 2 O

groupe des : Apatites

série: Apatite(CaF) - Vanadinite

système cristallin: Hexagonal, (dipyramidal)

morphologie: granulaire, réniforme, compacte, croutes,

cristaux exagonales, souvent en barilets individuelles prismatiques exagonales

dureté: de 3,5 à 4,00

densité:  de 7,00 à 7,50

couleur: verte, verte jaunâtre, verte pistache, jaune, jaune

grisâtre, jaune orange;

éclat: resineux, sub-adamantin; translucide à transparent

rareté par Stefan Weiss: (commune)

 

 

 

 

 
 

 

PYROPE (groupe des Grenats)

 

 

      

 

 - Trouvé en 1978 dans les roches ultrabasiques du complexe

magmatiques de Udachnaya-Vostochnaya pipe, Daldyn,

Aldan Shield, république de Saha-Yakutia, région de l'est Siberie,

Russie.

Dimensions:  2,2 cm. x 0,9 cm.

  

Étymologie:

 - du grec  "pyr" = feu et "ops" = oeil (du à sa couleur rouge)

et du latin "pyropus" = une variété de bronze rouge.

Décrite en 1803 par le minéralogiste allemand Abraham Gootlob

Werner (1750-1817), éminent minéralogiste,  et professeur de

Minéralogie à Freiberg, Allemagne. Il fut nommé en  1775

inspecteur de l'exploitation minière à Freiberg.

(Voir photo ci-contre).

 

Synonymes et Variétés :

 - Elie rubis (synonyme de pyrope)

 - Chromian pyrope (variété de pyrope)

 - Greenlandite (par Martin Einrich Klaproth)

 - Grenat bohemien

 - Grenat pyrope

 - Pyrope titanifère (variété de pyrope qui contient du titane)

 - Rhodolite (variété de pyrope)

 - Rubis d'Arizona  (synonyme de pyrope)

 - Rubis du Cap (synonyme de Pyrope)

 - Rubis du Colorado (synonyme de pyrope)

 - Titanian pyrope (variété de pyrope qui contient du titane)

 - Vogesite (synonyme de pyrope)

  

 

Formule chimique: Mg3Al2(SiO4)3

silicate d'aluminium et de magnésium 

Strunz nr.:  8/A.08-10

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Nesosilicates

groupe des : Grenats

série: Pyrope - Eulytine

système cristallin: Cubique (hexaoctaédrique)

morphologie: en dodecaedre, trapezoidale, grains, massive,

dureté: 7,50

densité:  3,65 à 3,82

couleur: rouge, rouge sang, rouge foncé, rouge violacé à

rouge-noir

éclat: résineux, vitreux

rareté par Stefan Weiss: 0 (largement répandu)

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

PYROXMANGITE (anciennement Sobraite) avec Rhodonite

 

                     

 

 - Trouvé en 2000 dans les roches métamorphiques de contact de

Conselheiro Lafayette dans le Minas Gerais,  Brésil.

Dimensions: 8,00 cm. x 5,00 cm.  

Dimensions: 9,00 cm. x 6,50 cm. (photo ci-contre).

 

Etymologie:

 - prend le nom par l'assemblage des deux elements dans sa

composition: Pyroxene qui contient du Manganese.

 - Découverte en 1913 dans les mines de Tunaberg, Silvberg,

Suede. La Pyroxmangite fut d'abord decrite par John Palmgren

en 1917 sur le nom de Sobralite,  puis par les etudes de

Henderson  et Glass en 1936 fut nommée et approuvé telle que

Pyroxmangite.

 

Formule chimique:  MnSO3

Strunz nr.:  8/F.31-20

classe VIII des : Silicates

sous-classe des : Inosilicates

groupe des : Inosilicates à 7 cheines

série: Pyroxferroite - Plumalsite

système cristallin: Anortique (Triclinique)

morphologie: massif, granulaire, maclés, tabulaire, maclés,

porphyroblastique, compact, laméllaires

dureté:  5,50 à 6,00

densité:  3,61 à 3,80

couleur: brun rouge, rose pâle, rouge, marron

éclat: transparent, translucide, vitreux

rareté par Stefan Weiss: + (relativement rare)

 

 

 

 

 
 

 

PYRRHOTINE avec épigenie  (PYRROTHINE épigénique)

Metamorphose d'après calcite

 

                      

 

 - Trouvé en 1976 dans les roches granitiques précambriennes

de la Minas Panasqueira, Panasqueira, Covilhã, Castelo Branco,

Portugal.

Dimensions: 9,50 cm. x 7,50 cm.  

 

Rémarque:

 - L' épigénie est un phénomène qui a lieu lorsqu' un minéral,

sans changer de forme, change de nature chimique.

 

PYRROTINE avec Galene (photos ci-contre).

 - Trouvé en 1985 dans le complex minier de Trepca, Mitrovica,

Kosovo.

Dimensions:  5,50 cm. x 4,50 cm.  

 

- PYRROTITE avec Martite et Albite (photos ci-contre).

 - Trouvé en 1968 dans la mine Paloma, département de

Huancavelica, Pérou.

Dimensions: 10,00 cm. x 7,50 cm.

 

- PYRROTITE- (6C) (photos ci-contre).

 - Trouvé en 1960 dans le complex plutonic-basique du Monte

Somma, Vesuve, Napoli, Campania, Italie.

 - Ce spécimen prit naissance dans les cendres pyroclastiques

de l'éruption du Vésuve du 6 Avril 1906.

Dimensions: 1,70 cm. x 1,50 cm.

 

Étymologie:

 - du grec " Pyrrothe" = roux, en référence à sa couleur.

 - La Pyrrhotite fut décrite en 1835 par le minéralogiste allemand

Johann Friedrich August Breithaupt (1791-1873), professeur

à l'Académie des Mines de Freiberg, Allemagne. Il apporta une

très grande contribution à la cristallographie, à la chimie et à la

physique des minéraux.

 - La premiere Pyrrhotite fut decouverte en 1835 dans la mine

Chichibu, Akaiwa, Japon.

 

Historique de l'endroit de la découverte de la Pyrrhotite-6C,

cité plus haut.

 - Daniel Leopold, du Musée de Minéralogie (Mission Culture

Scientifique et Technique) nous relate:

 .... Le 6 Avril 1906 le Vesuve fut ébranle par une explosion

cataclysmique et une énorme colonne éruptive s'éleva dans le ciel

jusqu'a plusieurs milliers de mètres d'altitude. Les jours suivants,

des torrents de laves mirent à mal de nombreux villages dont celui

de Boscotrecase, et des pluies pyroclastiques de cendres

tombèrent jusqu'à Naples ou on mesura une couche atteignant par

endroit 1, 25 m.. Le volcan se calma progressivement.

D'une altitude de 1410 m, il n'atteignait plus que 1012 m. à la fin

de l'éruption.

(Voir photo si contre de l'éruption du Vesuve en 1906).

 

Synonymes et polymorphes:

- Dipyrite (par Readwin),

- Hepatopyrite,

- Magnetopyrite (par Webster 1913)

- Pyrrothine;

- Pyrrhotite-6H (F11S12);

- Pyrrhotite-5H (Fe9S10);

- Pyrrhotite-4M (Fe7S8);

- Pyrrhotite-7H; Pyrrhotite-11H; Pyrrhotite-6M; Pyrrhotite-6C.

- Pirite magnetica (en italien);

- Pirrotina et Pirrotita (en italien);

- Cobalto-Pyrrhotite (variété de Pyrrhotite cobaltifère);

- Nickel-Pyrrhotite (variété de Pyrrhotite nickelifère).

 

Remarques:

- La Pyrrhotite ou Pirrothine est un minéral qui brunit à l'air, elle

à des propriétés magnétiques inégales.

 

Formule chimique: Fe1-xS (x=0-0.17)

Strunz nr.:  2/C.19-20

classe II des : Sulfures et Sulfosels

sous-classe des : Sulfures avec (M:S,Se,Te = 1:1)

groupe des : Pyrrhotites

série: Troilite - Heideite

système cristallin:  Monoclinique (prismatique hexagonale)

morphologie: granulaire massive, compacte, cristaux:

tabulaires hexagonaux, en tonnelets, bipyramidaux,

prismatiques

dureté:  3,50 à 4,00

densité: 4,55 à 4,65

couleur: bronze, jaune bronze, bronze rouge, rouge cuivre,

brune à brunâtre

éclat: métallique

rareté par Stefan Weiss:  (commune)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[ ACCUEIL  MINERAUX DE COLLECTION  MINERALOGIE THEMATIQUE  MINERALOGIE SYSTHEMATIQUE  

[ FOSSILES CONTACT